The Bug - Angels and Devils (2014)

The Bug - Angels and Devils (2014)

Si le nom de The Bug, aka Kevin Martin, n’évoque rien chez la plupart des fans de rock, celui de Techno Animal réveille généralement les esprits. Fondé en 1990, ce duo formé de Kevin Martin et de Justin Broadrick (Godflesh, Jesu, j’en passe et des meilleurs) a permis aux deux musiciens de sortir des disques de techno industrielle novateurs où l’on retrouve les racines du son de Dälek sur leur dernier album, Brotherhood of the bomb (le MC est d’ailleurs en guest sur le dernier morceau du disque). Plus populaire en Europe qu’aux Etats-Unis, les deux musiciens sont restés amis mais ont mis fin à leur collaboration pour explorer d’autres horizons. De ce projet il reste des traces dans le son de The Bug mais les racines dans lesquelles Martin puise ses lignes de basses viennent surtout de Jamaïque.

Biberoné au son des riddims de Lee « Scratch » Perry, le Londonien Kevin Martin mélange sur Angels and Devils la lourdeur du dub à la grisaille londonienne

Biberoné au son des riddims de Lee « Scratch » Perry, le Londonien Kevin Martin mélange sur Angels and Devils la lourdeur du dub à la grisaille londonienne ; une métaphore qu’Ascension illustre parfaitement avec son rythme industriel, sa mélodie jamaïcaine et son voile de distorsion évoquant la pluie battante. Après un London zoo énergique et accrocheur plein de singles parfaits pour dévaster les enceintes des salles de concerts à travers le monde (Skeng, Angry, Warning), Angels and Devils apparait comme un disque plein de contrastes et de surprises.

L’agressivité de London zoo est toujours présente sur des collaborations avec le toaster Flowdan sur Dirty ou MC Ride de Death Grips sur Fuck a bitch mais elle est contrebalancée par le charme hypnotique de mélopées envoûtantes tels les deux premiers morceaux respectivement composés avec Liz Harris (Grouper) et Inga Copeland (Hype Williams) plus proche de son autre groupe, l’introspectif King Midas Sound.

En apparence doux, Angels and Devils est en réalité un disque d’une obscurité sourde et abstraite que l’on ressent plus qu’on ne l’entend.

Minimalistes et subtiles, les collaboratrices (Miss Red, Liz Harris, Inga Copeland) et collaborateurs (Gonjasufi) s’enrobent de ses créations et les transcendent. En apparence doux, Angels and Devils est en réalité un disque d’une obscurité sourde et abstraite que l’on ressent plus qu’on ne l’entend. A lire les tour report postés jours après jours, Kevin Martin et ses compagnons de route n’ont qu’une obsession : la puissance des basses. Une marotte qu’il partage avec SunnO))) dont on retrouve l’influence sur l’instrumental Pandi et ses nappes d’orgue puissantes. Un nouveau 12 de The Bug comprend d’ailleurs deux morceaux enregistrés avec Dylan Carlson de Earth. Angels and Devils est un disque tellement riche et attirant qu’on se laisse glisser sans effort dans sa direction inlassablement pour en découvrir toujours de nouveaux reflets. Une nouvelle preuve que Kevin Martin est l’un des artistes visionnaires capables de donner une consistance à l’amertume urbaine tout en pointant du doigt une lueur d’espoir pour le vingt-et-unième siècle à travers ce brassage improbable d’influences. De la magie.

 

The Bug - Angels and Devils (2014)
The Bug
Angels and Devils
Void (featuring Liz Harris)
Fall (featuring Copeland)
Ascension
Mi Lost (featuring Miss Red)
Pandi
Save Me (featuring Gonjasufi)
The One (featuring Flowdan)
Function (featuring Manga)
Fuck a Bitch (featuring Death Grips)
Fat Mac (featuring Flowdan)
Fuck You (featuring Warrior Queen)
Dirty (featuring 'Flowdan)
25/02/82, 1m80, à peine 60 kilos et élevé pour parcourir le macadam parisien de refuge en refuge jusqu'à son déménagement à Londres. Chroniqueur rock de 2004 à 2010 sur Eklektik-rock puis sur la fille du rock depuis 2010, bibliothécaire 2.0 depuis 2008, passionné de musique (metal, jazz, rap, electro …) et de comics. Ecrit aussi en anglais sur Delay and Distorsion (Chronique musicale).

Ajouter un commentaire