Magrudergrind - II (2016)

Magrudergrind - II (2016)

Non, six ans après son dernier album, Magudergrind n’a rien perdu en intensité. Au contraire, c’est comme si six années ne s’étaient pas écoulées depuis son album éponyme et l’EP Crusher sorti un an après. II, appelé ainsi à tort car il s’agit du troisième disque de Magrudergrind, mérite enfin très bien son nom car il est la suite logique de l’éponyme et amène le tout à un degré supérieur de virulence et de dynamisme. Les années Rehashed sont bien derrière eux, il est temps de jouer plus de grindcore avec des breaks power violence.

Kurt Ballou est aussi de retour à la production ce qui fait que la production sonne de la même façon que sur l’éponyme. A l’instar du dernier Star Wars, tout semble fait pour assurer aux fans que le groupe n’a rien perdu de sa superbe. Il n’y a pas de Jar Jar Binks sur ce disque, et pas de mauvais effets spéciaux. En fait, l’album est tellement déterminé à mettre en valeur la musique qu’il n’y a aucun sample. Un petit manque car ceux-ci donnaient parfois du contexte aux morceaux (« They call it gentrification… ») ou un peu d’humour (« Repeat after me bitch, I come in the name of Jesus… »).

II vous donne l’impression d’être coincé dans un mosh pit pendant 23 minutes et sans jamais ressentir aucun ennui d’être massacré par les attaques incessantes du trio.

Les morceaux s’enchainent si vite qu’il est même difficile de les séparer après quelques écoutes. Un problème que je n’avais pas rencontré sur un disque de grindcore depuis ma découverte du genre avec Human 2.0 de Nasum, un signe de qualité donc.

II vous donne l’impression d’être coincé dans un mosh pit pendant 23 minutes et sans jamais ressentir aucun ennui d’être massacré par les attaques incessantes du trio. Depuis que je l’ai reçu, je n’ai pas pu m’empêcher de faire tourner cet album presque tous les jours. Grâce à la force brute de ses morceaux, II en devient addictif, comme un rush qui ne perd jamais en puissance.

Paradoxalement, après avoir passé autant de temps éloigné du studio, Magrudergrind semble être encore plus déterminé que jamais à jouer sur scène (comme l’a prouvé leur performance phénoménale au Netherland Deathfest) et à faire oublier à tous qu’ils sont restés un peu éloignés des projecteurs. Cependant, à enchainer les performances marquantes depuis le Temple fest l’année dernière, il est fort peu probable que leur public les oublie, et encore moins après un album aussi brillant et massif que celui-ci.

Magrudergrind - II (2016)
Magrudergrind
II
Imperium In Imperio
Divine Dictation
The Opportunist
Relentless Hatred
Sacrificial Hire
War For Resources
Black Banner
Hara-Kiri
Stale Affairs
Regressive Agenda
Incarceration State
Unit 731
Icaro
Husayni / Handschar
Pharmacide
25/02/82, 1m80, à peine 60 kilos et élevé pour parcourir le macadam parisien de refuge en refuge jusqu'à son déménagement à Londres. Chroniqueur rock de 2004 à 2010 sur Eklektik-rock puis sur la fille du rock depuis 2010, bibliothécaire 2.0 depuis 2008, passionné de musique (metal, jazz, rap, electro …) et de comics. Ecrit aussi en anglais sur Delay and Distorsion (Chronique musicale).

Ajouter un commentaire