Earthless + Sunder 29/05/2015 @ L'Épicerie Moderne, Lyon

Earthless + Sunder 29/05/2015 @ L'Épicerie Moderne, Lyon

Il y a un petit plus à faire des concerts loin de chez soi. La route. Le trajet. Enquiller de la borne, les yeux vissés sur la route, les enceintes de l'autoradio crachant un de ces albums "spéciaux pour bitume", le café sur une aire d'autoroute perdue, avec des gens qui semblent tout aussi "ailleurs", autant hors de leur élément que vous pouvez l'être.

Direction Lyon donc pour Sunder et Earthless. Cerise sur le gâteau : découvrir L'Épicerie Moderne. La salle fêtera bientôt ses dix ans et je n'y avais encore jamais mis les pieds (comme quoi, tout arrive...). C'est clairement un petit joyau : bonne capacité, belle architecture, son excellent, une équipe adorable, une méchante prog et qui laisse la porte ouverte aux associations / petits promoteurs (Merci Bonsoir et Goliath Lyon pour cette date). Pas comme certaines salles dont c'est pourtant la mission (accessoirement qui touchent de l'argent de la Culture pour la remplir...).

Arriver, faire quelques pas et se diriger vers le merch (passage obligé...). Seule bonne surprise, la présence de Bertrand Bouchardeau, illustrateur / graphiste qui a réalisé la sublime affiche pour le concert de ce soir. (son site : http://bertrandbouchardeau.com/) Pour le reste, même si je suis fan de Earthless, du fait de supporter les groupes en achetant directement lors des concerts et conscient du taux de change actuel dollar / euro... Faut pas déconner...

Je n'ai jamais eu la chance de voir The Socks sur scène. Nous aurons tous la possibilité de voir Sunder.

21 heures sonnent et Sunder arrive sur scène. Pour qui n'aurait pas suivi, il s'agit de membres de feu The Socks. Bien sûr que c'est ultra orienté / inspiré du son de la fin des 60s. Et alors ?! Ni vous, ni moi - qui suis déjà une putain d'antiquité - n'avons eu la chance de les vivre. Donc ouais. Pardon, OUAIS !!! Ça joue, ça sonne furieusement, la vibe ultra rock'n roll qui te porte, mieux te transporte, est encore plus présente que sur les enregistrements que j'ai eu la chance d'écouter. Le titre "Dead Flower" est un sésame pour se mettre à se trémousser comme un lémurien en transe et, clairement, il faudra se jeter sur l'album qui sortira un peu plus tard dans l'année. Je n'ai jamais eu la chance de voir The Socks sur scène. Nous aurons tous la possibilité de voir Sunder. Ne cherchez pas : il faut.

Chez Earthless, les morceaux s'enchaînent sans que vous puissiez vraiment comprendre où l'un commence et l'autre finit.

Le temps de se dégourdir les jambes et les poumons (je veux retourner dans le passé !!! Quand je n'avais pas à sortir pour fumer !!! MONDE DE MERDE) et Earthless arrive. Earthless commence. Earthless te fait partir à la vitesse de la lumière pour un voyage qui dépasse le simple cadre du "j'écoute de la musique". Et oui, Isaiah Mitchell est un guitariste de génie comme il n'en existe que peu à chaque génération. Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : chaque membre du groupe est un excellent musicien. Mais Mitchell... Il suffit de se concentrer un peu sur lui pendant le concert pour comprendre. Yeux mi-clos, sa guitare comme une extension de son corps... Ouais, ce mec joue comme un dieu. Et oui, je n'ai aucun problème à le mettre juste à côté de Hendrix (le rappel avec Foxy Lady ne me donnera pas tort). Chez Earthless, les morceaux s'enchaînent sans que vous puissiez vraiment comprendre où l'un commence et l'autre finit. Leur musique coule dans vos oreilles, dans votre corps, dans votre cerveau, dans chaque petite molécule de votre être. Il y a peu de groupe que vous pouvez voir de nombreuses fois et qui vous laisseront à chaque fois cette impression. "Rock psychédélique", dans leur cas, ce n'est pas une simple étiquette. Et cette reprise de The Groundhogs pour clôturer la soirée... Magique. Le seul bémol sera une phrase que je vais capter au détour d'une conversation en partant : "ils devraient vendre des sucres au bar".

Journalist, radio speaker, PR guy, booker, crate digger, community manager, promoter. Je pourrais aussi l'écrire en français, il est vrai...

Ajouter un commentaire