Roadburn 2016 : 5 raisons d’y aller (2/3)

Roadburn 2016 : 5 raisons d’y aller (2/3)

On continue notre série avec Estelle pour qui ce sera le premier Roadburn. Après des années d’attente, autant vous dire qu’elle a hâte de découvrir si tout ce qu’on dit sur le festival est vrai !

Parce que Cult of Luna sort de son silence

On les croyait en hiatus à durée plus ou moins indéterminée et voilà que les Suédois programment une série de concerts pour célébrer les 10 ans de Somewhere Along The Highway, dont une date au Roadburn. Leur retour sur scène est déjà un mini-évènement en soi mais histoire d’en rajouter une couche, ils joueront l’album en question dans son intégralité. Ça signifie « Finland » et sa double dose de batterie, Fredrik Kihlberg qui susurre les paroles de « And With Her Came The Birds » et surtout, un final sur l’énormissime « Dark City, Dead Man ». Avouez que ça aura de la gueule.


 

Parce que l’Islande débarque en force

Avec quatre groupes à l’affiche, l’Islande est un peu l’invitée d’honneur de cette édition. Au programme : la résidence de Misþyrming, et  les concerts de NYIÞ, Naðra et Grafir. Comme si ça ne suffisait pas, une partie de tout ce petit monde se réunira pour célébrer les forces obscures lors de la fameuse Úlfsmessa (« la messe du loup »).  Et si on en croit les vidéos, ce set spécial s’annonce complètement fou.


 

Parce que The Body va tester notre résistance

Vous avez déjà réussi à écouter un album de The Body sans avoir envie de vous recroqueviller en position fœtale dans un coin de la pièce ? Si c’est le cas, j’aimerais vraiment savoir comment vous faites. La musique de ce groupe est un des trucs les plus malsains que j’aie jamais entendu. Elle prend à la gorge, aux tripes, et au bout d’un certain temps le mal-être est tel qu’on n’a plus qu’une seule envie : hurler et/ou s’enfuir le plus loin possible de ces cris venus d’un autre monde…  Quand je vois les effets produits par une simple galette en plastique, je me dis que leur set au Roadburn promet d’être une sacrée épreuve. Reste à savoir qui en sortira vainqueur….


 

Parce que Scott Kelly nous dévoile son autre visage

La première image de Scott Kelly qui vient à l’esprit est celle d’un type bourru, enclin à foudroyer du regard (voire plus) ceux qui ont le malheur de lui déplaire. J’ai personnellement déjà vu un photographe à deux doigts de se prendre un coup de poing en plein concert après avoir utilisé son flash sur l’intéressé… En général on connaît moins le Scott Kelly intime et réservé qui prend vie lorsqu’il joue en solo. C’est bien dommage car l’association de sa voix rauque et de la guitare sèche est absolument superbe.


 

Parce qu’il faut découvrir Moloken 

Umeå a encore frappé. Cette fois la ville aux mille bouleaux nous envoie Moloken, un groupe de metal qui possède une petite touche sludge vraiment pas dégueu. Je vous conseille vivement d’y jeter une oreille ou deux et si vous êtes convaincus, foncez au Cul de Sac le 14 Avril !

Roadburn 2016 : 5 raisons d’y aller (2/3)
Quand je ne regarde pas une compétition de saut à ski, j'écoute de la musique à un volume sonore déraisonnable.

Ajouter un commentaire