Annabelle

Portrait de Annabelle
À propos: 
J'ai plus de films d'horreur vus à mon compteur que l'enfant fantasmée de John Carpenter et Dario Argento. J'aime écouter de la musique et en parler, surtout ici.
Le 08/22/2015 - 18:04
Chelsea Wolfe - Abyss (2015)

Le seul nom de Chelsea Wolfe suffit à nous évoquer quelques tambours de guerre, le souffle du vent, lourd, glacé et indomptable, qui craquelle la peau alors que l’on regarde la mer se déchaîner comme sur une toile de Caspar David Friedrich. Teasé à coup de morceaux tous plus bons les uns que les autres, le nouvel album de l’Américaine, Abyss, n’en finissait plus de se faire attendre. En 2013, elle parvenait déjà à effectuer une transition réussie, laissant sa folk dronesque derrière elle pour expérimenter ses affinités avec le métal, le post-punk et les musiques électroniques. Maniant habilement le mélange des genres, la louve s’enfonce encore un peu plus dans l’exploration de l’obscurité et de la mélancolie dans son nouvel opus estival, à n’écouter que la nuit.

Le 08/12/2015 - 16:53
[Mixtape] Électricité statique, violence électronique (partie 04)

Partout, des airs de fin d’été, de fin de tout. Les vacanciers continuent leur combat perpétuel d’Instagram, mais le cœur n’y est plus. Août n’a pas vraiment commencé, qu’il paraît déjà presque terminé. Oh, bien sûr il fait chaud, et nous ne sommes pas encore prêts à arrêter les apéros, les joyeuses soirées qui sentent le sable chaud et le béton brûlant. Non. Mais lorsque le soleil se couche un peu plus tôt, notre vue s’embrume pour on ne sait quelle raison mystérieuse. La dernière mixtape de notre série « Électricité statique, violence électronique », soit le meilleur du dark ambient, de l’ambient et de la techno indus de l’année 2014, s’offre donc à vous comme une réponse. Comme une invitation à la danse, au lâcher-prise total, sans compromis. C’est l’amour à la plage avec Rrose, la haine dans les geôles avec Headless Horseman, et le delirium tremens dans les gares désaffectées avec Prurient. 

Le 07/20/2015 - 17:55
Swans + Domingo Garcia Huidobro 08/07/2015 @ Le Trabendo, Paris

Il y a dans l’expérimentation d’un concert en live, un paradoxe appréciable. À bien des égards, la musique est une expérience empirique, faisant directement appel à — au moins –  l’un de nos sens : l’ouïe. Pourtant, dès l’instant où nous essayons de mettre des mots sur ce qu'un air nous fait ressentir, les descriptions deviennent approximatives. En témoigne la propension exacerbée des chroniqueurs musicaux à l’utilisation du champ lexical de l’onirisme. De cette contradiction entre réel et irréel, objectif et subjectif, naissent les sonorités martiales de Swans, formation quasi trentenaire de titans du rock expérimental et de la No Wave, à voir sur scène avant de mourir.

Le 07/19/2015 - 23:21
[Mixtape] Électricité statique, violence électronique (partie 03)

Il fait chaud. Parlez-moi d’une évidence. On sue, on sent généralement en conséquence, et la proximité avec autrui devient vite problématique. Pourtant, il existe des solutions simples à ce problème qu’est l’été (venant du sud, je m’octroie le droit de critiquer cette saison détestable). On continue donc de découvrir ou redécouvrir les meilleurs morceaux électro de 2014, avec, cette fois-ci, davantage de douceur. Le Grand Dragon rouge et la Femme vêtue du Soleil sont toujours là, et cette dernière est, semble-t-il, en mauvaise posture sur l’aquarelle de William Blake - mais bien déterminée à se battre. Ce que ne vous dit pas l’œuvre de l’Anglais, c’est qu’une heure plus tard, elle allait chiller en écoutant Mogwai, Oiseaux-Tempête, Max Cooper et Vatican Shadow... Pensez à bien vous hydrater.

Le 07/14/2015 - 19:56
Deathwish Fest 2015, Converge + Trap Them + Harms Way + YAITW 01/06/2015 @ Le Trabendo, Paris

Moult adorateurs barbus se sont réunis pour cette première soirée de juin afin de répondre à l’appel du label mythique Deathwish Inc. Mais ils ne sont pas les seuls. Arrivée au Trabendo, le constat est évident : tout le monde aime Converge (soyons sérieux, nous étions surtout là pour eux). La variété du public fait plaisir à voir, et ce soir, c’est un peu comme au MacDo : venez comme vous êtes et surtout, venez nombreux et nombreuses. Ici, on découvre des collections de tatouages à faire frémir le fameux tueur du très bon Monsieur Malaussène, la bonne humeur et la tendresse en plus. Parce qu’on ne le rappellera jamais assez, l’univers du métal est surtout celui de l’amour.

Pages