Tau Cross - Pillar of Fire (2017)

Tau Cross - Pillar of Fire (2017)

Dans la catégorie supergroup, Tau Cross se hisse rapidement dans les tops. Composé de Rob "The Baron" Miller (Amebix) aux voix et à la basse, Michel "Away" Langevin (Voivod) à la batterie et les guitaristes Andy Lefton (War//Plague) et Jon (Misery), ils sortent cette année leur deuxième opus Pillar of Fire et ceci seulement deux ans après la sortie de leur premier album éponyme qui a surpassé nos attentes qui étaient, admettons-le, très élevées. Talentueux ET prolifiques? Rien de moins venant de la part de musiciens de groupes légendaires.

Tau Cross outrepasse les barrières géographiques et musicales. Enregistré dans trois pays différents, Pillar of Fire est une oeuvre très variée, chacune des pièces ayant une évolution non-linéaire et une ambiance très distincte. Les multiples influences de Tau Cross abondent dans leur deuxième opus. Déjà qu'on retrouvait des influences diverses dans leur premier album, Tau Cross ratissent encore plus large dans Pillar of Fire. On retrouve des riffs à la sauce Slayer dans Bread and Circuses, une ambiance post-punk à la Killing Joke dans Deep State, un hymne dark folk industriel dans la pièce maîtresse Pillar of Fire... 

La sonorité Tau Cross se démarque par la voix rauque Lemmy-esque de Miller, une basse dynamique très présente dans le mix, un équilibre harmonieux entre le mélodique et le drive dans les riffs de guitares et bien sûr, le jeu de batterie fascinant d'Away. Ces musiciens hors pair fusionnent leurs instruments parfaitement ensemble, créant des textures riches et accrocheuses. On a droit à de la technicalité bien dosée: des solos qui ne tombent pas dans le show off et des leads de guitares stratégiquement placés pour évoluer avec le chant autoritaire de Miller (A White Horse, The Big House, RFID). 

Dans les textes engagés de Miller, on découvre la philosophie de Tau Cross qui se veut vague et abstraite. Les paroles laissent beaucoup place à l'interprétation, par exemple, Bread and Circuses peut tout aussi bien traiter de la religion, de socio-politique ou de la condition humaine:

For to rule a people is a simple thing
All that they want, all that they need
All they desire, the world is a stage

Watch as they die for your applause
Feed them bread and circuses

Peu importe la signification réelle des paroles, les passages de sing-alongs ne manquent pas parmi les onze morceaux et ça les transforme en véritables hymnes de rock'n'roll que vous allez fort probablement fredonner pour le reste de la journée (Raising Golem, On The Water, Seven Wheels). Les riffs de guitares sont tout aussi mémorables. Killing The King vous transportera vers l'époque médivale: les riffs chugchug motivent vos chevaux à foncer vers un château qui a été repris par le peuple, c'est le saccage, les têtes roulent et le sang royal coule à flot sur les pierres... Une expérience musicale qui est enrichie par les multiples interprétations qu'on puisse faire des paroles, et par une maîtrise d'instruments qui réussit à nous faire voyager dans le temps et dans l'espace. 

Bref, Pillar of Fire est un deuxième opus original et innovateur. Il peut plaire tant aux fans de rock, de punk, de métal et même de folk. On y retrouve bien évidemment une bonne touche de crust grâce au rôle de Miller dans la coproduction. The Baron et Away ont beau être actifs depuis plus d'une trentaine d'années, ils ont visiblement encore toute leur fougue. Ils se réinventent constamment, et cela se manifeste à travers leur musique qui reste toujours d'actualité. 

Tau Cross - Pillar of Fire (2017)
Tau Cross
Pillar of Fire
Raising Golem
Bread and Circuses
On The Water
Deep State
Pillar of Fire
Killing the King
A White Horse
The Big House
RFID
Seven Wheels
What Is A Man
Billets de spectacles ou instruments de musique, tous mes revenus vont vers la musique.

Ajouter un commentaire