Les TOPS albums 2017 de la rédaction

Les TOPS albums 2017 de la rédaction

Une dernière playlist avant la route, "It's better to burn out than to fade away" disait ce bon vieux Neil Young et c'est sur cette idée que Pelecanus.net décide de rentrer dans une hibernation profonde. Les dizaines de courriels par jour à traiter, la veille folle à opérer tous les soirs, les groupes intéressants qu'il faut vraiment aller chercher et écouter avant de vouloir vous en parler, les concerts à vivre, transmettre, photographier, les articles à penser, écrire, monter, partager, auront eu raison de mes heures de sommeil et de vie durant des années, presque 10 ans. Impossible ou inimaginable à autonomiser financièrement, tristement condamné à vivre du bénévolat, de l'énergie fantastique et de la générosité des rédacteurs et photographes qui y ont participés durant des années, la sage décision avant que le goût ne devienne trop amer d'arrêter la machine est définitivement là. Merci à tous d'avoir été dans le coin, de près, de loin, acteurs ou lecteurs, merci. Que cette année 2018 en soit une nouvelle gorgée de surprises et de frissons pour vous et vos oreilles, toute l'équipe espère vous offrir quelques dernières bonnes découvertes avec cette énorme playlist 2017. Bonne écoute !

 

 

 

TOP ALBUMS

 

The Bug vs Earth
(Ninja Tune)

Martin a tissé son électronique dub lourde autour des guitares vénéneuses de Carlson, le résultat est au-delà des attentes.

 

Godflesh
post self
(Avalanche Recordings)

Retour inattendu et incroyable. Post self est un des tous meilleurs Godflesh, un des plus inventifs et créatifs que le duo ait enregistré. En boucle.

 

Oxbow
Thin black duke
(Hydra Head Records)

Il aura fallu attendre 10 ans mais ils en seront venus à bout. Oxbow est de moins en moins compliqué à appréhender, mais leur musique est de plus en plus belle et puissante.

 

Fret
Over depth
(Karlrecords)

Harris avait jeté l’éponge mais il a finalement relancé la machine. Scorn ne reviendra pas, mais Fret prend la suite exacte, en haussant le rythme. Concassage, écrasement, extermination.

 

Pessimist
pessimist
(Blackest Ever Black)

Album inattendu, premier long pour l’artiste, et bingo ! Très réussi, électronique noire et obsédante.

 

Actress
AZD
(Ninja Tune)

Il devait s’arrêter mais AZD marque le début d’un nouveau cycle. Actress ne déçoit jamais. Et c’est frustrant.

 

GNOD
Just Say No
(Rocket Recordings)

Mirrors était grand, Just say no est immense. Excellent album du collectif, avec des morceaux qui restent bien en tête.

 

Run The Jewels
RTJ 3
(Autoproduit)

Livré le jour de noël, ce troisième album est finalement sorti en janvier en physique avec un arsenal de gadgets (stickers, chaine en or…) mais le duo reste expert dans son domaine : un hip hop grand spectacle hyper efficace et produit de mains de maître.

 

Porter Ricks
Anquilla Electrica
(Tresor)

Rien que pour le son de ce disque, il faut l’écouter. Granulés audio, sable dans les oreilles, pression analogique. Le bruit gris du duo, enfin de retour.

 

Carpenter Brut
Live
(No Quarter Prod)

Guerre – feu – village. Maniac.

 

 

TOP EPs

 

Raime
Yally
(Boomkat)
 

Après un très bon album publié l’an dernier, Raime densifie le son pour un maxi très recommandable.

 

Shit and shine
Hamburger EP
(Gang Of Ducks)

S&S soigne son électronique, de plus en plus, et aboutit à des disques impressionnants de maîtrise et de rigueur. On songe désormais à Meat Beat Manifesto avec ses longs samples vocaux. Pas pour déplaire.

 

Jamakabi
Hot it up
(Bandulu Records)

Présenté l’an dernier sur un mix album pour la série Fabric, ce « hot it up » est un morceau dingue de grime teigneux complètement imparable.

 

Nine Inch Nails
Not The Actual Event
(The Null Corporation)

Un beau disque pour te niquer ton canapé : voilà ce que te propose Reznor en 2017. Y a aussi de la musique et c’est plutôt pas mal.

 

Logos
Glass
(Different Circles)

Producteur anglais rattaché à la scène grime, Logos fait parti de ces ingénieurs qui brouillent les pistes. Dépouillé, agressive, hors piste, sa musique s’affranchit du fond comme de la forme. Anglais, en somme.

 

 

TOP COMPILATIONS / RÉÉDITIONS

 

Barney Wilen
Moshi
(SouffleContinu Records)

Le Souffle Continu creuse le patrimoine français pour exhumer des chefs d’œuvre. Moshi est un disque à l’histoire complexe mais le résultat est passionnant, d’autant plus grâce à l’édition, extrêmement soignée : l’objet est magnifique, les textes indispensables, et la musique sublime.

 

Can
the singles
(Mute, Spoon Records)

Triste année pour Can qui a perdu sa section rythmique en 2 temps. Au milieu, triomphe cette compilation de tout leur single qui montre le chemin parcouru. Les 3 premières faces sont impeccables.

 

Rashied Ali & Frank Lowe
(
Knit Classics, Survival Records)

Classique absolu du free jazz grâce à Thurston Moore qui l’avait désigné comme un indispensable dans le fanzine Grand Royal, ce disque, longtemps introuvable est enfin réédité et en vinyle.

 

Thelonious Monk
Les liaisons dangereuses
(Sam Records)

Bande originale d’un film français, c’est « ascenseur pour l’échafaud » bis par l’immense pianiste Monk, ici présenté dans un coffret absolument magnifique.

 

Dazzling Killmen
Face of Collapse
(Skin Graft Records)

Album mythique d’un groupe qui a inventé tous les Botch, Converge, Kiss It Goodbye de la terre, superbement réédité par Skin Graft.

 

 

TOP 7 CONCERTS

 

Techno animal
Spacehall, Berlin

Techno Animal n’avait jamais dit adieu. Broadrick et Martin ont décidé de rebosser ensemble, mais en enterrant définitivement le projet avant de se relancer dans Zonal. Résultat : incroyable concert où la paire a brassé différentes époques, comme un best of parfait de bruits, de beats et de basse, sur le soundsystem de Kevin Martin, peut-être un des meilleurs au monde.

 

Unsane
petit bain, paris

Dave Curran a ramoné toute la salle avec sa pelle, Chris Spencer a perdu 3 litres d’eau en sueur et en postillon, et Vinnie Signorelli s’est affirmé comme un des plus grands batteurs actuel : c’était du très très grand Unsane.

 

Run the Jewels
Elysée Montmartre

Non, certains essaieront de faire croire l’inverse, mais Run The Jewels n’est pas moins bon sur scène qu’à l’époque de leur premier album. De toute façon il n’y avait pas grand monde. Là, ils ont terrassé l’Elysée Montmarte. Tout simplement.

 

De La Soul
Grande Halle de la Villette

Après avoir été timide chez nous ces 10 dernières années, le groupe est passé 3 fois en 12 mois. Et les concerts étaient superbes.

 

DJ Shadow
Élysée Montmartre

Pas vu venir. Après un album sympathique que certain ont gentiment détruit, Shadow est venu défendre don bébé sur scène et malgré un charisme de G.O. le spectacle, rehaussé par les visuels de Ben Stokes était absolument magnifique.

 

GNOD
instants chavirés

Gnod s’est montré sans pitié à Montreuil, tout simplement. Ultra puissant.

 

Bongzilla
Glazart

Premier passage, si je ne m’abuse, des légendaires Bongzilla. 15 ans que j’attendais ça. Pas de déception, le son était tellement gras, ample, que derrière tout avait l’air ridicule.

 

 
 
 
 
 

TOP ALBUMS

 
Elder
Reflections on a Floating World
(Armageddon Label)
 
Bon, je l'admets, je suis complètement vendue à Elder. Chacun de leurs albums se retrouve sur mon top de fin d'année, parce qu'ils sont le meilleur groupe de doom/psych rock de nos jours. L'ajout d'un nouveau membre à la guitare et au clavier rajoute encore plus de couches à leur musique progressive. Elder ne déçoivent jamais.
 
 
Mutoid Man
War Moans
(Sargent House)
 
Un opus incroyablement accrocheur. Un troisième album excellent, à la hauteur des deux précédents, par un groupe très talentueux qui ne se prend pas trop au sérieux. (Psst... qu'est-ce qui se passe avec Cave-In? J'ai hâte de le savoir!)
 
 
Sacroscum
Drugs & Death
(Unholy Prophecies)
 
Un premier album dément pour Sacroscum. Ce groupe allemand mélange l'aggressivité du black et du crust. Les fans de groupes allant de Discharge à Celtic Frost devraient leur prêter oreille!
 
 
Amenra
MASS VI
(Neurot)
 
Une œuvre primale et captivante. Le meilleur opus post-metal/sludge de l'année est épique, lourd et d'une puissance inégalée.
 
 
Extremity
Extremely Fucking Dead
(20 Buck Spin)
 
Composé d'anciens membres de Agalloch, Exhumed, Repulsion et Vastum (pour en nommer que quelques-uns), Extremity est un supergroup death metal qui a passé sous le radar de plusieurs. Leur premier opus est de la pure brutalité, j'ai déjà hâte à la suite!
 
 
Drab Majesty
The Demonstration
(Dais Records)
 
Un drum machine, du reverb à profusion, de la musique dansante... Du 80s darkwave revival exécuté à merveille.
 
 
Der Weg einer Freiheit
Finisterre
(Season of Mist)
 
Mon coup de coeur de black metal atmosphérique de l'année. Des changements de dynamique et un lead guitar qui projetent vers la stratosphère.
 
 
The Ruins of Beverast
Exuvia
(Ván)
 
Black métal, doom, psychédélique, rythmiques tribales... Pas facile de mettre une étiquette à The Ruins of Beverast, mais une chose est certaine: c'est foutrement atmosphérique, avant-garde et hypnotisant. Le groupe allemand sera en tête d'affiche du festival Covenant Montréal en mars prochain pour leur première prestation canadienne, ne manquez pas ça!
 
 
All Pigs Must Die
Hostage Animal
(Southern Lord)
 
Si Hostage Animal était une personne, ça serait ton voisin fou qui tire son fusil dans le ciel à 3 heures du mat'. Il fait chier le peuple, mais personne n'ose rien dire par peur de représailles. Le nom du groupe est violent, la musique l'est aussi. Ben Koller se retrouve dans mon top trois fois cette année, ce n'est pas pour rien...
 
 
Integrity
Howling, For The Nightmare Shall Consume
(Relapse)
 
Un vocal aggressif, une solide influence thrash metal, et même des bons solos (c'est rare que j'aime les solos et je m'assume pleinement). J'ai été agréablement surprise par le meilleur album d'Integrity depuis des années.
 
 
Bell Witch
Mirror Reaper
(Profound Lore)
 
Une seule chanson de 83 minutes. Bell Witch ne se casse pas la tête, mais leur funeral doom nous détonne dans la tête et les tripes. Mirror Reaper est une expérience auditive transcendante.
 
 
Godflesh
Post Self
(Avalanche Recordings)
 
La musique de Godflesh est toujours aussi unique qu'à leur début. Un mélange d'industriel et de métal d'une amplitude sonore fracassante, Post Self pourrait bel et bien être la trame-sonore du moment où l'intelligence artificielle se soulève finalement contre l'humanité. Nous ne serons pas prêts, mais le duo anglais nous assurera de la bonne musique jusqu'à la toute fin.
 
 
 
 
MENTIONS SPÉCIALES
 
 
Power Trip - Nightmare Logic (Southern Lord)
Vallenfyre - Fear Those Who Fear Him (Century Media)
Chelsea Wolfe - Hiss Spun (Sargent House)
Ulver - The Assassination Of Julius Caesar (House of Mythology)
Converge - The Dusk In Us (Epitaph)
Sun Of The Sleepless - To The Elements (Prophecy Productions)
Dying Fetus - Wrong One To Fuck With (Relapse)
Full of Hell - Trumpeting Ecstasy (Profound Lore)
Pallbearer - Heartless (Profound Lore)
Grift - Arvet (Nordvis)
 
 
 
 
TOP EPs
 
 
Rixe - Baptême du Feu (La Vida Es Un Mus)
Fireburn - Don't Stop The Youth (Closed Casket Activities)
Thantifaxath - Void Masquerading As Matter (Dark Descent Records)
Cruciamentum - Paradise Envenomed (Profound Lore)
Converge - I Can Tell You About Pain (Deathwish)
Perturbator - New Model (Blood Music)
Boy Harsher - Country Girl (Ascetic House)
Sex Prisoner/Harm Done - Split (Deep Six Records)
 
 
 
 
TOP QUÉBÉCOIS 
 
 
Apes - Lightless (ODT)
Fuck Toute - Fuck Toute (GBS Records)
Saccage - Récidive (Torture Garden Picture Company)
Kremlin - Decimation of the Elites (Godz Ov War)
Argument - Argument (Serenity Now Tapes)
Godspeed You! Black Emperor - Luciferian Towers (Constellation)
Aiausca - Rise Of The Molecule
Appalaches - Cycles (A Thousand Arms)
Whitenails - First Trip (Magnetic Eye)
CHRIST - Cinder (ODT)
 
 
 
 
TOP CONCERTS
 
 
Cruciamentum - Katacombes, Montréal
 
Une des meilleures performances death metal que j'ai vu depuis des années. On parle souvent de death metal floridien ou new-yorkais, mais il ne faut pas oublier la brutalité qu'incarne Cruciamentum d'Angleterre!
 
 
Dillinger Escape Plan et Mike Patton - Terminal 5, New York City
 
Dillinger Escape Plan ont mit fin à leur carrière en jouant Irony Is A Dead Scene dans son intégralité avec Mike Patton. Ai-je besoin d'en dire plus?
 
 
Elder - L'Esco, Montréal
 
Après deux annulations dans les dernières années, Elder ont finalement joué à Montréal. L'Esco était à pleine capacité, l'énergie était palpable dans la salle et Elder ont livré une prestation phénoménale. Quelle musicalité! SANCTUAAAARYYY!!!
 
 
Napalm Raid - Katacombes, Montréal
 
Le groupe de crust punk canadien jouait en première partie d'Extreme Noise Terror et ils ont, à mon avis, volé le show. Des riffs incisifs comme une chainsaw, un vocal guttural et une prestation super tight.
 
 
Arkhon Infaustus - Théâtre Paradoxe, Montréal
 
Le légendaire groupe de death-black français Arkhon Infaustus a fait un comeback et Montréal a accueilli sa première prestation nord-américaine. L'incarnation de l'agressivité musicale s'est manifesté dans une ancienne église: la Messe des Morts porte décidément bien son nom.
 


 

 

TOP ALBUMS

 

NY in 64
The Gentle Indifference Of The Night
(Magic Bullet)

 
Le quatuor du New Jersey donne dans le post-hardcore avec des teintes de post-rock, et leur deuxième album est d’une profondeur pratiquement inégalée. Rythmes complexes et lignes de guitares qui conjurent de grandes émotions. Sombre par moment, et enivrant par d'autres. Un album conçu dans le deuil qui reflète la complexité des émotions humaines dans les moments sombre. Tout simplement sublime.
 
 
Propagandhi
Victory Lap
(Epitaph)
 
Propagandhi nous servent un album ultra solide où ils parient sur ce qu'ils font bien, puisent dans leurs forces, sans prendre trop de chances tout en revenant par moment au côté plus mélodique de leur époque Fat Wreck Chords du début des années 90. Le tout mis au goût du jour et servi avec cœur, conviction et passion. Un message d'alerte, un avertissement clair sur les chemins sombres que notre société commence à emprunter avec un peu trop d'aplomb, et sur le rôle que nous y jouons, sans trop le vouloir.
 
 
Full of Hell
Trumpeting Ecstasy
(Profound Lore)
 
Les jeunes premiers du grindcore sont de retour avec un nouvel album en provenance directement des plus profonds abysses de l'enfer.
C'est vraiment une claque sur la gueule ce Trumpeting Ecstasy. Une bombe nucléaire entre les deux oreilles. C’est la musique que j'imagine jouerai chez un Jeffery Dahmer qui vous accueille en souriant, en vous offrant un verre. 
Pour les fans comme les néophytes, si vous cherchez la destruction mise en musique, vous frappez à la bonne porte.
 
 
Oxbow
The Thin Black Duke
(Hydra Head)
 
Ce Thin Black Duke est un tout autre type d'animal sauvage, Oxbow, un groupe qui depuis plus de trente ans pousse et repousse les limites du rock, du métal, du delta blues, de la musique de chambre, du nihilisme, psychédélisme et de l'art de créer le malaise nous sert ici un chef-d’œuvre.
 
 
Converge
The Dusk in Us
(Epitaph)
 
Une maîtrise incroyable de tout ce qui touche à la musique lourde et émotionnelle. Un groupe unique et sans pairs. Une pièce maîtresse. Converge, tout simplement.
 
 
Mutoid Man
War Moans
(Sargent House)
 
Brodsky et Koller, Cave in et Converge. Super Groupe ? Ils prennent tout ce qui est bon du métal des années 80’s sans les clichés, et lui infuse une dose infernale de punk.
 
 
Dead Cross
S/T
(Ipecac)
 
Mike Patton, Dave Lombardo, Justin Pearson et Mike Crain. Ai-je besoin d’en dire plus ? Méga décharge de décibels, le pied au tapis.
 
 
Krallice
Loüm
(Self-Release)
 
Krallice reviens à la charge, déjà là, il y a raison de fêter, mais avec Dave Edwardson de Neurosis au chant et claviers, on a affaire à une potion maléfique, potentiellement mortelle qui brise le moule de ce qu'on en venait à attendre du quatuor New-yorkais.
 
 
The Poison Arrows
No Known Note
(File 13)
 
Le trio de la ville des vents revient à la charge après une bonne pause. Par la fenêtre les claviers, on a ici affaire à une simple équation de voix, guitare, basse et batterie et le résultat ?
Des riffs angulaires, de la grosse basse de virtuose, et des rythmes qui vous accrochent, et vous transportent. Du math rock pas prétentieux pour deux sous, qui prouve que le style n'est pas juste une question de faire son frais avec des exercices de tapping sur la guitare et ou que votre batteur a une maîtrise universitaire en mathématique.
 
 
 
 
BONUS
 
 
Earth/Boris
Live at Third Man Records
(Third Man)
 
Je pense que je n'ai pas besoin de trop développer, non ? Magistral, autant du côté de Mr. Carlson et cie, que des savants fous du rock nippon.
 
 
 
 
MENTION SPÉCIALES À
 
 
Mogwai
Every Country’s Sun
(Rock Action/Sub Pop)
 
 
Melvins
A Walk with Life and Death
(Ipecac)
 
 
What of Us
Split with Hive mind
(Middle Man)
 
 
Floating Widget
The Sounds of Earth
(GBS/Coup sur Coup)
 
 
The Body & Full of Hell
Acendind a mountain of heavy light
(Thrill Jockey)
 
 
Godflesh
Post self
(Avalanche)
 
 
The Bronx
V
(ATO/White Drugs)
 
 
thisquietarmy
Democracy of dust
(Miranda)
 
 
Brian Eno
Reflections
 
 
Primus
The Desaturating Seven
(ATO)
 
 
Motorpsycho
The Tower
(Rune Gramophone)
 
 
CHRIST
Sonder
(ODT)
 
 
They Grieve
I made my sacrifice accordingly
(Dwyer)
 
 
Cult of Luna
Years in a day
(Indie)
 
 
Scavengers
Progress To Oblivion
(Wax Deli)
 
 
 
 
Ce que je souhaite pour 2018
 
 
Un album de collaboration Venetian Snare/Daniel Lanois 
Un nouveau Tool 
Le nouveau Fu Manchu, au plus crisse! (9 février) 
Oxbow à Montréal 
 
 
 
 
TOP 12 CONCERTS
 
 
Mogwai - 31 Jan 2017
Propagandhi - 15 octobre 2017
Neurosis/Converge - 2 Aout 2017
Cult of Luna/Julie Christmas - 23 Aout 2017
The Bronx - 14 avril 2017
Dysrhythmia - 13 Avril 2017
NY in 64 - 24 Septembre 2017
Sunn0))) - 15 mars 2017
They Grieve - 17 Novembre 2017
Voivod - 8 Septembre 2017
A Perfect Circle - 14 Novembre 2017
Floating Widget - 6 Octobre 2017
 
 
 
 

 

 

TOP ALBUMS

 
 
Tyler, the Creator
Flower Boy
(Columbia)
 
King Gizzard and the Lizard Wizard
Murder of the Universe
(ATO Records, Heavenly Recordings)
 
Mastodon
Emperor of Sand
(Reprise Records)
 
Thundercat
Drunk
(Brainfeeder)
 
Full of Hell
Trumpeting Ecstasy
(Profound Lore Records)
 
Your Old Droog
Packs 
(Fat Beats)
 
Pyrrhon
What Passes for Survival
(Throatruiner Records, Willowtip)
 
Karriem Riggins
Headnod Suite
(Stones Throw Records)
 
Incendiary
Thousand Mile Stare
(Closed Casket Activities)
 
King Gizzard & the Lizard Wizard With Mild High Club
Sketches of Brunswick East
(Flightless, ATO Records, Heavenly Recordings)
 
 
 
 
 
Estelle
 
 

TOP ALBUMS

 
 
Depeche Mode
Spirit
(Sony)
 
Amenra
Mass VI
(Neurot Recordings)
 
Wolves in the Throne Room
Thrice Woven
(Artemisia Records)
 
Impure Wilhelmina
Radiation
(Season of Mist)
 
Chelsea Wolfe
Hiss Spun
(Sargent House)
 
Mastodon
Emperor of Sand
(Reprise Records)
 
Ulver
The Assassination of Julius Caesar
(House of Mythology)
 
Converge
The Dusk in Us
(Deathwish)
 
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed II
(Consouling Sounds)
 
God Mother
Vilseledd
(Party Smasher Inc.)
 

 

 

TOP ALBUMS

 

Cranial
Dark Towers, Bright Lights
(Moment of Collapse Records)


The Heliocentrics
The Sunshine Makers (OST)
(Soundway)

FOUDRE!
Earth
(Gizeh Records)

Dvne
Asheran
(Wasted State Records)

Forest Swords
Compassion
(Ninja Tune)

Do Make Say Think
Stubborn Persistent Illusions
(Constellation)

JASSS
Weightless
(iDEAL Recordings)

John Zorn
The Garden of Earthly Delights
(Tzadik)

Here Lies Man
S/T
(RidingEasy Records)

The Obsessed
Sacred
(Relapse Records)

 
 
 
 
 

TOP ALBUMS

 
Oxbow
The Thin Black Duke
(Hydrahead Records)
 
Bell Witch
Mirror Reaper
(Profound Lore Records)
 
Kendrick Lamar
DAMN
(Top Dawg Entertainment, Aftermath Entertainment, Interscope Records)
 
Forest Swords
Compassion
(Ninja Tune)
 
Whores
Gold
(eOne, Steamhammer)
 
Wolves In The Throne Room
Thrice Woven
(Artemisia Records)
 
Run The Jewels
Run The Jewels 3
(Autoproduit)
 
Narrow Terence
Rumble-O-Rama
(SLY)
 
The Flaming Lips
Oczy Mlody
(Warner Bros Records)
 
Chelsea Wolfe
Hiss Spun
(Sargent House)
 
 
Les TOPS albums 2017 de la rédaction
Baktelraalis
Créateur de @Pelecanus_net + Drupal-maniac + Fils de l'internet + Amateur de culture ALT | PGP: 0x38FB7439

Ajouter un commentaire