Today Is The Day + Keelhaul + KEN Mode + Fight Amp 14/04/13 @ Il Motore, Montréal

Today Is The Day + Keelhaul + KEN Mode + Fight Amp 14/04/13 @ Il Motore, Montréal

Le printemps montréalais nous réserve plusieurs belles surprises, la venue de formations comme Kylesa, Kvelertak, Ghost, Intronaut et Coliseum nous fait déjà saliver. La première étape de cette folle épopée musicale commençait dimanche dernier avec la première véritable tournée qui osait franchir les frontières canadiennes. Rappelez-vous qu'Enslaved avait tenté le coup en février dernier et nous nous étions retrouvés avec une soirée catastrophique. Cette fois nous avons eu de la chance puisque les trois formations accompagnant Today Is The Day étaient bel et bien au rendez-vous. Croyez-moi, elles étaient toutes prêtes à nous démolir la gueule avec des objets contondants. Il fallait avoir un moral d'acier pour survivre à une soirée aussi agressive et épuisante.

L'énergique trio américain Fight Amp lançait les hostilités, les plus fidèles se remémoreront certainement leurs présences lors des tournées de Kylesa et de Weedeater en 2011. Les trois musiciens du New Jersey ont profité pleinement de cette longue année pour prendre beaucoup d'expérience et une tonne d'assurance. Le résultat était beaucoup plus convaincant et énergique que lors des précédentes expériences. Il faut dire que le nouvel album qu'ils ont en poche, intitulé Birth Control, est fantastique. Les roulements de tambours rapides se marient à merveille avec la basse retentissante et les riffs dévastateurs. La prestation fut à l'image de l'album, terriblement dynamique et entrainante. Vous n'avez plus d'excuse pour ne pas les connaitre. Grâce à son savoureux mélange de post-hardcore aux influences doom et sludge, Fight Amp prend enfin sa place dans cette scène américaine qui regorge de groupes de talent.

Il n'y avait pas formation québécoise sur l'affiche, mais les vénérables Canadiens de KEN Mode étaient présents afin de combler cette absence. Sans grande surprise, l'intensité grimpa d'un énorme cran. Le trio originaire de Winnipeg n'a plus de preuve à faire, ils sont sans aucun doute le groupe canadien par excellence. La fureur et la détermination émanaient des musiciens, ils jouaient avec une rage digne des plus grands. Leur hardcore sombre et abrasif ne laissait personne indifférent au Il Motore. La cadence impressionnante à laquelle les morceaux étaient joués n'avait d'égal que la lourdeur avec laquelle ils étaient interprétés. Le chanteur dégageait une puissance littéralement effrayante, son regard agressif est un élément clef des performances de KEN Mode. Il nous donne l'envie d'appeler un prêtre exorciste pour vérifier si tout se déroule normalement entre ses deux oreilles. La performance était parsemée d'excellentes pièces tirées de leur plus récent album Entrench, il s’agit d’un incontournable candidat à l'album de l'année. Je vous souhaite de ne pas l’avoir laissé glissé sous vos doigts lors de la soirée. La version vinyle est somptueuse et s'ajoute très bien à une collection, il est d'ailleurs très important d'encourager la scène canadienne qui ne cesse de s'améliorer. Parions que nous les reverrons très bientôt en sol montréalais, et cette fois-ci c'est interdit de s'absenter. Compris ?

Qui aurait cru que nous aurions la chance de voir la légendaire formation Keelhaul à Montréal? Certainement pas moi, surtout quatre ans après la parution de leur dernier disque sur Hydra Head Records. Même si le quatuor originaire de Cleveland n'était pas officiellement en pause, il me semblait peu probable de les voir apparaître sur une tournée comme celle-ci. Je suis rapidement revenu à la réalité lorsqu'ils sont apparus sur scène en chair et en os. Leurs impressionnantes compositions alliant hardcore, sludge et jazz résonnaient véritablement dans la salle. Les nombreux riffs saccadés avaient un effet du tonnerre chez les spectateurs, malgré le résultat beaucoup moins violent que les deux groupes précédents, la foule semblait unanime. C'était bon, très bon. Nous étions en extase devant des classiques comme Cruel Shoes, Pass The Lampshade et Glorious Car Activities. Sans nécessairement avoir une présence scénique impressionnante, les quatre virtuoses semblaient prendre plaisir à jouer devant la foule montréalaise. Ils livraient la marchandise avec un sourire et une énergie qui semblaient leur manquer, il ne s'agit vraisemblablement pas d'un groupe qui a beaucoup tourné dans sa carrière. Une certaine nostalgie semblait se confondre avec un bonheur d'être sur la scène à nouveau. C'est avec un immense sourire aux lèvres que nous assistions à cette première performance à Montréal. Je crois bien que cette occasion constituait la première et dernière fois que nous vivions une expérience de la sorte en leur compagnie. Les chanceux qui y étaient auront certainement apprécié cette courte prestation. Ce n'était rien de grandiose, mais disons simplement que c'était de la sublime musique interprétée par quatre personnages très ordinaires qui se mis au défi de faire une tournée après toute ces années d'hibernation. Keelhaul représente un incontournable pour les amateurs de groupes comme Cable, Helmet ou encore Botch. Faites-vous plaisir et jetez une oreille sur leur discographie.

La fin de la soirée était proche, il restait uniquement la prestation de Steve Austin qui nous présentait son fameux projet culte Today Is The Day. Véritable institution en matière de noisecore, ce groupe n'était pas ici pour nous faire rigoler. Au contraire, les trois musiciens étaient d'un sérieux déconcertant et d'une froideur dérangeante. Les compositions de Today Is The Day semblent très difficiles à interpréter, la négativité et l'agressivité qu'elles dégagent semblent avoir raison de leur moral. C'est lourd, comme un étau qui se resserre sur votre crâne lorsque vous êtes ligoté dans un coin sombre de la prison de Guantanamo. Je présume que vous comprenez le genre d'images qui défilent dans notre inconscient lorsque nous avons cette musique entre les deux oreilles. Le chant de Steve Austin fait des ravages, il est aigu et violent. Notre cerveau en restera certainement marqué. Sa voix est particulière, les seules références que j'y vois sont avec les groupes de doom Indian et Lord Mantis. Si vous connaissez ces deux formations, vous savez maintenant que Today Is The Day laisse des séquelles. Les deux autres musiciens, bien que très timides et silencieux, offrent une performance sans faille. Par contre, nous avons le sentiment qu'il s'agit à nouveau de figurants pour combler le vide aux côtés du grand leader Steve Austin. La chimie n'est pas apparente et la communication pratiquement inexistante. Today Is The Day se contentait de reproduire ses morceaux destructeurs, sans plus. Il y avait un léger manque de vie derrière la musique, un manque de volonté de dépassement personnel. Soyons indulgent, comment trouveriez-vous la motivation de donner un spectacle énergique quand vos compositions vous donnent l'envie d'insérer un fusil à pompe dans votre gorge et de faire feu ? Que le groupe soit devant nous sur une scène était déjà une bénédiction, ravalons nos commentaires dérisoires et apprécions le fait que Today Is The Day soit encore actif et bien vivant à travers les musiciens du moment.

Je suis très satisfait d'avoir expérimenté la formation au moins une fois dans ma vie, l'influence qu'ils laissent sur la musique lourde se fait sentir à plein nez, KEN Mode en étant le meilleur exemple. Steve Austin est un personnage extrêmement important et influent, malgré la fatigue qu'il traîne à garder son groupe actif.

Chroniqueur montréalais pour Pelecanus depuis juin 2010 ayant participé à l'organisation de concerts ainsi qu'au défunt projet de webradio.

Ajouter un commentaire