Rwake - Rest (2011)

Rwake - Rest (2011)

Catégorie chef-d'oeuvre. Montréal. Métro. Un après-midi. J'arrive sur le quai et je lance " Rest ", le nouvel album des Américains de l'Arkansas de Rwake. Une minute trente de douce litanie d'une voix féminine éthérée, puis... BOUM !

Comme un direct du droit en pleine mâchoire portée par un mec de 250 livres, " It was beautiful but now it's sour " ( tout un programme... ) commence. Violent. Ultra-violent. Et massif. Dans les précédents albums du groupe, quelque chose me " gênait ". Du " trop ", ou du " pas assez ". Mais sur " Rest ", Rwake a trouvé la formule magique entre sludge et metal. Les titres longs permettent au groupe d'exploiter les multiples facettes de sa personnalité musicale protéiforme. De lent, presque mélancolique, avant de passer à de la dévastation dans le pur style " fin du monde ", il ne faut pas grand chose et la transition se fait toujours " naturellement ". Si une constante se dégage de l'album, c'est son caractère rampant, par le tempo de batterie et les riffs de guitare. La musique de Rwake s'insinue et s'infiltre plus qu'elle ne s'écoute ; elle s'enfonce comme une lame de couteau de boucher pour vous dépecer vivant. " Oui, ça fait mal. Bien sûr que ça fait mal. C'est supposé faire mal ! ". Plongeon tête la première dans l'abîme, en étant passé à travers quelques fenêtres avant, histoire de rajouter un peu de piquant à l'affaire... Il y a une rage peu commune qui se dégage de cet album. Un truc massif et sans compromis. Impossible de ne pas commencer à dodeliner doucement de la tête en rythme, l'impression que la gravité a fortement augmenté. La voix de C.T. atteint des niveaux d'intensité rarement égalés ; littéralement, il crache ses tripes à votre visage. " Rest " est un album marquant, prenant et absolument génial qui se termine en apothéose totale sur un titre aux riffs encore plus dévastateurs (oui, c'est possible...). Sans aucun doute un des disques de la rentrée, et de l'année.

Rwake - Rest (2011)
Rwake
Rest
Souls Of The Sky
It Was Beautiful But Now It's Sour
Invisible Thread
Culling
Ti Progetto
Was Only A Dream
Journalist, radio speaker, PR guy, booker, crate digger, community manager, promoter. Je pourrais aussi l'écrire en français, il est vrai...

Ajouter un commentaire