Les TOPS 2014 de la rédaction

Les TOPS 2014 de la rédaction

Profitons des us et coutumes de fin d'année pour vous dire un gros merci, car vous êtes toujours plus nombreux encore à nous suivre en 2014. Vos partages, vos commentaires et les discussions qui en découlent sont un véritable moteur et une richesse commune pour la gestion du site au quotidien. En guise de remerciements, nous vous proposons nos tops 2014 afin que vous puissiez repasser à travers quelques bonnes dizaines (voire plus) de sorties qui vous seraient passées sous le nez cette année. Et comme nous ne cessons de le répéter chaque année : il y en a eu du bon, et dans tous les styles. Vous retrouverez donc à la suite les tops des différents membres de l'équipe qui vous emmèneront forcément vers des territoires connus et inconnus, passant par le stoner, le doom, l'ambient, l'électro, le rap, le néo-classique, l'indus, la soul/funk et j'en passe. Si quelque chose vous semble manquer, si vous n'êtes pas d'accord, n'hésitez pas à partager vos réactions dans les commentaires, sur Twitter ou sur Facebook. Bonne écoute, et bonne année !

TOP ALBUMS

1. Have A Nice Life - The Unnatural World (Enemies List Home Recordings)

A la première écoute, j'ai trouvé cet album très inférieur à l'excellent Deathconsciousness. Puis je l'ai réécouté. Puis encore, et encore. Quelques dizaines d'écoutes plus tard, il n'y a pas à chier : cet album est une perle, un mélange parfait entre mélancolie, déprime, je m'enfoutisme nihiliste et évasion. Seule chose à dire : pitié, n'attendez pas encore 6 ans avant le prochain !
 
2. S - Cool Choices (Hardly Art)
 
Pas très connu, et totalement ingooglable, S est le projet solo de Jenn Ghetto, rescapée de l'un des groupes les plus dépressifs que je connaisse, j'ai nommé Carissa's Wierd. Si ses précédents albums ne contenaient que la voix de la demoiselle accompagnée par des multiples pistes de guitare électrique, cette fois on a droit à des vrais arrangements et une vraie production, pour un résultat qui parvient à être à la fois déprimant et très accrocheur. 
 
 
Oui, je suis prévisible. Oui, c'était facile. Oui, cet album est un peu un condensé de Aphex Twin. Oui, je m'en tape. J'ai beau avoir eu une petite impression de déjà entendu à la première écoute de cet album, il n'en reste pas moins excellent de bout en bout, et ne pas le placer dans ce top serait un geste anti-conformiste digne d'un ado de 17 ans.
 
 
Encore un album que j'ai totalement snobbé à sa sortie. Merci donc à mes contacts Facebook de l'avoir posté en boucle jusqu'à ce que je daigne lui redonner une chance, que je me prenne une putain de claque devant l'agressivité de la prod et le flow énorme de Killer Mike et de El-P, que je finisse par en devenir fan hardcore et que je me mette à poster l'album sur Facebook en boucle. Join the dark side, fuckers.
 
5. Death From Above 1979 - The Physical World (Last Gang Records)
 
Tous les ans, dans mon top 10, j'ai un album qui tombe dans la catégorie "bah moi j'aime bien". L'année dernière c'était Queens of the Stone Age, cette année c'est Death From Above. Exactement comme pour le QOTSA, tout le monde a beau gueuler "c'est trop pop, c'est trop propre", et j'ai beau être d'accord, au final la seule chose que je trouve à dire c'est "bah moi j'aime bien". 
 
6. Sage Francis - Copper Gone (Strange Famous Records)
 
Retour dans le domaine du hip-hop. Si vous connaissez Sage, vous devez vous en douter, on est ici dans un domaine bien plus classique et "propre" que RTJ, mais les paroles géniales, le flow et la "catchyness" générale de l'album m'ont suffi pour me le passer en boucle pendant des semaines.
 
7. Nils Frahm - Spaces (Erased Tapes Records)
 
Album live (bien que ça ne se trahit que par les applaudissements et une-deux fausses notes), cet album n'en est pas moins le meilleur que j'ai entendu de ce prodige allemand. Mélange parfait de piano et de sonorités électro, cet album est la bande son parfaite pour bosser. Ou ne pas bosser. C'est la bande son parfaite pour tout.
 
8. Swans - To Be Kind (Young God Records)
 
Encore plus difficile d'accès que les précédents, encore plus long, encore plus impitoyable ; l'impression qui se dégage de cet album est que Michael Gira hait ses auditeurs. Et c'est bien possible. Mais en attendant, on finit par aimer ça, dans une sorte de relation masochiste.
 
9. Godflesh - World Lit Only By Fire (Avalanche Recordings)
 
De retour après une (trop ?) longue absence, maître Broderick nous assène cette année non seulement un EP, mais aussi un album entier. Les deux opus, mais en particulier l'album, font l'effet d'un 36 tonnes qu'on se prend en pleine tronche: c'est direct et on ne peut plus puissant, voire instoppable, tout en restant froid et impersonnel au possible. Bref, du Godflesh quoi.
 
 
Je ne dis pas ça parce que je connais le mec derrière ce projet, ni même parce que j'ai participé à la création de l'artwork (moment personal branling), mais bien parce que c'est quand même un putain d'album. Quelque part entre Have a Nice Life (voire plus haut), Ben Frost et Swans période Soundtracks/Swans are dead, ce one man band 100% DIY est une petite perle de mélancolie noyée dans les reverbes.
 
Presque dans le top : Jakob, Carpenter Brut, Thurston Moore, Ben Frost, Goat, Thot, A Silver Mt. Zion
 
 
TOP CONCERTS
 
1. Subrosa @ Hellfest

J'ai adoré le dernier album de Subrosa malgré un chant assez aléatoire (qui en a d'ailleurs rebuté certains), mais pour le coup j'en attendais pas grand chose en live si ce n'est la même avec un chant encore plus faux. A tort, puisque ça a été ma claque de l'année. Puissance incroyable, atmosphère parfaite, tout y était, avec un chant au final pas pire que sur album. Vivement le Roadburn 2015 !!!

2. Goat @ Paris

Ça s'est joué à très peu pour la première place, puisque ce concert aussi m'a semblé absolument parfait. Les déguisements du groupe ont pris en ampleur par rapport à leur prestation au Roadburn 2013, et malgré une salle remplie qu'à moitié (faute au prix, assez rédhibitoire), cette soirée s'est vite transformée en une gigantesque fête.

3. Sage Francis @ Paris

La fatigue et la déprime de l'automne n'aidant pas, j'ai longuement hésité à aller à ce concert, pour arriver sur place presqu'à contrecoeur. J'en suis ressorti avec le sourire jusqu'aux oreilles, après avoir assisté à une performance parfaite d'un showman d'exception, comprenant même une impro sur Closer de Nine Inch Nails !

4. Grails @ Paris

Si vous n'avez jamais écouté Grails, je vous invite à le faire tout de suite. Si vous êtes familiers avec le groupe, dites-vous qu'en live c'est exactement pareil, mais en 3 fois mieux. C'est tout, il n'y a rien d'autre à dire.

5. Nils Frahm @ La Villette Sonique

Quand on est habitué aux concerts "metal", ça fait bizarre d'arriver dans une salle avec places assises, avec un public tellement silencieux que je n'osais pas prendre de photos pendant les passages calmes, de peur de déranger toute la rangée avec le "clic" de l'appareil. Cependant, je me suis vite rendu compte que c'est bien l'ambiance idéale pour apprécier le concert de ce prodige du piano, parsemé de touches d'électro.

6. Amenra @ Beyond The Redshift, Londres

J'ai une petite tradition : voir Amenra une fois par an. Non, je me suis pas fait chier à aller a Londres juste pour ça, mais il se trouve qu'ils jouaient au festival Beyond The Redshift qui se vantait d'un line-up impeccable de bout en bout. Et, à ma surprise, j'ai trouvé que les Belges avaient volé la vedette à la tête d'affiche (un truc suédois avec "Luna" dedans), en assurant le meilleur concert que j'ai jamais vu d'eux.

7. Terra Tenebrosa @ Paris

Je dois avouer qu'avant le Roadburn 2014, je n'avais pas compris le délire de Terra Tenebrosa, à chaque écoute de leur dernier album, celui-ci me paraissait extrêmement brouillon. Je suis quand même allé y jeter un oeil au Roadburn, et ai suffisamment aimé pour retenter le coup quelques semaines plus tard à Paris. Et ce fut la révélation. Terra Tenebrosa c'est immense, crade, solennel et malsain à la fois. Vivement le Hellfest 2015 pour savoir s'ils assurent tout autant même s'ils jouent en début d'après-midi.

8. Godflesh @ Hellfest

Arrivés au festival avec quasiment 3 heures de retard, Godflesh a donc dû jouer devant un chapiteau à moitié vide, d'autant plus que les Norvégiens de Kvelertak passaient en même temps à l'autre bout du festival. Mais les quelques fidèles ont été récompensés pour leur patience par un set toujours aussi écrasant et défoulant à la fois. Troisième fois que je vois ce groupe, toujours aucun faux pas.

9. Cult of Luna @ Beyond The Redshift, Londres

En vrai fanboy, je me suis fait deux concerts de Cult of Luna d'affilée. D'abord celui de Paris que j'ai trouvé extrêmement mauvais et bourré de fausses notes (et bourré tout court, d'ailleurs...), puis celui de Londres le lendemain, loin d'être parfait, mais s'en rapprochant déjà bien plus. Si jamais le groupe (et surtout son frontman) pouvait diminuer sa consommation d'alcool et se calmer un peu sur les attitudes "guitar hero", leurs lives n'en seraient que meilleurs.

10. Truckfighters @ Paris

Je vous avais dit que dans chacun de mes top de l'année il y a un "bah moi j'aime bien " ? Le voici. Truckfighters, c'est le groupe que tous les vrais de vrais aiment détester, car dans leur recherche de son accrocheur, ils auraient frôlé de trop près le monde de la pop, ou parce que leurs concerts seraient toujours identiques et prévisibles. Pour ma part, j'en ai absolument rien à battre, chaque concert que j'ai vu d'eux m'a donné le gros sourire, et, pop ou pas, je dois avouer que j'ai rarement vu un groupe qui a l'air d'autant s'éclater à jouer.
 
 
 
 
TOP ALBUMS
 
Rien ne s’est passé comme prévu. Je pensais retrouver le groupe que j’aimais depuis tant d’années et au lieu de ça, j’ai eu l’impression d’être face à un inconnu. Après des jours de doute, j’ai fini par comprendre ce qu’il essayait de me dire depuis le début. Il fallait juste que je prenne le temps de l’écouter et que j’apprenne à le (re)découvrir. “Black Honey” a gagné son statut de meilleur album de l’année dans la douleur, mais avec le recul, je me dis que ça en valait vraiment la peine.

Blut Aus Nord – “Memoria Vetusta III : Saturnian Poetry” (Debemur Morti)
 
Un chef d’œuvre. Inutile d’en dire plus.

Plebeian Grandstand – “Lowgazers” (Throatruiner Records)
 
L’album le plus violent, le plus poisseux et le plus malsain sur lequel j’ai posé mes oreilles cette année.

Nothing – “Guilty of Everything” (Relapse Records)
 
Si Nothing n’avait pas fait un arrêt à Lyon début Novembre, je n’aurais probablement jamais découvert ce groupe. Ca aurait été dommage de passer à côté de ces mélodies qui restent scotchées dans la tête pendant des jours, de ne pas avoir l’impression qu’on me souffle les paroles dans le creux de l’oreille… Oui vraiment, ça aurait été dommage.

Goat – “Commune” (Sub Pop)
 
Goat par-ci, Goat par-là. Tout le monde n’avait que ce nom à la bouche. Quand je me suis finalement décidée à écouter de quoi il s’agissait, j’ai découvert un projet étrange, complètement barré et hyper addictif. Comme quoi, ça vaut parfois le coup de céder face à la pression sociale.

This Will Destroy You – “Another Language” (Suicide Squeeze Records)
 
Adieu “Tunnel Blanket” ! Adieu ambiance sombre et titres indigestes ! Avec ce nouvel album, TWDY revient à ces premières amours et qu’est-ce que ça fait du bien !
 



TOP EPS / SPLITS

 
Riwen – “Riwen” (Indie Recordings)
 
“En kall vind från nord“. Un vent froid venu du nord. Cette petite phrase piochée sur Facebook résume bien cet EP : rugueux, imprévisible et balayant tout sur son passage. La différence notable avec le phénomène climatique, c’est qu’on a une furieuse envie de se refaire malmener dès que la tempête est passée.

Abraham / Coilguns (Hummus Records)
 
Quand deux enfants chéris du Hard décident de sortir un disque ensemble, il y a peu de chance d’être déçu(e). Alors qu’Abraham nous entraîne dans une chevauchée épique de seize minutes, Coilguns surprend tout le monde en cachant une petite pépite aux accents bluesy-shoegaze-cequevousvoulez au milieu de deux titres garantis 100% triple Satan. Une réussite totale !

Red Kunz – “Teeth, Hair & Skin“ (Hummus Records / Division Records)
 
Cette année, j’ai bassiné tout le monde avec Red Kunz mais j’avais une bonne raison de le faire. En une petite semaine, ils ont 1 – composé cinq (très bons) morceaux de A à Z, 2- enregistré les morceaux en question et 3 – préparé un set pour le concert-évènement fêtant leur collaboration. Vous connaissez beaucoup de groupes capables de faire la même chose ? Moi, non.

Amenra / Madensuyu (Consouling Sounds)
 
Pour être honnête, ce split figure dans mon top uniquement pour rendre grâce à Amenra. Cette version acoustique de “Razoreater” parvient presque à surpasser sa jumelle saturée. Tout y est plus sombre, plus mélancolique, et le chant de Colin H. Van Eeckhout prend des accents Toolesques de toute beauté. Superbe.

Myrkur – “Myrkur” (Relapse Records)
 
Le coup de cœur inattendu de cette fin d’année : un one-woman band mélangeant chœurs féminins et metal noir. Ca surprend dit comme ça mais je vous assure que le résultat vaut le détour. Alors oui, certains arrangements sont maladroits, mais ce petit côté amateur fait aussi le charme du projet. J’ai lu quelque part qu’un album était en préparation : je l’attends de pied ferme.
 
TOP CONCERTS
 
Je pensais que les Suédois ne pourraient jamais faire mieux qu’au Hellfest l’an passé, j’avais tort. Intensité et charge émotionnelle décuplées, symbiose totale entre le groupe et sa musique, retour triomphant de Claes Rydberg, “Leave Me Here”… On avait frôlé la perfection à Clisson, elle a été atteinte à Paris.

Kvelertak – Hellfest, Clisson
 
Vous étiez du côté de la Warzone aux alentours d’1h00 du matin ? Si vous avez croisé une version de Boucles d’Or hurlant en norvégien, sautant partout et enchaînant les sessions de air-guitar, c’était probablement moi ! Sans aucun doute le meilleur concert du festival !

Year Of No Light – Marché Gare, Lyon
 
Le dernier concert de l’année a fait une entrée fulgurante dans ce classement. Comment pouvait-il en être autrement après avoir assisté à cette nouvelle démonstration de puissance musicale et scénique ? Du très grand Year Of No Light.

Pg.lost - Beyond the Redshift, Londres
 
Il y a des groupes qu’on espère voir pendant des années et quand le moment arrive enfin, on se dit que l’attente en valait la peine. Pg.lost est de ceux là. Et même si les Suédois ont plus ou moins massacré “Terrain”, la seule présence de ce morceau dans la setlist suffit à rendre ce concert inoubliable.

Caspian – Hellfest, Clisson
 
Son cristallin, sourires complices sur scène, vagues de frissons dans le dos… Caspian a une nouvelle fois prouvé qu’il était un des meilleurs groupes –post de ces dernières années.

Red Kunz – Le Romandie, Lausanne
 
Ce soir-là, le Romandie est plein à craquer. Il faut dire que ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de voir un super-groupe en chair et en os. Les quatre musiciens prennent leur pied sur scène, nous aussi, et croyez-moi la fête a duré jusqu’au bout de la nuit.

Terra Tenebrosa – La Maroquinerie, Paris
 
J’ai eu l’impression d’assister à une représentation pervertie de la Comedia dell’arte, suintant le Mal à travers chaque note abyssale (cette basse !) et menée de main de maître par The Cuckoo, personnage inquiétant dont les murmures sont aussi effrayants que les hurlements.

Jean Jean – Le Périscope, Lyon
 
Cette année, j’ai trouvé un remède imparable au traditionnel coup de blues post-Hellfest : Jean Jean ! Entre les tubes de Katy Perry pour nous faire patienter/chanter/danser et l’énergie survoltée de leur musique, tous les ingrédients sont réunis pour nous scotcher un immense sourire crétin. Seule ombre au tableau, c’était bien trop court. Revenez vite ! Bisous.

The Old Wind – La Maroquinerie, Paris
 
Mettez l’album dans votre platine, montez le son au maximum et collez-vous aux enceintes. Ca ne vous donnera même pas une petite idée de la vague de décibels qui a frappé le public durant ce concert...

God Seed – Le Trabendo, Paris
 
Le souvenir le plus marquant de ce concert reste ma “confrontation visuelle” avec Gaahl. Dix longues secondes durant lesquelles j’ai soutenu son regard bleu pénétrant. L’homme caché derrière le corpse paint récompensera cet acte de bravoure d’un signe de la bête suspendu à quelques centimètres de mon visage. Un moment intense.
 
 
 
TOP ALBUMS
 
OAKE – Auferstehung (Downwards)

Pour tous ces soirs où vous rentrez chez vous après une vaine journée de travail, pour toutes ces nuits où le sommeil vous fait faux bond, pour tous ces moments où vous voulez simplement être le loup qui rôde dans ces forêts étranges. Sublimes de blancheur et de sérénité.

Current 93 - I Am the Last of All the Field That Fell (A Channel) (The Spheres)

Le XXIe siècle a lui aussi son troubadour, son poète de la langue anglo-saxonne, son narrateur médiéval hors du temps. David Tibet vous contera des histoires, belles et torturées, et sa voix séculaire hantera vos nuits pour plusieurs hivers.

Swans – To Be Kind (Young God Records)

Petite crise de gérontophilie à chaque écoute de l’album.

Goat – Commune (Rocket Recordings)

Tu viens danser tout nu ? Hein, dis ? Tu viens ?

Pharmakon - Bestial Burden (Sacred Bones Records)

Les tripes à l’air et les cheveux au vent. Le beau projet de Margaret Chardiet (aka Pharmakon) est l’une des meilleures surprises de cette année musicale. Sortez les tambours de guerre.

Cult of Youth - Final Days (Sacred Bones Records)

PAÏENS, HÉRÉTIQUES, INFIDÈLES. Le son frénétique de la guitare comme une incantation directe à nos démons intimes. Brûlons joyeusement avec les mécréants.

Gazelle Twin – Unflesh (Last Gang Records)

Ici, on sent la tripaille et la chair, on entend l’écoulement des fluides corporels comme si nous étions soudainement à l’intérieur de nous-même. Unflesh est une ode viscérale rythmée aux battements de nos cœurs. Chaque chanson nous prépare à l’explosion imminente de notre palpitant.

Jozef Van Wissem & SQÜRL Only Lovers Left Alive (ATP Recordings)

Une bande son à la hauteur du film qu’elle accompagne. Ou l’inverse.

Max Richter - The Blue Notebooks (130701)

Max Richter est un peu le Terrence Malick du néoclassique musical. Il aime les plans contemplatifs et caresser l’herbe à la moindre occasion (longtemps). Les rayons du soleil illuminent chacune de ses notes alors que la pluie commence à se faire entendre. Par la fenêtre, un enfant joue innocemment au ballon et vous oblige à questionner le sens même de notre existence. Vie sublimée et fantasmée, tu te gorges de nos dérélictions.

King Dude – Fear (Not Just Religious Music)

Monarque implacable aux ordres du Démon, King Dude continue d’éveiller en nous les désirs luxurieux d’une existence hédoniste.

Illum Sphere - Ghosts Of Then And Now (Ninja Tune)

Certains disent qu’il est compliqué de catégoriser le travail de Ryan Hunn, l’homme derrière Illum Sphere. Pourtant, ces considérations de journaliste musical nous passent un peu au-dessus à l’écoute de l’album. Ghosts Of Then And Now mélange influences et sonorités hip-hop, un genre musical que l’Anglais affectionne tout particulièrement. Du downtempo de longues journées d’été au bord de la piscine.

Grouper - Ruins (Kranky, Yellow Electric)

Tout commence avec le coassement de grenouilles, la peinture précise d’une nature qui s’éveille doucement. Liz Harris chante cette mélancolie que l’on chérit et son piano est une arme de destruction massive pour nos regrets passés. « Là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté ».

Emma Ruth Rundle - Some Heavy Ocean (Sargent House)

Douceur réverbérée sur son lit de folk tourmenté.

Orange Blossom - Under the Shade of Violets (Washi Washa)

La musique des Nantais traverse les frontières et sublime chacune de ses inspirations. Orange Blossom ou la magie des sons orientaux bercés par l’electro et la voix magnifique de Hend Ahmed, la chanteuse égyptienne du groupe.

Musk Ox – Woodfall (Pas de label)

Un projet de neofolk canadien qui s’appelle « Bœuf musqué »…  On ne partait pas franchement gagnant. Ces mots nous évoquent une odeur de caribou pas frais et une indigestion imminente de poutine. Et pourtant, Woodfall est un très bel album, tout en cordes et en poésie. Il y a là de quoi bazarder par la fenêtre tous nos a priori sur le bœuf musqué.

Angel Olsen - Burn Your Fire For No Witness (Jagjaguwar)

Parolière de talent, Angel Olsen incarne la désillusion folk comme personne.
 



TOP DARK AMBIENT, AMBIENT & TECHNO, TECHNO INDUS


Ensemble Economique - Melt Into Nothing (ambient, drone, coldwave)

Lawrence English - Wilderness of Mirrors  (ambient, drone, experimental)

Sunn O))) & Ulver – Terrestrials (ambient, drone, experimental)

Wrekmeister Harmonies - Then It All Came Down (drone, doom, ambient)

Lucy - Churches Schools And Guns + Lucy - Churches Schools and Guns Remixed (dark techno)

Andy Stott - Faith in Strangers (Ambient, downtempo)

Function & Vatican Shadow - Games Have Rules (ambient)

Max Cooper – Human (electronica)

Black Rain - Dark Pool (industrial techno, avant garde, no-wave, cyberpunk)

Vatican Shadow - Death Is Unity With God

We Will Fail - Verstörung (experimental techno)

Eomac - Spectre (techno)

Klara Lewis - Ett (industrial, noise)

D.A.R.F.D.H.S. - Det Stora Oväsendet (dark ambient)

Mondkopf - Hadès (techno, experimental)

TOP EPs

Samuel Kerridge - Deficit of Wonder

S.Maharba – Memorial

Mace. - The Heavens Are Already Theirs

Rainer Veil - New Brutalism

Keaton Henson - Romantic Material

Jon Hopkins - Asleep Versions

Prurient - Washed Against The Rocks

Mogwai - Music Industry 3. Fitness Industry 1.

A Winged Victory for the Sullen - Atomos VII
 
Ocean Death – Baths
 
 
 
TOP ALBUMS

Qu’est ce qu’on attend d’une bonne année musicale ? De la richesse en terme de sortie et beaucoup de plaisir. 2014 s’est montrée bonne fille, et c’est l’heure de décerner les récompenses.
 
 
Catégorie  album « Un train m’est passé dessus et j’ai trouvé ça chouette. D’ailleurs n’est-ce peut-être pas un train, qu’importe… »

Les Butcherettes, Cry is for the Flies (Ipecac Recordings)
 
Catégorie  album « Il ne suffit pas d’arborer Kurt Cobain sur un T-Shirt pour aimer le Punk Garage crétin. Laisse ça aux gens vraiment investis. »
On ne s’étonnera même pas qu’elles tournent avec The Melvins.
 
Catégorie album « Vétéran tellurique à ce point increvable qu’il sera là encore après l’Apocalypse ».

The Great Old Ones, Tekeli-li (Les acteurs de l'ombre)
 
Catégorie album  « Moi ce n’est pas la Bible que je lis, c’est Lovecraft »
J’adore l’artwork de la pochette qui plus est.

Alexander Turnquist, Flying Fantasies (Western Vinyl)
 
Catégorie  album « Oui, parle à mon âme. »
Le voir sur scène tiendra lieu du miracle, je le crains.

Trent Reznor et Atticus Ross, BO de Gone Girl (Columbia)
 
Catégorie Soundtrack « La hantise sur pellicule, c’est notre crédo, mais seulement avec David Fincher »
 
 
Catégorie live  « Je fais des shows mil-li-mé-très »
C’est très pro, mais très peu spontané.

Nick Cave, Zénith de Paris
 
Catégorie live « Vous auriez dû prendre le Stade de France, l’artiste s’y prête tellement… »
Tupelo de très, mais alors très loin.

Glazart, Stoned Gatherings

Catégorie salle de concert/Show. « Même la desperados a meilleur goût là-bas. »

La Reine des Neiges

Catégorie Single « Tu vois bien que la Noise n’est pas l’apanage du métal »
Délivrée, Libérée. Interdite à Guantanamo, c’est dire.

A très bientôt, pour une année 2015 qu’on espère aussi réussie que sa grande sœur !

 
 
 

TOP ALBUMS
 
Godflesh – A World Only Lit by Fire (Avalanche Recordings)

Le retour de Godflesh fait mal et laisse des traces dans les tops de l'année 2014 et c'est, je trouve, largement mérité. A World Only Lit by Fire est sans grande surprise un album froid, violent et sans merci. Résolument 2014.

Antemasque – s/t (Daymare Recordings)

Ce n'est certes définivitement pas un retour d'At the Drive In mais c'est quand même une bonne décharge d'adrénaline de 35 minutes. J'attends la suite, et un concert, évidemment.

Sharon Von Etten – Afraid of Nothing (Jagjaguwar)

Sharon et son groupe continuent avec brio leur chemin, 2 ans après l'excellent Tramp, qui m'avait porté vers leur musique, c'est de nouveau un immanquable cette année tant il regorge de pépites folk qui vous ramolliront le coeur.

Paramnesia – s/t (Les acteurs de l'ombre)

Les Acteurs de l'Ombre continuent sans relâche leur quête afin de nous abreuver d'excellents projets black-metal originaires de France, la preuve en est encore avec Paramnesia (Strasbourg) qui marque mon coup de coeur dans le genre cette année.

Otto a Totland – Pinô (Sonic Pieces)

Productif fut Otto a Totland, qui cette année 2014, aura publié un LP solo mais aussi un EP avec Deaf Center (un peu plus bas dans le top EP). Dans les 2 cas c'est toujours aussi bon. Un album à conseiller aux amateurs de Nils Frahm ou d'A Winged Victory for the Sullen.

Mondkopf – Hades (In Paradisum)

L'excellente surprise de l'année, qui a frappé tôt d'ailleurs, c'est cette belle et profonde introspection sonique signée du français Mondkopf qui en viendrait presque à rivaliser dans ma disco avec un certain canadien : Tim Hecker.

Electric Wizard – Time to Die (Spinefarm Records U.K., Witchfinder Records)

Il n'a visiblement pas fait l'unanimité, mais me concernant ce nouveau Wizard est passé, re-passé, encore et encore dans mes enceintes sans que je ne me lasse. C'est beaucoup moins lourd et gras que certains vieux albums certes (ce n'est pas ce que je préfère chez le groupe d'ailleurs), mais les riffs restent accrochés au fond de la boîte crânienne bien comme il faut et sans que l'album ne perde une certaine cohésion noire tout du long. J'aime.

BADBADNOTGOOD – III (Innovative Leisure Records)

Mis à part le fait qu'ils viennent de Toronto et qu'ils sont 3, je n'en sais pas beaucoup plus de BADBADNOTGOOD. Ce dont je suis sûr par contre c'est que III est une petite pépite à la croisée des genres. On se donne rendez-vous en 2015 avec leur nouvel album comportant, paraît-il, Ghostface Killah sur quasi toutes les pistes..

Duo de Twang - Four Foot Shack (ATO Records)

Les Claypool ne sera pas resté les bras croisés cette année car en plus de cette sortie c'est un nouvel album de Primus qui nous a aussi été offert (et qui lui n'a pas vraiment retenu mon attention). Ici Les C. et Bryan K. nous donnent rendez-vous pour un album de country barré parsemé de reprises des Bee Gees, Alice in Chains ou de… Primus.

Run the Jewels – Run the Jewels 2 (Mass Appeal)

La concurrence a été rude dans la sphère rap cette année, mais il faut avouer qu'il est difficile de passer à côté de ce deuxième Run the Jewels. Rythmé, sombre, teinté rock et super bien branlé, El-P et Killer Mike nous foutent une mandale meilleure encore qu'avec le premier. Un incontournable de 2014.
 
 
BONUS BO 2014

Trent Reznor, Atticus Ross – Gone Girl OST

Only Lovers Left Alive OST

Alex Puddu – The Golden Age of Pornography Vol.2 (X-Rated Adults Only)

TOP EPS 2014

Inter Arma – The Cavern

Godflesh – Decline & Fall

Kerridge - Deficit of Wonder

Selenites - Hedoniste

Deaf Center – Recount
 

 

 

Longtemps attendu, cet album finit par voir le jour et ne déçoit pas. Le son Martin, toujours aussi lourd et ambitieux semble regarder dans le rétro et fait le lien entre la fin de Techno Animal et Pressure. En boucle.

Sleaford Mods – Divide & Exit (Harbinger Sound)

Fascinant duo de hip hop punk qui semble n’en avoir rien à foutre et qui glaviotte dans les oreilles façon Angleterre profonde.

Actress – Ghettoville (Werk Discs, Ninja Tune)

Fin du cycle et fin de vie, apparemment, pour Actress avec cet excellent album, angoissant et magnifique.

Godflesh – A World Lit Only by Fire (Avalanche Recordings)

Le retour de Godflesh sur un long format, implacable, lourd et inépuisable. Mais très épuisant.

Run The Jewels – RTJ2 (Mass Appeal)

Second album qui confirme tout le bien qu’on pensait de l’association : le duo fonctionne très bien et ne s’épuise pas. On se demande où El-P va s’arrêter !

Shabazz Palaces – Lese Majesty (Sub Pop)

Probablement le disque le plus beau et fascinant de l’année, un hip hop muté aux sonorités électroniques qui envoûte un peu plus à chaque écoute.

Freddie Gibbs & Madlib – Pinata (Madlib Invazion)

Caillera à mort pour Gibbs, production soyeuse pour Madlib : l’association marche complètement. Madlib n’est jamais aussi bon qu’en duo.

Shit & Shine – Tropical (Gangsigns)

Comme chaque année, on a eu du Shit and Shine, comme chaque année, ils finissent dans mon top de fin d’année. Et j’avais l’embarras du choix avec 2 albums cette année !

Andy Stott – Faith in Strangers (Modern Love)

Après un précédent LP un peu décevant, Andy Stott revient à un album qui rassemble ce qu’on aime chez lui : une douceur et une violence qui mêle l’agression dancefloor de fin du monde à des tissages mélodiques sublimes.

Swans – To Be Kind (Young God Records)

Bien que très (trop) long, les Swans signent encore un album solide qui ne cesse de révéler ses qualités au fil des écoutes.
 
 
TOP COMPILS/RÉÉDITIONS

Monoton – Monotonprodukt 02

Projet méconnu qui fait l’objet de plusieurs rééditions ces dernières années, voilà la petite dernière qui continue de révéler cet important projet passé inaperçu.

XL recordings  - 20 years

Parcours passionnant que celui de ce label, d’abord orienté autour de la rave music et du hardcore pour finalement se diversifier et être capable aujourd’hui d’aligner exigence électronique et pointure indé. Personnellement, on préférera quand même les premières années du label…

NTM – Paris sous les bombes

Le meilleur album du duo (enfin quasi quintet à l’époque) sur une belle réédition vinyle qui fait honneur à la légende. On se serait passé du morceau avec Nas mais bon… Quel plaisir de redécouvrir sur galette noire le son incroyable de cet album !

Z – Visions of Dune

Passionnant travail à vide révélé cette année : Z imaginait la bande son de Dune par Jodorowsky, finalement jamais tourné. Synthés analogiques stellaires pour une exploration remarquable.

Cave In – Jupiter

Ressortie bienvenue du meilleur album de Cave In, celui où les envolées metal disparaissaient pour une écriture plus maîtrisée lorgnant vers Failure.

TOP EPs

The Bug / Earth

Carlson fait du Earth, guitares du désert, et Martin qui fait du Bug : collaboration très réussie, on se prend à imaginer un album complet !

Godflesh – Decline & Fall

Avant l’album, il y a eu l’EP qui avait posé les bases : Godflesh est très remonté.

Shackleton – Freezing Opening Thawing

La danse vaudou de Shackelton continue sur cet EP qui pousse encore plus loin le concept.

Enob/Miss Daloway

Dans une superbe pochette, ce 10" montre 2 groupes qui s’affirment et qui alignent chacun une face impeccable.

Heldon – perspectives

Le Souffle Continue se lance dans la production et ouvre le bal avec le back catalogue de Richard Pinhas. Très bonne série !

TOP CONCERTS

Nas – Le Zenith

Nas est venu jouer Illmatic dans son intégralité, qu’il a ensuite augmenté d’un gros medley : impressionnante maîtrise de la scène pour le roi de NYC qui n’a pas faibli seul sur scène.

Massive Attack – Fête de l’Huma

Massive continue de progresser sur scène, le spectacle impressionne et le répertoire tape dans tous les sens (ep solo, heure de gloire des 90’s).

Shabazz palaces – Le Batofar

A l’image du dernier album : on avait peur que sur scène, en tête d’affiche, ils nous endorment, ils nous ont simplement hypnotisés !

Converge – La Maroquinerie

10 ans après leur âge d’or discographique, Converge demeure une bête de scène incroyablement époustouflante.

Run The Jewels – La Bellevilloise

Après un début qui laissait craindre le pire (extinction de voix), RTJ a brûlé la Bellevilloise face à un public révolté. Etonnamment, l’engouement était bien plus important qu’un an plus tôt…

Man or Astro-Man ? – Villette Sonique 2014

Atterrissage sans problème pour les allumés de Man or Astro-Man ? à la Villette qu’ils ont complètement ravagé avec un set démentiel.

Terminal Cheesecake – Sonic Protest

Groupe légendaire de l’Angleterre des 90’s, Terminal Cheesecake s’est reformé pour le meilleur et pour le « pire » : joie et bruit purs devant la performance incroyable du groupe qui a malheureusement mis de côté son côté plus dub.

The Prodigy – O2 Londres

Tout premier concert de l’année pour ma part (1er janvier à 00h01) et la sanction ne change pas : The Prodigy sur scène reste une bête redoutablement efficace.
 
 
 
TOP ALBUMS

2. 1000 Mods – Vultures (The Lab Records)
 
3. Monolord – Empress Rising (Riding Easy Records)
 
4. Black Moth – Condemned To Hope (New Heavy Sounds)
 
 
6. Steak – Slab City (Napalm Records)
 
 
8. Wo Fat – The Conjuring (Small Stone Records)
 
 
 
 
 
3. The Atomic Bitchwax 11.08.2014 @ Glazart, Paris
 
4. Year Of No Light / Mars Red Sky 11.12.2014 @ Point Éphémère, Paris
 
5. Brant Bjork & Low Desert Punk 07.10.2014 @ Glazart, Paris
 
6. Earthless 06.11.2014 @ Glazart, Paris
 
7. Steak 02.12.2014 @ Glazart, Paris
 
8. The Midnight Ghost Train 24.05.2014 @ Le Hangar, Ivry-sur-Seine
 
9. King Buzzo 31.08.2014 @ Nouveau Casino, Paris
 
10.The Jim Jones Revue 23.09.2014 @ Trabendo, Paris
 
 
 
TOP ALBUMS
 
Comet Control - Comet Control (Tee Pee Records)

Mars Red Sky - Stranded In Arcadia (Listenable Records)

Big Red Panda - Big Red Panda (no label)

Spidergawd - Spidergawd (Crispin Glover Records)

Salem's Pot - ...lurar ut dig på prärien (Riding Easy Records)

Child - s/t  (no label, vinyl soon on Kozmik Artifactz)

Run The Jewels - RJT 2 (Mass Appeal)

Ghostface Killah - 36 Seasons (Salvation Music)

Sonny Simmons & Moksha Samnyasin - Nomadic (Svart Records)

Badbadnotgood - III - Innovative (Leisure Records)

11paranoias - Stealing Fire From Heaven  (Ritual Productions)
 
Heliocentrics & Melvin Van Peebles - The Last Transmission (Now-Again Records)
 



RÉÉDITIONS

Orang-Utan - "s/t" - Sommor


Spirit Caran -Jug Fulla Sun - Exile On Mainstream

Unida - Coping With The Urban Coyote - Cobraside

Slo Burn - Amusing The Amazing - Malicious Vinyl

TOP CONCERTS

Magma, Roadburn

Earthless, Paris, Stoned Gathering

Uncle Acid, Paris

Harsh Toke, Roadburn

Mars Red Sky, Festival Alambic
 
 
 
TOP ALBUMS

Run the Jewels – Run the Jewels 2 (Mass Appeal)

Iron Reagan – The Tyranny of Will (Relapse Records)

Dead Congregation – Promulgation of the Fall (Profound Lore Records)

Cold World – How the Gods Chill (Deathwish Inc.)

Young and in the Way – When Life Comes to Death (Deathwish Inc.)

Full of Hell & Merzbow – Full of Hell & Merzbow (Profound Lore Records)

Freddie Gibbs & Madlib – Pinata (Madlib Invazion)

Ben Frost – Aurora (Bedroom Community, Mute)

The Bug – Angels & Devils (Ninja Tune)

Madlib – Rock Konducta (Madlib Invazion)
 



TOP CONCERTS


Entrails @ The Unicorn (Londres) le 28/02

Old Man Gloom @ Koko (Londres) le 03/04
 
 
 
TOP ALBUMS

Swans - To Be Kind (Young God Records)

Have A Nice Life - The Unnatural World (Enemies List Home Recordings, Flenser Records)

Dirge - Hyperion (Debemur Morti Productions)

Indian - From All Purity (Relapse Records)

United Nations - The Next Four Years (Temporary Residence Ltd)

Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra - Fuck Off Get Free We Pour Light On Everything (Constellation Records)

White Lung - Deep Fantasy (Domino)

Warpaint - Warpaint (Rough Trade)

The Brian Jonestown Massacre - Revelation (A Records)

Step Brothers - Lord Steppington (Rhymesayers Entertainment)

Perfect Pussy - Say Yes To Love (Captured Tracks)

Liars - Mess (Mute)

Helms Alee - Sleepwalking Sailors (Sargent House)

Godflesh - A World Lit Only By Fire (Avalanche Recordings)

Conan - Blood Eagle (Napalm Records)
 

TOP EPs

The Bug vs. Earth - Boa/Cold

Martyn - Frogiveness

Kode9 & The Spaceape - Killing Season

Darkside - What They Say/Gone Too Soon

Esben And The Witch/Thought Forms - Split

TOP 5 CANADA

Elephant Stone - The Three Poisons

Menace Ruine - Venus Armata

Timber Timbre - Hot Dreams

Alvvays - Alvvays

Sorc’henn & L’Acéphale - Will Of The Abyss
 
 
 
1 - Heliocentrics & Melvin Van Peebles - The Last Transmission (Now-Again Records)

2 - Swans - To Be Kind (Young God Records)

3 - Sarah Jane Scouten - The Cape (Pas de label)

6 - King Dude - Fear (Not Just Religious Music)

7 - Down - IV Part II (Roadrunner Records)

8 - The Great Sabatini - Dog Years (Solar Flare Records)

9 - Goatwhore - Constricting Rage (Metal Blade Records)

10 - Emma Ruth-Rundle - Some Heavy Ocean (Sargent House)
 
 
 
 

02. Have A Nice Life - The Unnatural World (Enemies List Home Recordings, Flenser Records)

03. Mondkopf - Hades (In Paradisum)

04. Jakob - Sines (The Mylene Sheath)

05. Ben Frost - A U R O R A (Bedroom Community, Mute)

06. Jessica93 - Rise (Teenage Menopause Records, Music Fear Satan)

07. Nothing - Guilty of Everything (Relapse Records)

09. Fall of Messiah - How to See Beyond The Fields (Palm Reader Records)

10. Whirr - Sway (Graveface Records)
 

03. Ben Frost @ UT Connewitz, Leipzig

06. Roly Porter @ Le Sucre, Lyon

09. Public Service Broadcasting @ Festival Heart of Glass, Heart of Gold

10. La Colonie de Vacances @ Nuits Sonores, Lyon
 
 
 
Sans rentrer dans le débat sur le sens et la pertinence des tops de fin d’année, voilà en tout cas une sélection des albums et concerts qui m’ont marquée cette année, pour une raison ou pour une autre. Le classement est chronologique.
 
TOP ALBUMS

Mondkopf - Hades (In Paradisum)

Have a Nice Life - The Unnatural World (Enemies List Home Recordings, Flenser Records)

Cheatahs - S/T (Wichita)

Nothing - Guilty of Everything (Relapse Records)

Eagulls - S/T (Knitting Factory Records)

Atmosphere - Southsiders (Rhymesayers Entertainment)

Ben Frost - Aurora (Bedroom Community, Mute)

Fink - Hard Believer (R'COUP'D)

Whirr - Sway (Graveface Records)

Yob - Clearing the Path to Ascend (Neurot Recordings)

This Will Destroy You - Another Language (Suicide Squeeze)

We Were Promised Jetpacks - Unravelling (FatCat Records)

Jakob - Sines (The Mylene Sheath)

The Budos Band - Burnt Offering (Daptone Records)

Andy Stott - Faith in Strangers (Modern Love)
 



TOP CONCERTS

And So I Watch You From Afar @ Le Marché Gare, Lyon

Caspian @ Le Petit Bain, Paris

Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra @ L’épicerie Moderne, Feyzin

Ben Frost @ UT Connewitz, Leipzig

Ytpo @ Heart of Glass Heart of Gold, Ruoms

Roly Porter (live a/v Life cycle of a massive star) @ Le Sucre, Lyon

Deltron 3030 @ Le Transbordeur, Lyon

Year of no light @ Le Marché Gare, Lyon

 
 
 
TOP ALBUMS

Yob - Clearing The Path To Ascend (Neurot Recordings)

Coffin On Tyres - Erase (Pas de label)

The Picturebooks - Imaginary Horse (Riding Easy Records)

Monolord – Empress Rising (Riding Easy Records)

Brain Pyramid - Chasma Hideout (Acid Cosmonaut)

Watter - This World (Temporary Residence Limited)

Salem's Pot - ...lurar ut dig pa prarien (Riding Easy Records)
 
Motorpsycho - Behind the Sun (Rune Grammofon)

Seven That Spells - Death And Resurrection Of Krautrock: IO (Sulatron Records)

Thurston Moore – The Best Day (Matador Records)
 



TOP CONCERTS

Amenra - La Maroquinerie - Kongfuzi Booking

Weedeater - DesertFest Londres 2014

The Ultra Electric Mega Galactic - Glazart - Stoned Gatherings

The Midnight Ghost Train - Le Hangar Ivry - Gladstone Asso

WO FAT  - Glazart - Stoned Gatherings

Motorpsycho - La Flèche D’Or

The Atomic Bitchwax -  Glazart - Stoned Gatherings

King Buzzo - Nouveau Casino - Kongfuzi Booking

Yob - Glazart - Stoned Gatherings

Orange Goblin - La Flèche D’Or
 

 
Les TOPS 2014 de la rédaction
Baktelraalis
Créateur de @Pelecanus_net + Drupal-maniac + Fils de l'internet + Amateur de culture ALT | PGP: 0x38FB7439

Ajouter un commentaire