Saint-Vitus + Orange Goblin 24/10/2014 @ la Flèche d'Or, Paris

Saint-Vitus + Orange Goblin 24/10/2014 @ la Flèche d'Or, Paris

« Saturday night, I feel the air is getting hot like you baby la la la… » Qu’est ce qui a bien pu m’évoquer Whigfield ? M. Ben Ward, ne cessant de répéter « Friday Night ! » d’un air enjoué.

Orange Goblin

Habillé pour l’occasion d’un t-shirt aux armes de Thin Lizzy, le chanteur d’Orange Goblin est heureux d’être là. Rien de vraiment surprenant. Ben Ward exulte chaque fois qu’il monte sur scène, convoquant l’assemblée à une grande soirée « all inclusive » d’énergie et de son.

Chaque fois que votre esprit vagabonde ou que vous avez un coup de mou, M. Ward vous remet gentiment dans l’esprit de la musique fusant des amplis Orange.

Histoire de mettre tout le monde au pied du mur, le set démarre sur un Acid Trial bien enlevé et donne l’impression d’enchaîner ainsi jusqu’aux dernières notes du concert dans une solution de continuité parfaite (mention toute particulière à The Filthy & The Few où sa voix de crooner fait des merveilles). En somme il est difficile de rater son concert d’Orange Goblin. Le fameux « all inclusive » dont je parlais précédemment. Chaque fois que votre esprit vagabonde ou que vous avez un coup de mou, M. Ward vous remet gentiment dans l’esprit de la musique fusant des amplis Orange. Il n’y a pas plus pédagogique et en plus il fait la baleine comme personne avec sa bouteille d’eau. Une seule réserve, propre à l’acoustique de la Flèche d’Or : un son manquant terriblement de relief. L’ambiance s’en ressent. Orange Goblin déchaîne les foules au Glazart. Quoique très attentif à la leçon du maître, l’auditoire s’est montré presque trop sage.

 

Saint-Vitus

« De la prépondérance des classiques ou vision de Born to Late à travers les âges »

Pédagogie différenciée, suite. Colloque sur le doom, « De la prépondérance des classiques ou vision de Born to Late à travers les âges », par le professeur émérite Scott « Wino » Weinrich. Et presque tout est dit. Comme dans toute immersion dans une œuvre classique, le silence est de mise et l’exégèse de trop. Born too Late peut-être, mais Saint-Vitus tel le Quichotte est d’autant plus spectaculaire qu’il est intemporel. Et je ne me suis pas trop mal rattrapé sur les références la la la…

 

J'aime les chats roux, les pandas roux, Josh Homme et Jessica Chastain.

Ajouter un commentaire