Ufomammut - Ecate (2015)

Ufomammut - Ecate (2015)

La lumineuse réédition du Warhorse nous avait offert l’occasion de nous entretenir de cavalerie moyenâgeuse ; le nouveau UfoMammut, Ecate (sans H) devrait sans difficulté compléter la charge antique.

Vous avez rêvé devant le Retour du Roi (P. Jackson, 2003) de l’assaut des mammouths des armées sauroniennes ? Happy you ! Le trio transalpin vous actualise la bande son. Pas convaincu ? Ne soyez pas de mauvaise foi. Depuis que Scipion l’Africain a botté le cul de Hannibal lors de la seconde guerre punique, les Italiens sont les grands spécialistes de la gente pachydermique, de combat ou d’agrément.

En tout état de cause, Ecate aurait pu être intitulé  « Opus Magnum », après les deux succès de l’année 2014 : chant en drone, son heavy à ébouler les Alpes (Plouton, Temple), longs morceaux psyché (Revelation)… L’objet est magnifique et se réécoute sans lassitude aucune. Peut-être reprocherons-nous une inspiration moindre, mais il faut juger Ecate au niveau de sa perfection artisanale. Difficile de faire mieux. C’est somptueux comme un tableau de William Blake, et il est presque impossible de résister à ses charmes. J’en viendrai à comprendre pourquoi les éléphants ont passé la corniche, s’il leur a été donné d’écouter pareil chant des sirènes.

 

Ufomammut - Ecate (2015)
Ufomammut
Ecate
Somnium
Plouton
Chaosecret
Temple
Revelation
J'aime les chats roux, les pandas roux, Josh Homme et Jessica Chastain.

Ajouter un commentaire