DMDFC

Portrait de DMDFC
À propos: 
-
Le 09/03/2017 - 21:32
Ulver - The Assassination of Julius Caesar (2017)

Nouveau rebondissement dans la carrière d’Ulver. Ou simplement : nouvel album. Les Norvégiens ont mis un point d’honneur a ne jamais sortir deux albums se suivant, et composer ainsi une discographie qui se renouvelle sans cesse de l’intérieur.

Le 04/06/2017 - 22:04
Gnod – Just Say No To The Psycho Right-Wing Capitalist Fascist Industrial Death Machine (2017)

Gnod est extrêmement prolifique, capable d’assurer des sorties d’albums de grande qualité chaque année. Après un « Mirrors » qui, dans mon cas, a fini dans le top album 2016 sans trop de difficulté et déjà un an après le fabuleux « Infinite Machine » dont les grandes forces continuent de faire leur effet, sublime double album inépuisable.

Le 05/20/2015 - 22:08
Godflesh + Extreme précautions + Amédée de Murcia & Guillaume Mikolojczyk 17/04/2015 @ Gaîté Lyrique, Paris

La Gaieté Lyrique pour Godflesh. Pourquoi pas. Slint l’an dernier avait sa petite légitimité, j’associe cette salle à des événements plus arty et propres, pas forcément pour Broadrick et sa crasse toute punk dans sa mission vers la lourdeur pesante.

Le 02/03/2015 - 22:45
Carpenter Brut 22/01/2015 @ Le Batofar, Paris

Tony n’a pas faim. Ce soir il a un gala, il est rejoint par Dylan et ses potes. Son accoutrement est celui de tous les jours (enfin, celui qu’il sort de son sac après le travail, une sombre affaire l’impliquant dans le service informatique d’une entreprise de gestion des déchets) : un tee-shirt dont il a lui-même déchiré les manches, un jean bien trop serré mais ne gênant pas ses mouvement car ses jambes sont trop frêles, et un bandana rouge, remplissant le même rôle que le serre-tête de sa sœur Clarisse quand elle était petite : assurer un maintien parfait du cheveu en toute circonstance.

Le 08/25/2014 - 23:04
Converge + Martyrdöd + Okkultokrati 03/08/2014 @ la Maroquinerie, Paris

Dur, on imagine, pour n’importe quel groupe de passer avant (pire encore : après) Converge. Depuis 20 ans, le groupe a sa petite réputation scénique. Aussi, on verra peu de OKKULTOKRATI mais on a sincèrement cru à une parodie. Visiblement non, il s’agit d’un vrai groupe. Martyrdöd, à l’inverse, est de ces groupe dont on a vu le nom passer un nombre incalculable de fois mais auquel nous n’avions, jusque là, prêter aucune attention. Et ce n’est pas avec ce concert qu’on va combler le manque. Si on doit jouer aux étiquettes, on parlera de crust, mais je ne retrouve ni la puissance mélodique d’un From Ashes Rise ni la brutalité d’un His Hero Is Gone. Martyrdöd fait du punk comme on fait du stoner : en mode autoroute. Chiant.

Pages