Milanku + Mountains Unfold + Kosmograd @ l'Absynthe 01/08/10 Montréal

Milanku + Mountains Unfold + Kosmograd @ l'Absynthe 01/08/10 Montréal

Pour la deuxième fois en moins d'un mois, on a eu droit à une soirée bien spéciale sur la scène post-hardcore québécoise. Vous avez sans doute lu ma première critique concernant le sujet il y a de cela quelques semaines? Si non, faites-le sans plus tarder et revenez ensuite sur celle-ci pour voir ce second chapitre de mon expérience avec l'excellent groupe montréalais Milanku.

C'était cette fois au bar L'Absynthe sur St-Denis que la formation avait choisi de faire une halte. Nous avions droit pour ce concert à des groupes d'ouverture beaucoup plus similaires que lors du précédent. Je ne veux rien enlever au post-rock très efficace de Kimika, mais je trouvais l'affiche du concert de dimanche dernier plus fidèle au style de Milanku. Les groupes invités étaient très étonnants et se faisaient plutôt rares à Montréal, je parle bien sûr des formations Kosmograd (Toronto) et Mountains Unfold (Québec).



Dès notre arrivée sur les lieux, le vide régnait dans la salle. La terrasse était garnie uniquement des musiciens et l'horaire du spectacle avait été repoussée puisque les gens tardaient à arriver en ce dimanche montréalais trop musical. En effet, la rue voisine du bar proposait une multitude de concerts extérieurs et le festival Osheaga battait son plein à travers la métropole. Je sais que tout cela est très peu relié au style que propose Milanku, mais l'impact était tout de même présent. On pouvait d'ores et déjà se douter que le concert allait être moins achalandé que le premier. J'espérais simplement que les musiciens ne se laisseraient pas trop démoraliser par ceci et que nous aurions droit à une bonne prestation de leur part.

C'est plutôt vers 21h00 que Kosmograd fit son entrée dans la petite et charmante salle de l'Absynthe. Pour les curieux, un démo est disponible en téléchargement gratuit sur le web. J'avais donc fait mes devoirs et je me l'étais passé en boucle quelques fois et j'adorais le résultat malgré la qualité du son peu fignolée. Les quatre musiciens avaient une bonne attitude, et malgré le peu de spectateurs on les sentait intenses et déterminés. Ils étaient assez silencieux entre les chansons, mais je crois que c'était pour focuser sur la musique elle-même. Leur sonorité était généralement lente, mais il y avait des passages très rythmés par moment qui frôlaient le punk, pourrait-on dire que c'était du post-punk? C'est à vous de juger! La voix me rappelait beaucoup celle de Cult Of Luna et l'apport de deux chanteurs me divertissait au plus haut point. Les musiciens ont fait du très bon boulot, les guitaristes proposaient parfois des segments assez complexes qui les sortaient du moule post-hardcore pour un résultat plus progressif typique.



La pièce ''The Owl'' en est l'exemple parfait. D'ailleurs elle fait partie partie du démo que vous devriez tous aller télécharger à partir de leur myspace. Après tout, du post ontarien ce n’est pas à tous les jours qu'on a l'occasion d'en entendre! J'ai été grandement intéressé par cette jeune formation, dans laquelle on retrouvait quelque chose de supérieur que la plupart des nouveaux groupes de ce style n’ont pas. Certains petits accrochages au niveau musical sont venus ternir un peu la dernière pièce de leur prestation de 30 minutes, mais c'était un nouveau titre et les musiciens semblaient mal préparés pour la reproduire en concert. Outre ce problème, la pièce avait beaucoup de potentiel et on remarquait même l'ajout de voix claires, ce qui promet beaucoup pour leur prochaine parution. Je lève mon chapeau à Kosmograd, vous êtes obligés de passer sur leur myspace. C'est un ordre!

La soirée commençait déjà très bien avec une jolie surprise de la part du premier groupe. J'espérais que Mountains Unfold allait en faire autant, sinon plus. Les musiciens semblaient prêts et c'était la formation qui paraissait le moins amochée de leur concert de la veille à Toronto. Les trois groupes avaient joué dans la maison du guitariste de Kosmograd et parait-il que la fête avait été prolongée jusqu'à très tard dans la nuit. On le ressentait évidemment dans l'ambiance générale de la soirée, mais Mountains Unfold prenait d'assaut la scène avec un peu plus de vigueur que les précédents. C'était assez prévisible parce que le groupe propose une musique plus violente et rapide que Kosmograd.

En fait, c'était sans aucun doute la plus agressive de toute la soirée. Musicalement tout était bien reproduit, le batteur avait un style beaucoup plus dynamique et fougueux que le premier, sans vouloir enlever quoi que ce soit à Kosmograd bien entendu. Les guitaristes bougeaient beaucoup et le chanteur donnait réellement vie à la musique avec son intensité. Il était le point central de l'énergie que dégageait le groupe. Son chant est très cru et plus aigu que la majorité de ce qu'on entend en matière de post-hardcore. J'ai même préféré de loin le résultat du chant en concert que sur le matériel studio, on peut mieux voir et sentir l'énergie puissante qui s'en dégage. Il faut souligner la présence d'une guitare à double manche sur certaines pièces par exemple dans le nouveau vidéoclip disponible ''Pure In Pure''. Ceci s'avère être un atout très important à la sonorité des morceaux. La présence d'une guitare douze cordes est très rare et de mémoire seul le groupe japonais Boris en utilise une parmi les groupes que j'écoute régulièrement. C'est plutôt flatteur de se faire comparer à des piliers comme Boris. Bien sûr, il n'y a rien à voir au niveau similarité musicale, mais on ne peut pas cracher sur le fait de se faire mettre sur le même piédestal que ces génies musicaux.



Mountains Unfold a définitivement livré la marchandise, ce fut le groupe le plus efficace musicalement. Il y avait très peu d'erreurs et ça sonnait comme une tonne de briques. Il est vrai que la formule peut sembler un peu répétitive à la longue, surtout au niveau vocal. Cependant, le groupe commence à peine son cheminement et j'ai plus que hâte de voir un album entier paraitre dans les prochaines années. Jusqu'où seront-ils capables d'aller? Je crois que personne ne le sait réellement, et c'est ce qui fait la beauté du groupe. Mountains Unfold a un évident potentiel et je suis plus que fier de les avoir vus pour la première fois cette semaine. Le nouveau EP ''The Furnace'' est maintenant disponible et c'est un beau petit bijou pour tous les fans de post-hardcore.

Le tour était venu aux vétérans du post-harcore montréalais d'entrer en scène. Milanku avait livré un superbe concert au bar l'Escogriffe le 8 juillet et je m'attendais à encore mieux cette fois puisque je connaissais davantage leur matériel. Le disque ''Convalescence'' jouait régulièrement chez moi et j'avais bien hâte d'entendre à nouveau le résultat, puisque les pièces représentaient un réel attachement émotif contrairement à la première fois, où j'étais allé un peu à l'aveuglette. Je sentais le groupe un peu nerveux avant le début du concert, les conditions difficiles et les nombreuses heures de route y étaient sans doute pour beaucoup. L'intro de ''Sournoisement'' retenti dans le bar et le public revint à l'intérieur pour voir la dernière performance de la soirée. On avait perdu quelques amateurs puisqu'ils commençaient à se faire tard, mais Milanku ne semblait pas être démoralisé par cet aspect. Ce qui vint miner le moral des musiciens provenait d'une autre source, quelque chose de beaucoup plus frustrant. La guitare de Carl avait décidé de faire des siennes et de produire du son quand bon lui semblait, et décidément ça ne semblait pas lui tenter très souvent.

Les deux premiers morceaux furent alors joués avec un sentiment de frustration grandissant puisqu'un seul guitariste était audible en permanence. Nous avons eu droit à une pause pour résoudre le problème, et c'est seulement cinq minutes plus tard que le tout s'est replacé grâce à l'aide du technicien sonore et d'un guitariste de Mountains Unfold. Je commençais à sentir un peu la déception entrer en moi, mais je sais très bien que jusque-là rien n'était de la faute du groupe lui-même. Je crois que j'étais simplement déçu de ne pas pouvoir fermer les yeux et me laisser transporter par la musique sans avoir à être perturbé par les problèmes de son. Le problème était enfin réglé et je croyais que tout repartirait pour le mieux. Malheureusement, la concentration des musiciens en avait été affectée et on a eu droit à des accrochages musicaux durant les pièces suivantes. Les membres de Milanku faisaient leur mea-culpa entre les morceaux et ils savaient déjà que c'était une soirée à oublier. Ils prétextaient que Toronto ne leur portait pas chance, et je crois qu'ils avaient bien raison. Deux vieux morceaux furent joués par la suite et également les pièces ''La Plaisanterie'' et pour finir la splendide ''Mépris''. Malgré les accrochages, on a sentait que durant le dernier morceau les musiciens se donnait une bonne claque et qu'ils avaient décidé de donner au moins une chanson parfaite aux fans dans la salle. Du moins, la bonne performance de ''Mépris'' a clôturé cette prestation légèrement décevante sur une note positive. On voyait clairement que Milanku n'était pas satisfait et que l'entrain y était beaucoup moins présent que durant leur premier concert en juillet.

Cependant, s'il y a un aspect positif à tirer de tout ça c'est que Milanku est un groupe de talent et un groupe fier de ce qu'il fait comme matériel. Je peux vous assurer que lors de leur prochain concert on aura droit à une performance qui rachètera celle-ci et que vous devriez tous vous déplacer pour voir le résultat. Il est plus qu'important d'encourager les groupes d'ici et plus particulièrement dans des styles aussi marginaux que le post-hardcore. Nous avons la chance d'avoir des groupes qui peuvent rivaliser avec les grosses pointures du style, mais il faut simplement leur donner les outils pour qu'ils y arrivent. Faites donc un tour sur le myspace du groupe et donnez-leur une chance, vous ne pourrez pas en ressortir déçu croyez-moi sur parole!

Chroniqueur montréalais pour Pelecanus depuis juin 2010 ayant participé à l'organisation de concerts ainsi qu'au défunt projet de webradio.

Ajouter un commentaire