High on Fire - Luminiferous (2015)

High on Fire - Luminiferous (2015)

High on Fire, Balzac, même combat ? L'amalgame peut sembler violent. De la littérature balzacienne au métal post-Sleep, nous chercherions en vain quelques passerelles, exception faite des trous de ver produits par un bong. Matt Pike, lui, y croit suffisamment pour citer le grand écrivain au seuil de sa profession de foi. Cela peut se tenir. Oubliez les genres, les domaines, les cloisons. Épousez le point de vue de l'artiste. Et de quoi ce dernier a-t-il besoin pour asseoir son œuvre, sinon de constance ?

« La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste. » (Honoré de Balzac)

Ensuite, c'est selon, chacun son obédience. Et là, je doute pouvoir raccrocher la construction en cathédrale des romans de Balzac au culte du temple Iomique de HoF. Constance ne veut pas dire caricature, pastiche, fac-similé. A l'instar d'un groupe comme Mötorhead, chaque nouvel album est avant tout un produit de la matrice originelle, enrichi d'une dose de maturité supplémentaire. Recherche formelle et avant-gardiste, non ; quintessence sonore et rythmique, là oui, nous sommes d'accord. Un High on Fire, comme un Mötorhead, ne peut donc décevoir. En revanche, il peut déclencher une somme d'enthousiasme que ne nous ne saurions qualifier de déraisonnable tant le plaisir est au rendez-vous. Luminiferous n'appelle pas d'argumentation en bonne et due forme : l'opus est absolument génial, point final. Mieux il se révèle d'une probité impressionnante. Brutalité, primalité, colère, rien n'est feint. Bref, c'est la musique idéale pour une fusillade entre bikers sales, hargneux et mauvais.

 

High on Fire - Luminiferous (2015)
High on Fire
Luminiferous
The Black Plot
Carcosa
The Sunless Years
Slave the Hive
The Falconist
Dark Side of the Compass
The Cave
Luminiferous
The Lethal Chamber
J'aime les chats roux, les pandas roux, Josh Homme et Jessica Chastain.

Ajouter un commentaire