Blues

Par William
le 12/02/2015 - 23:17
Rien à foutre à Montréal ? Décembre 2015

Près de quatre années se sont écoulées depuis que j’ai rédigé les premières lignes du Rien à foutre initial. Cette chronique a toujours été très personnelle, je suis privilégié d’avoir pu y faire des centaines de recommandations. Le concept m’a guidé vers un nombre de découvertes incalculables et a provoqué des amitiés qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire. Je suis totalement ravi de voir que mes compatriotes français se sont approprié l’idée afin de faire vibrer Paris et Lyon mensuellement.

le 06/03/2015 - 22:20
JPT Scare Band - Acid Acetate Excursion​/​Rape Of The Titan's Sirens (2015)

Un des intérêts majeurs de la musique, c'est de vous apporter une certaine dose d'humilité. Enfin, ça devrait tout du moins toujours être le cas. Comprendre que même après des décennies, des milliers d'albums écoutés, vous n'avez même pas commencé à faire le tour de la question. Et que vous n'y arriverez jamais. Il y aura toujours des groupes fantastiques, des albums qui touchent au génie à côté desquels vous êtes complètement passé.

Par Julien
le 05/19/2015 - 18:07
Goatsnake - Black Age Blues (2015)

Voici un disque de bonne foi, peut-être le plus moderne écouté depuis longtemps. Chimère ? Du tout. Goatsnake sait très bien d’où il vient (le blues) et sait parfaitement où aller en insufflant ce je-ne-sais-quoi de contemporain. Il suffit d’écouter le premier morceau pour s’en convaincre. Another River to Cross est une subtile passation d’armes, destinée non à révolutionner le genre mais à rappeler ce qui sous-tend cet album, ce qui constitue son identité profonde.

Par Floriane
le 01/17/2015 - 11:44
Child - Child (2014)

Depuis 2012, le trio originaire de Melbourne sème son heavy/blues rétro directement inspiré des atmosphères musicales progressives des années 1970. Ils signent là leur tout premier album, un cinq titres éponyme qui présente parfaitement le genre qu'ils développent. Sur une base résolument blues, tant dans la thématique que dans la mise en place du rythme, Child incorpore quelques éléments « novateurs », comme la grosse ligne de fuzz en arrière-plan.

Par Floriane
le 09/29/2014 - 19:13
The Picturebooks - Imaginary Horse (2014)

The Picturebooks c'est l'histoire de deux potes férus de skate, de vieilles bécanes et de musique. Ensemble ils travaillent avec tout ce qu'ils peuvent trouver de bizarre, de vintage ou d'inadapté. Fynn Claus Grabke au chant et à la guitare, et Philipp Mirtschink à la batterie, enregistrent leurs titres sur d'anciens appareils à bandes, très old school. Un mode opératoire qui met parfaitement en valeur le côté artisanal de leur musique, une espèce de blues/punk crade et singulier. Le duo allemand possède une rythmique qui ne déplairait pas à Otis Taylor, et un son que jalouserait The Jim Jones Revue. Le morceau The Rabbit And The Wolf, par exemple, pourrait très bien illustrer le film Easy Rider, pour les connaisseurs. A l'instar du reste de la galette, il donne envie de se faire une petite virée en moto, sur une route brûlante...

le 09/18/2014 - 21:10
[Documentaire] Slow Southern Steel : une percée dans les scènes « Southern »

On n'y croyait plus ! Mais Chris Terry (chanteur de Rwake) et David Lipke ont fini par partager avec nous leur documentaire Slow Southern Steel. Sorti initialement en 2011, projeté en salle, puis passé à l'as malgré la demande (ce genre de docus ne courant pas les écrans) celui-ci nous emmène pendant 1h30 à la rencontre de musiciens plus ou moins connus (de Phil Anselmo à Phillip Cope de Kylesa) tous originaires du Sud des États-Unis et participant à l'effort musical et culturel local. Que vous soyez amateur ou pas, c'est à voir absolument tant on en parle peu. Et si jamais vous êtes curieux d'écouter les groupes présents dans le documentaire, nous vous avons préparé une petite playlist disponible à la suite, bonne écoute, bon visionnage.

“Slow Southern Steel est un film à propos de la musique heavy du sud des États-Unis, racontée par les personnes même qui l’ont créée et faite évoluer depuis deux décennies. Tourné à l’arrière des bars, sur des parkings, et dans les loges enfumées de salles de concerts miteuses que même la Bible Belt n’a pas encore réussi à liquider, ces musiciens engagés parlent de leur amour pour la musique et le Sud, ainsi que des difficultés, contradictions et névroses qui touchent les artistes ici bas. Il n’y a pas d’illusions dans ce film, pas d’excuses ou de distractions : juste la vérité brute, édictée par ceux qui vivent dans la différence. Avec le cultissime Dixie Dave Collins (Weedeater, Buzzov-en, Bongzilla) pour voix off, Slow Southern Steel est un regard authentique et honnête sur l’une des communautés musicales les plus notables engendrées sur ce continent.“

Par Julien
le 06/09/2014 - 15:14
Radio Moscow + Black Bombaim + The Black Willows 04/06/2014 @ Glazart, Paris

Présenter les soirées Stoned Gatherings du Glazart, est-ce vraiment utile ? Vous fréquentez l'institution, vous savez. Vous ne connaissez pas encore ? C'est ligne 7, Porte de la Villette, sortie 4. Vous reconnaîtrez l'endroit à la bonne compagnie patientant devant. Poussez la porte. Vous y êtes.

Par Floriane
le 05/22/2014 - 18:54
Desertfest Londres 2014 : Jour 3 - Vous reprendrez bien un peu de gras ?

Lorsqu'on se réveille au matin du dernier jour d'un festival, on est toujours partagé entre la tristesse de devoir bientôt quitter l'endroit paradisiaque, et l'excitation de voir les derniers groupes programmés. On en voudrait toujours plus ! C'est ainsi que, sur le chemin de l'hôtel à l'Electric Ballroom, je rentre dans le Vans Store où se prépare une session acoustique. Je suis un peu en avance pour Black Rainbows et ne peux résister à l'attraction du live. Grandloom fait sa balance tandis que la boutique se remplit... Dans une ambiance bonne enfant et familiale, le souriant trio allemand présente ses jams de rock-psyché qui sentent bon le fuzz. Bien influencé par les 60's/70's, et Hendrix ou Hawkwind pour ne citer qu'eux, Grandloom propose une belle halte musicale, inattendue.

le 03/13/2014 - 06:47
Wovenhand : Refractory Obdurate, programmé pour avril, se révèle doucement

David Eugene Edward est du genre prolifique, après avoir publié avec sa troupe l'excellent The Laughing Stalk en 2012, les voici de retour avec Refractory Obdurate cette année et ce via 2 labels. Glitterhousel'habituel, et de manière plus surprenante celui de Jacob Banon (Converge) : Deathwish. L'album, lui, s'offre une pochette aux textures et dessins rappelant toujours la culture native que chérit tant D.E.Eet sera disponible dès le 25 avril prochain aux formats habituels. À noter que le groupe sera de passage à travers la France fin mai/début juin. Rendez-vous dans l'agenda pour découvrir si ils passent près de chez vous !

"Refractory Obdurate" est un émouvant chef-d'oeuvre qui montre un Wovenhand explorant de plus lourdes racines comme les premiers albums pouvaient le laisser entendre. Tout en continuant leur course mélodique, des morceaux comme "Good Shepherd", "Field of Hedon", et "Hiss", marchent d'un pas lourd vers une essence renouvelée tendant vers un rock punk fortement amplifié. Tandis que "The Refractory", "Salome", et "Obdurate Obscura" vont chacune s'élever dans une brume épique de plusieurs strates. Dix morceaux en tout, "Refractory Obdurate" représente un patchwork magnifique qui transcende les genres et les attentes ; une prouesse artistique, que seul Wovenhand pouvait offrir.

Glitterhouse Records :: Upcoming / Wovenhand - Refractory Obdurate

Par Floriane
le 02/06/2014 - 16:58
The Midnight Ghost Train - Buffalo (2012)

Après un premier EP, Johnny Boy (en 2008), puis un album éponyme (en 2010), The Midnight Ghost Train semble entrer en studio tous les 2 ans, car c'est en 2012 que Buffalo voit le jour, chez Karate Body Records. Le trio texan égraine son stoner sudiste à travers 8 titres courts et efficaces. Stoner pour la puissance, le fuzz et le space. Sudiste pour blues, le flow et les thématiques. Outre les références directes aux poids lourds de la folk music, comme Leadbelly, la galette fait également ressortir l'énergie et la poussière que des Kyuss ou Truckfighters aiment à afficher. The Midnight Ghost Train a d'ailleurs tourné avec les Suédois de Truckfighters en 2011, juste avant la sortie de Buffalo...

Pages

S'abonner à Blues