Tilburg

le 06/12/2015 - 15:15
Roadburn Jour 3 : comme à la maison, mais en mieux

Debout aux aurores pour être frais - tout est relatif le troisième jour du Roadburn - et dispo pour la projection de Dawn Of The Dead (Zombie en français, de George Romero) accompagné de Goblin qui jouera la bande originale sur scène. Franchement ? Une des meilleures idées possibles. Bien entendu, la prestation est parfaite et le concept simplement génial. Je sortirai de la Main Stage deux heures et quelques plus tard avec une seule idée en tête : je veux voir Star Wars dans les mêmes conditions, avec John Williams aux commandes et l'Orchestre Philharmonique de Londres. Oh, ça va, j'ai le droit de rêver !

le 06/08/2015 - 21:47
Roadburn, Jour 2 : deep, space, nice...

Début de journée dilettante, avec une programmation toujours aussi pointue mais pas forcément à mon goût. Le vrai début des hostilités commence avec le second set de Eyehategod. Toujours implacable, toujours boueux, toujours génial. Décidément, la bande la Nouvelle-Orléans est en forme et ça fait foutrement plaisir à voir (et à écouter, bien entendu). Départ précipité pour jeter une oreille à Admiral Sir Cloudesley Shovell qui joue au Cul de Sac. À peine le temps de quelques morceaux 666% rock'n roll pour se faire une idée : ça envoie du bois et c'est à voir en entier le plus rapidement possible.

le 05/19/2015 - 17:55
 Roadburn 2015 : jour 1 : décollage immédiat

Tilburg, here we go again. Comme chaque année, armé d’un sac seulement alourdi par du bourbon et du nécessaire carnet / stylos, j’ai pris la direction du plat pays. Du riff, encore du riff. Mais pas qu’un seul type de riff. Oh, non… Et juste histoire de me souhaiter bon voyage et de me faire encore plus apprécier le fait de quitter le pays, les Merveilleuses Forces de l’Ordre et de la Justice du chemin de fer vont me faire une petite blague. Quelques heures plus tard, j’ai rejoint une partie de l’équipe du Pélican et nous filons à vive allure – en-dessous des limitations de vitesse autorisées bien entendu… - à l’est. Encore une fois, la douce commune de Tilburg s’est parée de ses plus beaux attributs et la superbe affiche réalisée par Arik Roper se voit un peu partout. Je sais que cela ne vous concerne que peu mais pour un journaliste, le Roadburn, c’est le rêve. Dans le sens où nous sommes vraiment bien traités (ouais, nous, petites merdes de scribouillards sans âme) et considérés. Sachant que 90% d’entre nous sont absolument bénévoles, je peux vous garantir que ça fait une grosse différence.

le 05/08/2014 - 16:17
Roadburn 2014 : jour 03 - un jour sans fin

Cette journée du Roadburn aura commencé la veille, juste avant d’aller dormir en fait, à se poser moult questions. Pourquoi ?! Parce que le programme est chargé et que, encore une fois, il faudra sans doute faire quelques choix. Qu’importe. De toute manière, nous ne sommes pas là pour une promenade.

le 04/24/2014 - 14:48
Roadburn 2014 : jour 02 - « not born too late »

Réveil en douceur, canards sur notre terrasse et petit-déjeuner équilibré à base de Bloody Mary (les vitamines, nous ne vous le répèterons jamais assez, c’est très important). Pas question d’être en retard. À 15h30 : Magma. Ouais, Magma… Pendant que nos grands prêtres de la presse rock française continuent de se branler comme des gamines sous MDMA sur chaque petit produit accompagné d’achat d’encarts publicitaires, que des milliers de personnes claquent leur budget culturel annuel pour satisfaire leur besoin de nostalgie, un des plus grands groupes français de l’Histoire de la musique se produit sur la scène principale du Roadburn. Nul n’est prophète en son pays à ce qu’on dit…

le 04/21/2014 - 17:54
Roadburn 2014 : jour 01 - « Planète Roadburn »

« Est-ce que tu pourrais me faire pour la semaine prochaine… » NON. Je ne serai pas disponible. Je suis en déplacement. La deuxième semaine d’avril, il ne faut pas compter sur moi. Idem pour quelques autres milliers de personnes qui viennent des quatre coins de la planète pour se retrouver dans la charmante ville de Tilburg aux Pays-Bas. Direction : Planète Roadburn.

le 04/29/2013 - 17:15
Roadburn 2013 : journal de bord jour 04 - Dag Tilburg !

21 avril : ceux qui sont encore là émergent, la tête comme dans un cor des Alpes, certains compagnons étant déjà partis pour nous laisser affronter seuls cette ultime semi-journée qu'est l'Afterburner. Semi-journée car nous n'aurons la possibilité de couvrir la journée que jusqu'à Spiritual Beggars, obligations professionnelles obligent. L'Afterburner est toujours un moment d'apaisement et même cette année alors qu'il a été pour la première fois soldout, nous ressentons, comme à chaque fois à cette période du festival, que Tilburg remet doucement un pied dans la normalité.

le 04/26/2013 - 13:04
Roadburn 2013 : journal de bord jour 03 - Lourdeur cosmopolite

20 avril : arrivé au 3ème jour du festival, rien ne va plus. L'un crache ses poumons, l'autre monopolise la salle de bains en essayant toutes sortes de techniques de résilience gastrique pour oublier les abus de la veille. Ah la vie en festival... Il faut faire vite cela dit, car dès 14h00 tapantes nous attendent les Suisses de The Ocean venus défendre leur tout dernier album "Pelagial", qui, pour rester dans les ablutions, semblaient vouloir véritablement nous rincer au sens propre du terme.

le 04/25/2013 - 10:25
Roadburn 2013 : journal de bord jour 02 - L'orgie électrique sous acides

19 avril : kukeleku ! Il est déjà 10h30 et nous émergeons d'une soirée plutôt calme il faut l'avouer. Pour tous ceux qui couvrent le festival pour un média, le vendredi midi est réservé à un "network meeting" permettant de rencontrer des acteurs aussi diverses que variés de la scène culturelle indépendante et rock. Après avoir échangé avec quelques photographes, bookeurs et autres travailleurs de l'ombre, nous nous préparons à commencer la journée comme celle d'hier avec un énorme groupe dans l'excellent Het Patronaat du nom de Kadavar.

le 04/24/2013 - 15:52
Roadburn 2013 : journal de bord jour 01 - L'art avant tout

18 avril : une fois encore, Tilburg et son Roadburn Festival nous appelaient, telle une Banshee appelant un mélomane sur le point de décéder par manque de fraîcheur musicale. Oui, l'équipe derrière ce festival désormais reconnu comme étant un des plus pointus et éclectiques de son non-genre nous a une fois de plus concocté une édition aux petits oignons aux styles variés, passant du post-metal au kraut-rock, du rock psyché à la musique industrielle, et j'en passe évidemment, afin que nous puissions nous remplir la tête de nouveaux projets, horizons et souvenirs jusqu'à ce que tout recommence.

Pages

S'abonner à Tilburg