Vous êtes ici

Tour de France 2013 - Nantes : Fordamage

Portrait de Andrey
Tour de France 2013 - Nantes : Fordamage

Ah la France, sa bonne bouffe, son patrimoine, son histoire, ses groupes méconnus, sous-estimés, n'ayons pas peur des mots : dénigrés. Fordamage existe depuis 2005 et les quatres gaziers pourraient venir remettre en doute la véritable date de découverte du courant électrique. La rédaction en a fait l'expérience récemment sur Paris alors qu'ils étaient de passage avec Filiamotsa (une autre pépite malmenée originaire de Nancy), Gull et Papaye.

Il est extrêmement dur de résumer l'essence de Fordamage en une phrase ou deux, ou même tout simplement de les classer dans un genre. Ce qui saute aux oreilles dés la première écoute, ce sont tout d'abord les rythmiques alambiquées, les dissonances savamment placées et les harmoniques habilement dissimulées dans une composition plus qu'originale, digne des meilleurs du math-rock/noise-rock.

Après un Belgian Tango sorti en 2008, le groupe continue en 2011 avec Volta Desviada, et force est de constater que la recette est toujours la même, mais dans le bon sens. Car à l'inverse des groupes n'arrivant pas à se renouveler d'un album à un autre, ces Nantais parviennent à continuer dans la même lignée, mais en mieux.

Mais dur d'imaginer ce quatuor de musiciens assis en train de faire des schémas de morceaux sur un bout de papier, tant leur musique parait spontanée et fluide en live : c'est un déluge de puissance et de bonne humeur suffisant à enflammer n'importe quelle salle qui s'abat alors sur le public. Est-ce vraiment si étonnant de la part d'un groupe qui arrive à lancer une chenille (nouvelle équivalent math-rock du mosh pit ?) dans la salle alors que le public scande "Fromage" ?

Les Fordamage sont à notre image sans être le reflet d'une scène. Post ce que vous voulez pour vos catalogues, ils sont seulement 3 garçons et une fille qui mouillent le maillot pour une certaine conception de la musique. Celle que l'on braille, celle que l'on danse, celle qui nous fait perdre notre breuvage, celle dont la poésie métaphorique nous surprend sans que l'on cherche à en comprendre le sens.

Tour de France 2013 - Nantes : Fordamage
J'aime les ours, le whisky et les internets.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
6 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.