Big Red Panda - Grand Orbiter (2015)

Big Red Panda - Grand Orbiter (2015)

Choisir un nom de groupe ? J’imagine très bien les brainstormings et les coups de gueule de chacun. Big Red Panda ? Allez, vendu. Putain d’idée de génie. Si les internets ont érigé la portée de chatons au rang de mètre étalon de la mignoncité, le panda roux peut se prévaloir d’un bon 9,9/10. Cela ne traduit en rien l’esprit du groupe ? Bof. Revendiquer la popularité du panda roux reste une excellente idée lorsque vous êtes un groupe portugais inconnu : on y rentre curieux, on en ressort conquis.

En 2014 BGP nous régalait d’un opus éponyme purement instrumental. Formé moins d’un an auparavant et ayant fait leurs armes lors de longues séances de jam, le groupe surprenait par sa maturité et sa capacité à canaliser énergie et ambition dans un LP de 7 titres. A peine un an plus tard (essentiellement passé à tourner sans relâche au Portugal), BGP nous offre un nouvel album, Grand Orbiter. Impression assez rapide, nous tenons du lourd entre les mains. Nous aurons vu des groupes se faire au fur et  à mesure de leurs albums, il sera toujours fascinant d’assister à l’avènement d’un groupe parfaitement formé, sûr de son talent et pourtant ô combien humble.

On peut bien le cloisonner en psych/stoner pour les besoins du rangement en bacs, nous nous trouvons devant un authentique album d’ambient.

Grand Orbiter peut paraître court ? Construction musicale parfaite de l’album, alternant les pièces courtes (Departure, Sunrise Station, Arrival Pt. 1) et d’autres plus longues, derrière lesquelles se devinent tout le potentiel « jam power » de BRP. Pour un morceau, une mise en orbite immédiate vous laissant la bave aux lèvres, éperdu d’admiration devant ce voyage stellaire. Atmosphérique prend toute sa dimension. On peut bien le cloisonner en psych/stoner pour les besoins du rangement en bacs, nous nous trouvons devant un authentique album d’ambient. Seul regret à mon sens, les parties chantées de Barefoot qui, si elles rendent évidemment hommage aux années 70s, tempèrent quelque peu la progression de cet opus quasi instrumental. Et c’est à peu près tout. C’est pour dire….

 

Big Red Panda - Grand Orbiter (2015)
Big Red Panda
Grand Orbiter
Departure
Milestone
Highride
Sunrise Station
Barefoot
Grand Orbiter
Arrival Pt. 1
J'aime les chats roux, les pandas roux, Josh Homme et Jessica Chastain.

Ajouter un commentaire