The Bronx 14/04/2017 @ Foufounes Électriques, Montréal

The Bronx 14/04/2017 @ Foufounes Électriques, Montréal

Le groupe californien The Bronx était de passage à Montréal le 14 avril, vendredi saint, et le groupe de Los Angeles était tout sauf sain d'esprit (sain, vendredi saint, oui je sais, mauvais jeu de mot). La présente tournée pan-canadienne se fait sans aucun nouvel album à promouvoir, donc ceux et celles qui étaient présents eurent droit à une rafale des classiques du quatuor, couvrant la majorité de leur albums éponymes, en plus d'être récemment flanqués du batteur Joey Castillio (Queens of The Stone age) qui a rejoint le groupe juste avant la tournée. Les flammèches, le chaos et la folie étaient au rendez-vous.

Première partie bien sentie de la part de Dave Hause And The Mermaids, qui donne dans le Bruce Springsteen version punk, pas trop mon Genre pour être franc mais le cœur y était et le groupe à tout donné, ce qui est admirable, car cela peut s'avérer une tâche ingrate que d'être le groupe d'ouverture devant des fans qui ne sont certes pas venus pour te voir.
 
Ensuite après une brève pause pour faire de la place sur la scène, The Bronx y sont monté sans trop de cérémonie, et tout de suite le chanteur Matt Caughthran a pris le contrôle de la scène et du plancher de danse avec un grand charisme, un sourire fendu d'une oreille à l'autre et une énergie contagieuse. Ordonnant à la foule de ne rien retenir et de tout donner, le groupe s'est alors lancé dans la pièce d'ouverture de son premier album, Heart Attack American, un brûlot punk qui donne le goût de tout casser et de se laisser aller au chaos.
 
Ce fut comme ça pour les 80 minutes du groupe sur scène. Je dis bien le groupe, parce que Caughthran lui a passé le reste de la soirée sur le plancher, à danser, sauter, crier, et se tortiller comme un ver de terre sur l'asphalte un jour de canicule californienne, avec les fans tout aussi fous, qui eux aussi dansaient et chantaient avec lui. Aucun temps mort, pas de pause, à part pour chanter joyeux anniversaire à un fan et ironiquement lui dédier la pièce Shitty Future, les chansons déferlèrent les unes après les autres, le tout empreint de cette urgence qui meuble la majorité des chansons du groupe, actif depuis plus de 15 ans, mais qui avait l'énergie d'un groupe qui en est à ses débuts. Matt Caughthran est tout un "front man" doublé d'un chanteur hors pair, et son timbre de voix était comparable à ce qu'on entend sur disque, et ce même à la fin d'une longue tournée où soirs après soirs il se démène tel un diable dans l'eau bénite.
 
C'était contagieux, magnifique, chaotique et salutaire pour le corps et l'esprit. Une gargantuesque dose de rock'n'roll punk sale des bas fonds de la cité des anges. Une soirée de défoulement collectif qui fut grandement apprécié. Merci The Bronx, mission accomplie. A la prochaine!

Set list
1-Heart attack American
2-Mouth money
3-I got chills
4-Shitty future
5-Pilot lights
6-Too many Devils
7-Knifeman
8-Six days a week
9-White guilt
10-Youth wasted
11-Ribcage
12-Around the horn
13-They will kill us all (without mercy) 14-History Stranglers

 

Batteur pour Nous Étions et Argument, bassiste pour Valeri Fabrikant et The Band Of Peace, père de famille, maniaque de musique en tout genre.

Ajouter un commentaire