Vous êtes ici

Uncle Acid and the Deadbeats : « Il y a certains fans qui pensent que nous sommes un groupe de doom, ce qui n’est pas le cas pour moi. »

Portrait de baktelraalis
Uncle Acid and the Deadbeats : «  Il y a certains fans qui pensent que nous sommes un groupe de doom, ce que je ne pense pas. »

C'était le 27 septembre dernier qu'Uncle Acid and the Deadbeats passait par Montréal au sein d'une toute première tournée Nord-Américaine. Originaire de Cambridge, le projet guidé depuis le tout début par K. R. Starrs, qui aime cultiver l'anonymat et l'absence totale d'images, est en perpetuelle ascension. Après avoir été rapatrié en 2011 chez Rise Above par Lee Dorian lui-même, le groupe finira par ouvrir pour Black Sabbath en Europe lors de leur tournée de 2013. Entre temps, beaucoup de travail. Deux albums, trois 7" et un univers de plus en plus riche. Rencontre avec Kevin donc, chanteur, guitariste et créateur d'un des groupes de rock les plus enthousiasmants du moment.


Pelecanus.net : Hey Kevin, merci de nous accorder du temps. Comment se passe le début de tournée jusqu’à présent ?

Kevin : Ça va plutôt très bien pour le moment, tous les shows ont été sold-out jusqu’à présent. C’est vraiment bon pour nous, tu vois, ça veut dire qu’il y a possibilité de se faire de l’argent, ou en tout cas de ne pas en perdre, qui sait ?

À maintenant plus d’un an de la sortie de Mind Control, quel rapport as-tu avec l’album ? Peux-tu encore l’écouter et en parler ou tu as vraiment hâte de passer à autre chose ?

Oui, peut-être que dans 5 ans je serai capable de le réécouter de nouveau. C’est pareil avec tous les albums, quand c’est fait ça prend du temps avant de pouvoir les réécouter, tu vois. Tu l’entends et l’écoutes trop souvent et tu en deviens malade. Ouais, il est maintenant temps de penser au prochain album.

Pour nous, l’histoire d’Uncle Acid semble être un relatif conte de fées, 3 albums en 5 ans d’existence, une notoriété grandissante, les premières parties de Black Sabbath au Royaume-Uni. Penses-tu pouvoir vivre de ta musique un jour ? Es-tu obligé d’avoir un travail à côté pour survivre actuellement ?

Je travaillais encore jusqu’à très récemment, mais j’ai dû démissionner. Nous tournons tellement que nous avons dû arrêter de travailler et seulement compter sur ça. Mais c’est dur de vivre de la musique, les gens pensent : « oh tu vas voyager, faire des tournées et faire plein de cash » , mais c’est difficile. Espérons qu’un jour nous serons capable de faire assez d’argent pour pouvoir tous vivre de la musique, mais ouais, on ne sait jamais vraiment.

Quelle est ta vision du groupe aujourd’hui ? Il semblerait que les “deadbeats” ne soient pas tout le temps les mêmes, est-ce qu’il y a désormais un line-up fixe ou ça ne sera jamais le cas ?

Là c’est un line-up stable. Nous avons enfin un line-up fixe. Je ne vois plus de problèmes à aller de l’avant, ça devrait toujours être celui-ci. Par le passé nous avons eu des gens qui n’étaient pas très heureux d’être dans le groupe ou n’étaient pas assez bons, mais maintenant nous avons de bons musiciens. Donc ça fonctionne vraiment très bien.

Tu gères le processus de création de A à Z musicalement je crois. Paroles, instrumentation, artworks parfois…

Oui, pour tous les albums, j’ai fait les artworks et les vidéos, à part les deux dernières, Mindcrawler et Runnaway Girls, qui ont été faites par quelqu’un d’autre.

Est-ce difficile pour toi de collaborer avec quelqu’un sur le plan artistique ?

Oui, tu dois faire des sortes de compromis. Quelqu’un va ramener une idée… Ça ne me dérange pas de faire des compromis au sujet des séances photos, je saisis bien que la presse en a besoin donc je comprends ça, mais quand il s’agit de composer ou de créer des visuels, collaborer amène forcément à une sorte de compromis et c’est dur pour moi. Si j’ai une vision précise de ce que je veux, c’est difficile de permettre à quelqu’un d’arriver et de dire « voici mon idée ». Je serais comme, « ok j’aime ça, mais je ne l’aime pas autant que mon idée ». C’est dur. (rires)

Est-ce que tous les albums d’Uncle Acid reposent sur des concepts ?

Oui tous les albums ont une histoire, c’est juste plus simple pour moi d’écrire les paroles de cette manière, si je peux avoir une vue d’ensemble. C’est comme si chaque morceau était une scène tirée d’un film. Ça me facilite les choses d’écrire de cette façon.

Blood Lust était la bande-son d’un film d’horreur, qu’en est-il de Mind Control, que raconte-t-il ?

Mind Control c’est l’histoire de ce religieux qui pense qu’il est un leader. Il fait monter des pèlerins sur une montagne et il dit « Je vais vous montrer Dieu au sommet de la montagne, je vais vous montrer la véritable illumination » etc… Il les emmène là-haut et il les tue tous, et pour lui, c’est un acte de dieu, alors il se dit « Maintenant, je suis Dieu ». Donc il descend de la montagne et forme un super-culte dans le désert, où il rassemble des filles en fugue (Runnaway Girls), des vagabonds, tu vois le truc… Il les arrose de drogues, les intimide et les violente, jusqu’à ce qu’ils tombent en quelque sorte sous son emprise. Il les envoie ensuite où il veut. C’est en quelque sorte inspiré de Charles Manson, Jim Jones et des mecs comme ça.

Dans l’idée de “Mind Control”, le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est un monde bercé par l’image, par la forme plutôt que par le fond très souvent, est-ce que c’est quelque chose qui te dérange ? Uncle Acid en est-il aussi victime parfois ?

Je n’aime pas tout ce qui a rapport à l’image, je pense que c’est important de bien séparer ça de la musique, toute l’attention devrait partir sur la musique et non pas sur ce à quoi nous ressemblons ou des trucs de ce genre. Tout est aujourd’hui basé sur l’image, tout dans ta gueule, les gens qui se mettent en scène… C’est vraiment dégoûtant.

Est-ce que c’est difficile en tant que groupe d’avancer en refusant l’image, le paraître ?

Oui, on a dû faire des photos pour le groupe sinon on n’aurait pas pu avancer, donc éventuellement tu dois accepter ce genre de choses. On en revient aux compromis là encore, mais nous essayons de ne pas trop en faire et de ne pas nous mettre trop en avant, tu vois.

Tu as commencé à publier de la musique sous le nom d’Uncle Acid pour maintenir ton anonymat, est-ce que c’est plus dur pour toi de publier de la musique, maintenant que tu es plus populaire, ou est-ce que tu te sens plus confiant concernant ton travail ?

C’est un petit peu plus difficile, parce que les gens savent à quoi tu ressembles et qui tu es. Tu as de vieux amis qui s’en rendent compte et c’est évidemment différent de cette période où personne ne savait rien au sujet du groupe. Ça ne pourra plus aller très loin à ce sujet. De toute manière, quand nous avons commencé à jouer live les gens nous ont vus. Ça ne pouvait pas durer.

Pour moi ça ajoutait un élément mystique au groupe… et ce n’était pas une énième stratégie.

Exactement ! Beaucoup de gens ont vu ça comme une stratégie mais ce n’en était pas une. C’était l’inverse d’un stratagème, c’était l’opposé d’avoir une image, il n’y avait pas d’image. C’était le truc, il n’y avait pas d’images du groupe, il n’y avait juste rien et personne ne savait rien à son sujet. Ce qui est assez étrange, c’est que les gens voulaient toujours en savoir plus, « Qui sont-ils ? Que se passe-t-il ? Pourquoi ne nous dites-vous pas qui vous êtes ? ».

Je me souviens écouter Blood Lust en pensant « ça pourrait vraiment être un groupe sorti des années 70 ! ».

Ouais et certaines personne y ont vraiment cru. C’est étrange… c’est vraiment cool ! Ça te fait réfléchir et te rend créatif, ce qui est le but principal, non ?

Quel est selon-toi le moment le plus important concernant le groupe ? Était-ce le pressage de Blood Lust chez Rise Above ?

Oui, je dirais ça. Une fois qu’il est sorti en vinyle ça a vraiment pris. À ce moment-là, nous en étions plus ou moins à arrêter le groupe, parce que rien n’arrivait et que le groupe était mal en point. Nous ne trouvions plus de nouveaux musiciens donc nous nous sommes dit « Rien à foutre, on envoie tout chier ». Une fois que Lee (Dorian) nous a contacté et qu’il a dit « et bien, je peux le faire sortir en vinyle », ce que nous voulions, ça a juste été énorme.

Est-ce qu’il vous a trouvé sur Myspace ?

Oui. Il nous a envoyé un message via Myspace : “oh, j’aime votre musique, vous voulez qu’on sorte un vinyle ?” et j’ai répondu “Ouais, ça serait fantastique !”.

Est-il difficile par moments d’amener certaines compositions sur scène ? Je vous ai vus en 2013 au Roadburn, et il m’a semblé percevoir de légères différences (sur les voix en particulier, 2 chanteurs parfois, et la tonalité) concernant certains morceaux.

Ouais, car je fais toutes les lignes de chant sur album donc évidemment je ne peux pas faire les harmonies en live, donc j’ai besoin de quelqu’un pour le faire avec moi, car tous les morceaux ont des harmonies. Ça ne sera jamais exactement comme en studio, tout simplement car je fais toutes les voix moi-même. Tu entendras des différences dans la tonalité des voix. Aussi nous n’avons pas de claviériste alors que beaucoup de morceaux comportent clavier, mellotron, des trucs comme ça. Pour certains tu ne les ressens pas forcément beaucoup, mais ils sont là et nous ne les avons pas (sur scène). Donc oui ça sonne différemment.

Est-ce que c’est quelque chose que tu apprécies d’aller confronter ta musique à une audience ?

Oui, j’adore jouer sur scène.

Tu ne vois pas ça comme une contrainte ?

Non, c’est une bonne chose de pouvoir jouer en live. Je pense que nous sommes tous critiques envers nous-mêmes si nous ne faisons pas un bon show. Quand tout est cohérent et que ça sonne, c’est vraiment cool.

J’avais envie de te poser cette question à cause de votre relation à l’image, être sur scène c’est aussi ça.

De la manière dont nous sommes présentés sur scène tu ne vois pas nos visages, il y a des lumières arrière, donc comme je disais, tu devras plus te concentrer sur la musique que sur notre identité.

Est-ce que c’est un souci d’être lié à un seul type de public ?

Oui, je ne pense pas que ce soit bon de se faire dire « oh vous un groupe de doom ». Il y a certains fans qui pensent que nous sommes un groupe de doom, ce qui n’est pas le cas pour moi. Il y a définitivement une influence doom mais dès que tu dis « Je suis un groupe de doom » quand tu essayes de faire un truc différent, les gens n’aiment pas ça parce que ça ne rentre pas dans la boîte « doom ». Si tu dis juste, rock ou un truc du genre, alors c’est un peu plus ouvert et tu peux expérimenter davantage.

Avez-vous des projections sur cette tournée ?

Non, pas sur cette tournée. Nous en avons utilisé dans le passé.

Celles durant le Roadburn 2013 étaient géniales.

Ouais, parfois ça fonctionne et parfois ça ne fonctionne pas. Le Roadburn était parfait pour ça avec la grosse toile à l’arrière. Ça a été génial à ce niveau.

Parlant du Roadurn 2013, vous avez joué lors de l’Electric Acid Orgy, le jour programmé par Jus Oborn d’Electric Wizard, tu l’as rencontré car vous étiez sur le même label ou ?...

Liz (NDLR : Buckingham, guitariste dans Electric Wizard) m’a juste envoyé un message qui disait « est-ce que ça vous tenterait de jouer le même jour que nous ? » ce à quoi j’ai répondu « Oui, ça me va, on sera là ». Ça s’est fait comme ça, vraiment.

Je sais que tu aimes Electric Wizard…

Oui, Electric Wizard est vraiment un excellent groupe.

Quelle est l’influence musicale que tu penses entendre ressurgir le plus dans tes compositions ?

C’est un mix, évidemment Black Sabbath, les Beatles… et puis j’entends beaucoup de WASP et d’Iron Maiden. Il y a beaucoup de choses différentes, des petites touches que j’ai empruntées ici et là.

Imaginons que tu puisses collaborer avec un groupe actuel pour un split, tu souhaiterais le faire avec qui ?

Peut-être Blood Ceremony… Je les adore. Peut-être qu’un jour nous pourrions faire quelque chose avec eux. Nous sommes sur le même label, donc ça pourrait arriver tu vois. (rires)

Quelles oeuvres t’ont amené à aimer les choses sombres ? Livres, films, peintures... ? As-tu quelque chose qui t’inspire profondément, qui te nourrit artistiquement ?

Je pense que le premier album de Black Sabbath a été celui qui m’a vraiment ouvert à un univers sombre et ce genre de choses…

Et d’autres choses en dehors de la sphère musicale ?

Pas mal de cinéma, j’adore regarder de vieux films. J’ai toujours eu un penchant pour les films d’horreur.

Vous en prenez avec vous quand vous êtes en tournée ?

On emmène habituellement des dvds pour dans le bus mais aucun de ceux qu’on a pris ne fonctionnent dans ce bus à cause du blocage des zones. (rires)

Je me suis perdu sur le site du groupe hier soir, qui a d’ailleurs été mis à jour pour la tournée on dirait. Et je suis tombé sur cette vidéo de The Whore Church. Une sorte de compilation de films type Trauma, d’émissions de TV chrétiennes américaines et de plein d’autres choses. (rires) Ce sont des potes à vous qui font ça ? Je veux des noms. (rires)

Oui c’est géant, ces gars s’appellent la « Whore Church ».

Pourquoi est-ce qu’on retrouve ça sur votre site ?

Ça a la même vibration, il s’agit juste d’exposer toute la merde et les conneries qu’il y a à la TV, c’est juste intense, mais ça marche.

Je sais que tu ne diras probablement rien concernant le prochain album, mais peux-tu nous dire de quoi tu te nourris pour le penser actuellement ?

Il y a quelques films… Mais je ne veux pas dire lesquels malgré tout. Car ça va faire croire des choses aux gens. Je ne veux pas en dire plus. (rires). Ça prend place dans une époque différente de celles de Blood Lust et Mind Control, dans une autre ère. Ça sera toujours très sombre comme tu peux t’y attendre.

Question piège. Black Sabbath est une grosse influence pour vous, en tant que fan, que penses-tu de leur dernier album 13 ?

Si on prend en compte l’âge qu’ils ont, c’est un bon album, je pense que ça a donné quelque chose de vraiment bien. Il y avait ce morceau qu’ils ont écrit en 2001 intitulé « Scary Dreams » que j’aime beaucoup, j’aurais aimé le voir sur l’album, mais mis à part ça c’est vraiment bon.

Si je ne me trompe pas, toutes les influences du groupe viennent du passé jusqu’à présent, quelle relation as-tu avec le passé et l’histoire ?

Ouais, je pense que les choses étaient meilleures, la musique était meilleure, les films étaient meilleurs… je ne dis pas qu’il n’y a plus rien de bon aujourd’hui parce que ce n’est pas le cas. C’est juste mon point de vue. Je pense que les gens étaient plus cohérents à l’époque, avec la musique et les films encore une fois. C’était moins orienté commercialement. La plupart des films aujourd’hui sont vraiment nuls.

Quels sont les plans pour le groupe dans un futur proche ? Est-ce que vous aimeriez aller sur un plus gros label ? Vers une audience plus large ? Ou vous ne pensez pas du tout à ça et juste vous jouez et voyez où ça mène ?

C’est toujours cool d’avoir une audience plus grande. Ce qui arrive… arrive. Espérons que le prochain album sera encore une réussite et que nous pourrons jouer devant une audience plus grande et décoller d’ici. Il n’y a pas de programme définitif…

 



Hey Kevin, thanks for giving us some time. How is the tour so far ?

It’s going very well so far, (the shows are) all sold out so far. It is good for us, you know, it means that there’s actually a possibility to make money, or maybe break even, who knows?  
      
We’re now more than one year since the release of Mind Control, what is your feeling about it ? Can you still listen to it and speak about it ? Or you can’t wait to move on and work on the next one ?

Yeah, maybe in five years I may be able to listen to it again. It’s the same with all the albums, when it’s done I don’t really want to listen to it for a few years, you know. You just hear it and listen to it many times and you kind of get sick of it. Yeah, it’s now time to get on with the next album.

For us, Uncle Acid's story seems to be relatively a fairy tale, 3 albums in 5 years, a growing notoriety, the first part of the Sabbath shows in UK. Do you think you will be able one day to make a living making music ? Do you have to have a job on the side to survive today ?

Up until quite recently I did have a job, but because we’re touring so much, you need to stop working and solely rely on this. But it is hard to make money from music, people just think : ‘’oh yeah you go out on tour and make tons of money’’, but it is difficult. Hopefully, one day we will be able to make enough money for all of us to sustain by playing music, but yeah, you never know.  
 
What’s your vision of the band today ? It seems that the “Deadbeats” are not the same musicians everytime, is there any stable lineup now or it will never be ?

This is the stable line up now. Finally, we’ve got a stable line up. I don’t see any problems going forwards, it should always be this line up. In the past we’ve had people who weren’t really that happy being in the band or they weren’t good enough, but now we finally found all good musicians. So, it worked out very well.  

You’re managing the musical creative process from start to the end I think. Lyrics, instrumentation, artworks sometimes…

Yes, for all the albums, I’ve done the artwork and some of the videos up until the last two, they were done by someone else, Mindcrawler and Runaway Girls were done by someone else.

Is it hard for you to collaborate with someone artistically ?

Yes, you sort of have to make compromises. Someone will bring an idea … I don’t mind compromising on photo shoots, I understand that the press needs pictures of us so I get that, but when it comes to creating music or creating art, to collaborate means some kind of a compromise and it is hard for me. If I have a vision of what I want, it’s hard to allow other people to come in and say ‘this is an idea’’ and I’ll be like yeah, ok, I like that, but I don’t like it as much as my idea. It’s hard (Laugh).

Are all Uncle Acid’s albums based on concepts ?

Yeah all the albums have a story, it’s just easier for me to write lyrics that way. If I can see the whole picture, it’s like each song is a scene from a film, it makes it easier for me to write that way.

Blood Lust was a kind of horror movie soundtrack, what about Mind Control ? What is it about ?

Well Mind Control, it’s this religious guy who thinks he’s a leader. He takes some pilgrims up a big mountain and he says ‘’I’ll show you God up in the top of the mountain, I’ll show you real enlightenment’’ and whatever. So, he takes them up and he just kills them all and for him, that’s an act of God, so, then he thinks ‘’I am God now.’’ So he comes back down from the mountain, he forms his own super cult out in the desert, where he gets runaway girls, drifters and you know, things like that. He feeds them with drugs, intimidation and violence, till eventually they’re under his spell kind of thing. He sends them off wherever he wants. It’s kind of inspired a little bit by Charles Manson, Jim Jones and people like that.

In the idea of “Mind Control”, the world we’re living in is ruled by images, by the form more than the substance, is it something that bothers you ? Is Uncle Acid a victim of that sometimes ?

I don’t like the whole image thing, I think it is important to separate that from the music, all the focus should be on the music and not to do with what we look like or anything like that. Everything is now image-based, all in your face and people selling themselves and it’s disgusting really.  

Is it hard to go on with this as a band ?

Yeah, we needed to do the band pictures otherwise we wouldn’t have got anywhere really, so eventually you have to sort of succumb to some of that. It goes back to compromises again, but we try not to do it too much though and not put ourselves out there too much, you know?

You started putting out music under the name Uncle Acid in order to maintain your anonymity, is it harder for you now that you're more popular to put out music, or do you feel more confident about your work?

It is a little bit harder, because people know what you look like and who you are. You’ve got old friends who notice it and it’s a different vibe compared to when nobody knew anything about the band. It would only go to a certain level by doing that. Obviously, when we started playing live people would see us anyway. It would have to stop at one point.

For me it added a touch of mystic element to the band … and it wasn’t a gimmick.

Exactly! A lot of people said it was a gimmick but it wasn’t. It was the opposite of a gimmick, it was the opposite of having an image, there was no image. That’s the thing, there was no image of the band, there was just nothing and nobody knew anything about the band. Which is quite strange so people always wanted to know more, ‘’Who are they? What’s going on? Why won’t you tell us who you are?’’.

I remember listening to Blood Lust and thinking ‘’this could be a band straight out of the 70’s!’’

Yeah and some people really thought that! It’s strange… that’s good and it’s great! It makes you think and be creative which is the main thing, you know?

What is the most crucial moment for you in the story of Uncle Acid ? Was it the release of Blood Lust by Rise Above ?

Yeah, I would say so. Once that came out on vinyl then it just really took off. At that point we’re just about to stop the band basically, because nothing was happening and the band had fallen apart. We couldn’t find any more musicians so we just said ‘’fuck it, we’ll leave it’’. Once Lee (Dorian) got in contact and he said ‘’well I can put it out on vinyl’’, which is what we wanted, it just went huge after that really.

Did he find you on myspace?

He did yeah, he just messaged me through there and said ‘’oh, I like the music do you want us to put it out on vinyl?’’ I said ‘’Yeah that’d be great!’’.

Is it hard to play some songs live ? I saw you at the 2013 Roadburn, and I noticed a few slight differences from the album (on the vocals in particular, 2 singers sometimes, change of tonality).

Yeah, because I do all the vocals on the album so obviously I can’t do the harmonies live, so I need me and someone else to do them, because all the songs have harmonies. It’s not going to sound exactly like it’s on the album, because I sing everything on the album. You’re going to hear differences in the tonality of the voices. Also we do not have a keyboard player which a lot of the songs have, keyboards, mellotrone, things like that. Some of them you don’t notice them too much, but they’re there and we don’t have that (on tour/live). It does sound different yeah.    

Do you like playing live ? Or do you see it as something you have to do.

Yeah, I love to play live.

You don’t see it as something you’re forced to do ?

No, it’s good to be able to play live. I think we’re all critical of ourselves, if we don’t put on a good performance. When everything comes together and it sounds good, it’s a good feeling.

I had to ask because of the relation with the image…

In the way that we present it on stage, it’s all backlight, so you don’t see our faces, so again, you’re more concentring on the music rather than who we are.

Is it a problem to be bound to one type of crowd? …

Yeah, I don’t think it’s good to be labelled like this ‘’oh you’re a doom band’’. There are a few fans who think of us as a doom band which I don’t think that. There’s a definite doom influence but as soon as you say ‘’ I’m a doom band’’ when you try and do something different, they don’t like it because it’s not what fits in the doom box. If you just say rock or whatever, then it’s a bit wider and you can experiment a bit more.

Do you have any projections on this tour ?

No, not on this tour. We did use it in the past.

The one during the Roadburn was amazing.

Yeah, sometimes it works and sometimes it doesn’t work. The Roadburn was perfect for that with the huge backdrop thing. It was great for that yeah.

Speaking about 2013 Roadburn, you played during the Electric Acid Orgy day, curated by Jus Oborn from Electric Wizard, do you met him because you were on the same label or ? Tell us more.

Liz (Buckingham) just messaged me and said ’’would you like to come on the day that we’re playing’’ to which I said ‘’yeah it’s fine, we’ll do it’’. That was it really.

I know you like Electric Wizard…

Yeah, Electric Wizard is such a good band.

What’s the musical influence that you hear the most in your compositions ?

It’s a mixture, obviously Black Sabbath, the Beatles… and then I hear a lot of WASP and Iron Maiden. There’s a lot of different stuff, little bits here and there that I pick up on.

Let’s say you have the opportunity to work on a split with an actual band, which one would it be ?

Maybe Blood Ceremony… I love them. Maybe one day we could do something with them. We’re on the same label, so it could happen you know? (Laugh)

Which piece of arts led you to like darkness ? Books, movies, paintings… ? Do you have some things that inspire you deeply, that feed you artistically ?

I think maybe the first Black Sabbath album was the one that really brought the darkness and the things like that.

Other than music?

Mostly films, I love watching old films. I’ve always been into horror films.

Do you bring any on tour with you?

We usually bring a bunch of dvds and stuff for the bus but none of the dvds work on this one because of the different region lock (Laugh)

I lost myself on your website last night, which by the way seems to have been updated for the US tour, and I found this video of The Whore Church. A kind of compilation with strips from Trauma-like movies, christian US TV programs and many more. Is that something from some of your pals or ? I want some names (laugh)

Yeah it’s great, these guys are called Whore Church.

Why is it on your website?

It has the same vibe, it’s just showing the trash and disposable garbage that is on TV, it is just terrible but it works.  

I know you probably won’t say anything about the next album, but can you tell us what are you feeding yourself with to conceptualize it right now ?

There are a few movies… I don’t want to say which movies though! Because it will lead people to believe things. I don’t want to give anything away about it. (laugh) It is set in a different time to Blood Lust and Mind Control, in a different era. It is still, again, very dark and what you would expect.

Tricky question. The Sabbath is, I guess, a big influence for you. As a fan, what do you think about their last album “13” ?

I thought it was a good album considering how old they are, I thought it came out very well. There was a song they did in 2001 called Scary Dreams which I really like, I wish that was on the album, apart from that it’s really good.

If I’m right, all the influences of the band came from the past for now, which relation do you have with the past and history ? Is it something that fascinates you ?

Yeah, I think things were just better, music was better, films were better… not to say that there’s not a good thing today because there is. It’s just my personal preference. I think people were more consistent back then, with the music and the films again. It was less commercial. Most of the films today are horrible.

What are the plans for the band in a near future ? Is going on a bigger label something you want ? Go to a wider audience ? Or you’re not thinking about that at all and you just play music and see where it goes ?

It’s always good to have a wider audience, who knows. Whatever happens … happens. Hopefully the next album will do really well again and we could play it to bigger audiences and take off from there. There’s no definite plan …

Uncle Acid and the Deadbeats : «  Il y a certains fans qui pensent que nous sommes un groupe de doom, ce que je ne pense pas. »
Baktelraalis
Créateur de @Pelecanus_net + Drupal-maniac + Fils de l'internet + Amateur de culture ALT | PGP: 0x38FB7439

Ajouter un commentaire