Rien à foutre à Paris ? Janvier 2015

Rien à foutre à Paris ? Janvier 2015

Paris, la grande fourmilière des concerts, propose chaque mois un nombre scandaleux d'activités musicales. Comment se repérer dans ce dédale de gros son ? La chose se révèle bien plus simple qu'elle n'en a l'air. Tout d'abord, bien noter les dates Stoned Gatherings. Amateur de Heavy, Doom, Stoner et autre gras poussiéreux, vous serez servi. Ensuite ne pas hésiter à guetter les pépites disséminées de part et d'autre de la capitale du « pain-pâté-vin rouge ». Enfin, oser passer de la grosse salle au petit zinc crado, et inversement !

9 janvier - Harsh Toke + Comet Control / Stoned Gatherings Klub / Tee Pee Records night @ Le Klub

Alors, oui il s'agit d'un de nos partenaires, et oui on est hyper content à chaque fois qu'on peut les placer dans un papier. Toutefois, ne nions pas la réelle qualité de la programmation des Stoned Gatherings qui foncent tête baissée dans une quête toujours plus acharnée du plaisir auditif. En effet, l'organisation propose depuis le mois de novembre une série de tout petits concerts, pas chers et avec des groupes en devenir. Avec un slogan plus que révélateur « Des artistes petits mais costauds à petits prix ! », le concept mérite qu'on lui donne sa chance !

Prérequis pour aimer la soirée : Avoir un goût prononcé pour le gras.

 

16 janvier – Awake In Sleep + Saar + Observer @ Espace B

On décolle pour Awake In Sleep, un doux mélange de post-rock/metal experimental bercé par une voix sludgy. Influencé par Cult of Luna, Neurosis ou encore Rosetta, le groupe sortira son tout premier album intitulé Heights, en 2015. Pour l'occasion, Awake In Sleep sera entouré de Saar et d'Observer, deux combos parfaitement assortis qui sauront guider leur public à travers les méandres des expérimentations électroniques et grasses.

Prérequis pour aimer la soirée : Savoir dénicher de belles pépites pour s'empresser de les partager dès que possible.

 

18 Janvier Sick Of It All / Walls Of Jericho / Ignite @ Cabaret Sauvage

L'hiver on a froid, on bouge peu, on mange gras… Rien de tel qu'une petite soirée hardcore pour faire un peu de sport et se réchauffer ! Le Persistence Tour présente un éventail d'artistes qui donnent envie de sortir les Doc' coquées. A la fois structuré et violent, Walls Of Jericho se révèle être un excellent exutoire à la noirceur saisonnière. Mention spéciale à sa chanteuse déjantée (Candace Kucsulain) qui réveillerait n'importe quel organisme déjà mort et enterré. Sick Of It All fait dans le même style : classique hardcore new yorkais, aux subtiles essences de punk.

Prérequis pour aimer la soirée : Assumer son côté punk. Aimer la bagarre.

 

23 janvier - Earth + Black Spirituals + Don Mc Greevy & Rogier Smal Duo @ La Maroquinerie

Cette date fait partie des cases du calendrier qu'on entoure en rouge. Chaque venue du groupe de Dylan Carlson s'attend impatiemment. Sur cette tournée, Earth accueille le bassiste Don Mc Greevy, qui jouera également en première partie, en duo avec le batteur Rogier Smal. Quant aux Black Spirituals, le simple fait de savoir qu'ils sont signés sur le label d’Aaron Turner (Isis, Old Man Gloom, Mamiffer, etc.) et de Faith Coloccia (Mamiffer), Sige Records, titille l'envie et la curiosité...

Prérequis pour aimer la soirée : Avoir écouté Primitive & Deadly de Earth, avec Mark Lanegan en guest.

 

25 janvier – White Fence + Baston @ La Maroquinerie

White Fence s'est entouré de Ty Segall et de Tim Presley pour enregistrer son dernier opus, For The Recently Found Innocent, mêlant Pop et Rock, et très inspiré des ambiances sixties. L'album sonne expérimental, vintage, hippie… Un riche ensemble très construit, dont on apprécie les solos qui résonnent et la voix capable d'exprimer une palette d'émotions sans fin.
La première partie, Baston, introduit la soirée par sa Pop / Garage locale, made in Rennes. A découvrir...

Prérequis pour aimer la soirée : Être d'humeur rétro / mélancolique.

 

27 janvier - Solstafir @ Nouveau Casino

Les Islandais ont sorti un cinquième album, Otta, l'été dernier. Une galette sombre, très post-rock, accueillie à bras ouverts par Season Of Mist. Le nom Solstafir signifie « rayons crépusculaires ». Cela résume plutôt joliment leur musique. Les cowboys du Nord revisitent Ennio Moricone de façon glacée et métallique. En live, Solstafir sait créer une ambiance toute particulière, à mi chemin entre l'étouffante Vallée de la Mort et le désert de glace. C'est froid et aride.

Prérequis pour aimer la soirée : Aimer les légendes vikings et les paysages gelés.

 

28 janvier - Inquisition + Archgoat + Ondskapt + Blackdeath @ Divan du Monde

Avec une belle affiche Black Metal comme celle-ci, on aurait tort de passer à côté… Originaire de Colombie, Inquisition porte le nom d'une époque peu glorieuse de l'Histoire, dont la seule évocation pousse la foi chrétienne dans ses retranchements. Le groupe, désormais basé aux Etats-Unis, propose des sonorités directement venues de l'Enfer, et menées par le chant diabolique de Dagon, le vocaliste. C'est toujours un plaisir que d'entendre retentir sa voix robotique et gutturale !

Prérequis pour aimer la soirée : Vénérer Satan, craindre la lumière.

 

30 janvier - Ideologic Organ nite 2 avec Pita + Stephen O’Malley + Kassel Jaeger @ Les Instants Chavirés (Montreuil)

En partenariat avec Les Instants Chavirés de Montreuil, Stephen O'Malley propose une soirée électro expérimentale sous la houlette bienveillante du label viennois Editions Mego. Peter Rehberg, alias Pita, n'est autre que le fondateur du label Mego, connu notamment pour avoir popularisé l'usage de l’ordinateur de scène. C'est aussi le compositeur de Stephen O’Malley pour les spectacles de Gisèle Vienne. Quant à Stephen O'Malley, on ne le présente plus, génial fondateur de Sunn O))), et membre de KTL avec Peter Rehberg, il est l'une des références ultimes du doom expérimental et de la musique drone.

Prérequis pour aimer la soirée : Avoir envie d'encourager la scène expérimentale. Aimer les nouveautés musicales un peu sombres et perchées.

 

31 janvier - Grand Central + Dead Cowboys Slut + Lofofora @ Espace Icare (Issy-les-Moulineaux)

Bien que l'affiche mette Lofofora en avant, je recommande le déplacement pour les « petites parties ». Grand Central fait dans le Punk'n'Roll lourd mais festif ; du gros son qu'il offre comme gage d'une soirée où l'on ne baille à aucun moment. Ils ont sorti un 5 titres en novembre dernier, et sont encore trop méconnus sur la scène parisienne malgré un réel talent et un bon paquet de morceaux efficaces.
Dead Cowboys Slut donne dans le hardcore guttural et rapide, très inspiré de la scène death/thrash des années 90's.

Prérequis pour aimer la soirée : Avoir Cowboys From Hell de Pantera comme disque de chevet.

Crédit photo : CSAOH / Andrey Kalinovsky

Rien à foutre à Paris ? Janvier 2015
Journaliste - rédactrice, à l’affût des nouveautés rockailleuses venues du désert et d'ailleurs...
Site Internet:

Ajouter un commentaire