Orange Goblin - Eulogy for the Damned (2012)

Orange Goblin - Eulogy for the Damned (2012)

Orange Goblin revient après presque cinq ans d'absence discographique. Que dire… ENFIN! Eulogy for the Damned est un album chargé. Pas d'autre façon de le décrire.

Chargé de gross riffs qui tabassent la gueule comme un monstre de 120 kilos de muscles qui vous tombe dessus à la sortie d'un bar crasseux par une nuit sans lune. Chargé de l'expérience d'un groupe qui a maintenant dix-sept ans et des dizaines de concerts à son actif; ce petit côté "ouais, bébé, je sais ce qui te fait bouger comme il se doit". Chargé de culture musicale (quiconque a déjà assisté à un DJ set de Ben Ward, le chanteur, sait de quoi je parle. Pour les autres, un seul conseil : faites en sorte de le voir à la prochaine occasion) et de références pas désagréables du tout, que ce soit le sample tiré du film culte des 60's, "Satan's Sadists", ou le titre d'un des morceaux de l'album, "The Filthy & The Few", une douce allusion à un patch attribué chez les Hells Angels pour… Hum, pour quelque chose.

Eulogy For The Damned est aussi un concentré de la discographie du groupe, évoluant avec la grâce et la volupté magistrale d'un 1600 cm3 sur une autoroute, entre heavy, stoner et même southern rock. Puis, il ne faut pas se le cacher, et ce pour mon plus grand plaisir : cet album EST un album de Orange Goblin. Un album de rock sauvage et sans concession. Comprendre par là qu'il est aussi chargé, si ce n'est plus, qu'une armoire des saisies de la brigade des stupéfiants un lendemain de rafle. Mention spéciale à Jimbob Isaac (RIP Taint) pour la pochette. Ouais, Eulogy For The Damned est chargé à bloc.

Orange Goblin - Eulogy for the Damned (2012)
Orange Goblin
Eulogy for the Damned
Red Tide Rising
Stand For Something
Acid Trial
The Filthy & The Few
Save Me From Myself
The Fog
Return To Mars
Death Of Aquarius
The Bishops Wolf10 / A Eulogy For The Damned
Journalist, radio speaker, PR guy, booker, crate digger, community manager, promoter. Je pourrais aussi l'écrire en français, il est vrai...

Ajouter un commentaire