thisquietarmy : "C'est important pour un artiste de se lasser et d'aller explorer d'autres directions"

thisquietarmy : "C'est important pour un artiste de se lasser et d'aller explorer d'autres directions"

C'est à l'occasion d'une actualité chargée que le prolifique Eric de thisquietarmy se prête au jeu de l'entrevue pour Pelecanus.net. Au programme: son arrivée chez Denovali, la sortie de son nouvel album Resurgence et plus globalement le quotidien puis l'avenir en tant qu'artiste indépendant.

Tout d'abord quelques questions, même si cela fait un moment, sur ta dernière tournée européenne avec Aidan Baker (Nadja). Est-ce que cela s'est bien passė? Une anecdote croustillante ou un moment qui t'a marquė en particulier?
 

Oui, c'était au printemps dernier et ça s'est très bien passé. C'était la 2e fois que nous tournions ensemble en Europe - la 1ère fois avec Nadja c'était en 2009 et nous nous connaissons depuis longtemps, donc aucune surprise de ce côté. Les spectacles en Suisse et en Allemagne étaient bien, Slovénie et Slovaquie pas mal, Italie bizarre, Belgique et Luxembourg  moyen. Du côté de la France j'ai bien apprécié l'accueil du Plané Ari Home Gigs à Wanquetin, en pleine campagne avec la très chaleureuse formule concert/repas où les gens restent pour manger après le concert. Chapeau au Docteur Adams (Marc) qui réussit à attirer les gros noms de la scène ambient/folk-drone/electro vers ce petit village isolé, il en est à sa 3ème saison de concerts et ça vaut vraiment la peine de se déplacer, autant au niveau des fans pour l'expérience que les artistes pour l'accueil et le repos. À Paris, nous avons joué un showcase pour notre label français Basses Fréquences qui faisait partie du Village Label à la Vilette Sonique. Cependant ce volet n'était pas trop promu par le festival, donc ça passait pas mal inaperçu à côté de l'autre grosse scène où s'étaient réunis des milliers de personnes pour Oxbow. Les prises de son se faisaient 5 minutes avant de jouer et lorsque nous nous sommes installés sur la scène, Aidan a vu une batterie et il a spontanément décidé qu'il en jouerait à la place de sa guitare! C'était assez déstabilisant car c'était une performance en duo et je ne l'avais jamais entendu jouer de la batterie, encore moins joué avec lui à la batterie. On a donc improvisé et ça a donné ce que ça a donné!

 

http://thisquietarmy.blogspot.com/2011_05_01_archive.html

http://thisquietarmy.blogspot.com/2011_06_01_archive.html

Parlons de ce nouvel album qui est en approche, peux-tu nous en parler un peu plus? Il est apparemment le plus accessible de toute ta discographie ? Comment cela s'est présenté durant les 4 ans de sa composition ?
 

Oui, bien. Il est plus accessible dans le sens qu'il est beaucoup moins "drone" que les sorties précédentes, plus structuré, dynamique, rythmé et à l'avant-plan. Il suit surtout la démarche du premier album "Unconquered", qui comme le nouvel album "Resurgence", est  axé sur un travail de composition beaucoup plus détaillé, riche et complexe. L'instrumentation, l'orchestration et la structure des pièces sont beaucoup plus pensés et travaillés en studio, et elles sont dirigées vers un résultat précis et voulu, souvent du type one-man band, dont le style est parfois réminescent de mon premier groupe Destroyalldreamers. Ça a pris 4 ans, car la composition de certaines pièces pour le nouvel album venait de sessions d'Unconquered et de Blackhaunter qui ont débuté en 2007 et j'ai continué le travail de ces types de compos, parfois en laissant les pièces de côté pendant des mois pour ensuite y revenir plus tard avec de nouveaux ajouts.


En parallèle, j'ai voulu explorer des sonorités et des structures plus abstraites, plus larges et plus ambiantes, comme sur les albums Aftermath & Vessels ainsi que les albums collaboratifs avec Aidan Baker, Scott Cortez & Yellow6, qui étaient des résultats beaucoup plus directes, basés sur des jams enregistrés, puis retravaillés par la suite en ajoutant d'autres éléments qui allaient compléter ces improvisations, tout en gardant son essence brute. Le processus de composition et d'enregistrement étant moins complexe, ces parutions ont fait surface avant que j'ai pu finaliser les compositions pour Resurgence.


À noter aussi que le nouvel album vient avec un disque supplémentaire (2xCD / 2xLP+download), je voulais purger toutes les pièces que j'avais terminé pour ainsi repartir à zéro. 

Concernant ta signature avec Denovali Records, comment cela s'est-il passé? Y a t'il eu un élément déclencheur particulier concernant ton arrivée sur le label allemand ?
 

Je cherchais déjà un label pour cet album depuis 2009 - le concept de l'album existait déjà sous une certaine forme et j'avais déjà enregistré les deux pièces clé de l'album, celles qui allaient l'ouvrir et le clotûrer. J'avais contacté plusieurs labels de renom sans succès tout en continuant de travailler sur l'album. Lorsqu'il était temps de finaliser l'album, j'ai relancé mes recherches et envoyé l'album fini à plusieurs labels, dont Denovali, mais je n'avais toujours pas eu de retour. Vu que j'étais déjà sur plusieurs labels, je voulais essayer d'en faire une parution à label multiple afin d'en arriver à une parution collective à plus grande échelle. Mais c'est Jérôme de Basses Fréquences, un des labels que j'ai approché et qui distribuait déjà mes sorties sur son label à travers la distro de Denovali, qui m'a suggéré de faire encore plus d'efforts pour entrer en contact avec eux car il trouvait que l'album avait vraiment sa place sur ce label, et au moins de s'assurer qu'ils aient pris le temps d'écouter l'album. C'est un label très actif, ils sont toujours très occupés avec la gestion de leurs parutions et ils doivent recevoir des tas de demandes chaque jour. J'ai donc ré-écrit pour insister, et ça a du les atteindre au bon moment car ils ont adoré l'album et ils m'ont offert une relation à long terme. Lorsque nous nous sommes rencontrés en personne à Bochum lors de ma tournée, nous avons eu un bon échange et le tout s'est bouclé rapidement. Morale de l'histoire: les opportunités se créent avec effort et détermination.

Qu'est ce qui change des albums précédents qui, il me semble, sortaient sur ton label TQA records? La manière de travailler change t-elle ? Plus de pression ?
 

Attention, c'est faux: il faut préciser qu'aucun de mes albums n'a été publié sur mon label - seulement quelques EP en éditions limitées (CDR ed. 200 copies max). Il y a beaucoup de gens qui pensent cela car je distribue mes albums via la distro de mon label, ce qui est normal - ça me sert de webstore comme tout artiste. En fait, presque chaque sortie depuis 2008 a été publiée sur des labels différents tels qu'Aurora Borealis (UK), Foreshadow (Pologne), Elevation (USA), Basses Fréquences (France), three:four (France/Suisse), Alien8 (Canada), Killer Pimp (USA), Lunasylum (Belgique), Orange Milk (USA). Ce sont des petits labels qui, pour la plupart, n'ont pas trop les moyens de se payer une boîte pour faire une promotion à grande échelle, et qui n'ont pas un réseau de distribution au niveau de celle des autres labels indépendants plus connus. On parle surtout de mailorder dans des cercles restreints, soit l'underground de l'indé si on veut.


Donc rien n'a changé, puisque j'ai toujours cherché un label après avoir terminé un album. Par contre, c'est la première fois que je me sens bien encadré avec Denovali car c'est un label qui roule et qui fait paraître 20-25 titres par année, ils investissent beaucoup pour faire de la bonne promotion et ils sont ainsi bien établis. Le seul bémol, c'est la distro/promo en Amérique du Nord mais j'ai conscience que ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils n'arrivent à régler ça. De plus, ils n'hésitent pas à regarder à long terme avec leurs artistes et ils bookent également des tournées pour eux - dont une pour AUN & Thisquietarmy en Europe, Avril 2012. 

L'album a été mixé par James Plotkin (Scorn, Khanate, Jodis…) c'est la première fois que tu travailles avec lui ? Que tu délègues le mix final à une autre personne? Comment as-tu été amenė à travailler avec lui ?
 

C'est la 2ème fois que je travaille avec J.Plotkin, la première fois c'était avec "Vessels". Et il faut faire la distinction entre mixage et matriçage (mastering) - le matriçage étant le processus qui consiste à rendre homogène l'ensemble des pièces d'une oeuvre qui seront transférées pour la production. Ça permet à l'oeuvre de bien ressortir à travers tous les systèmes de son et tous les types de médias, et pour ce faire, il faut avoir beaucoup d'expérience et en général de l'équipement de studio haut de gamme. Donc ça ne change pas le mix final (qui se fait toujours par moi) mais ça le fait passer à un niveau sonore professionnel: une étape très cruciale pour la finalisation d'un album et qui coûte souvent cher. J'ai été satisfait avec le résultat de ma première expérience avec lui pour l'album précédent, donc il était naturel de travailler de nouveau avec lui, surtout pour un album que je considère aussi accompli. Je suis également flatté qu'il se soit donné davantage cette seconde fois car nous étions beaucoup plus sur la même longueur d'onde que pour "Vessels" (qui est tout aussi bien réussi, mais le processus avait été plus difficile).


Un projet a fait son apparition dans la scène montréalaise, Ghidrah, réunissant des membres de Aun, Maggot Breeder, et un certain Eric Quach. Est-ce un projet de jam live uniquement ou avez-vous la volonté de poser ça sur support physique dans un futur proche?
 

La naissance du projet a eu lieu au Loft from Hell en 2008, c'était une performance du type tag-team Aun/Maggot Breeder/thisquietarmy. Puis nous l'avons fait évoluer à un trio de guitare power-noise/drone. Après quelques concerts en 2009 & 2010, on s'est lassé de la formule, et nous avons individuellement décidé d'utiliser des instruments différents pour un concert au mois de mai 2011, afin de mieux répartir les fréquences et les rôles au sein de la formation, soit: "Aun" à la basse/guitare, "Maggot Breeder" au trombone et "thisquietarmy" au synthé. Nous avons enregistré cette performance pour en faire notre première sortie, ironiquement intitulé "The Guitar Years" sur le label montréalais Brise-Cul Records. Pour ce qui est de plans futurs côté parutions et instrumentations, ça sera à suivre...

Qu'est-ce qui t'a donné envie de participer à un collectif ? Ne t'ennuies-tu pas de composer seul ? Est-ce que cela a déjà été une difficulté pour toi ?
 

Petit historique sur mon cheminement musical. J'ai d'abord fondé Destroyalldreamers en 2002 peu après avoir commencé à explorer la guitare (sans formation), une entité instrumentale 2 guitares/bass/batterie type shoegaze/post-rock. Nous avons fait paraître 2 albums sur Where Are My Records et 12" sur un label américain, en 2004, 2007 et 2006 respectivement. Comme toute formation, il y a eu des hauts et des bas, et on a été très actifs pendant toute la durée jusqu'à la sortie de notre dernier album "Wish I Was All Flames". Par la suite, les circonstances du groupe ont été plus difficiles vers la fin 2008, avec des rencontres très sporadiques en 2009 et selon notre page sur Wikipédia, nous nous sommes dissout en 2007 (ce qui est faux). La possibilité d'un nouvel album ne sera jamais exclue.


Pour revenir sur le sujet - Thisquietarmy a commencé comme un sous-projet de Destroyalldreamers en 2004 - le groupe m'a permis d'apprendre et de découvrir toutes les facettes de ce que cela représentait de jouer avec d'autres gens, les pour et contre d'appartenir à un collectif dont la dynamique pouvait être assez extrême, autant sur le plan musical que personnel et relationnel - alors c'est donc plutôt l'inverse (de l'ennui de composer seul) - j'avais besoin de faire un bout de chemin seul. De plus, j'ai toujours collaboré en tant qu'entité solo, avec d'autres artistes comme Aidan Baker, Yellow6, Scott Cortez, Meryem Yildiz et Monarch entre autres - ce qui n'est pas plus différent de Ghidrah. J'ai également Mains de Givre, un projet avec la violiniste Émilie Livernois-Desroches, et un jam-band shoegaze/psychédélique Parallel Lines avec Pascal Asselin de Québec à la batterie et Ryan Ferguson de Hamilton au synthétiseurs.

Qu'est-ce qui se profile dans les années à venir pour Thisquietarmy ? Quels sont tes souhaits les plus chers pour ton projet ?
 

J'attends d'encaisser les opportunités que pourraient m'apporter le projet, alors on ne sait jamais. Par exemple, aller jouer ailleurs et découvrir des endroits que je n'aurais jamais la chance de visiter autrement. J'ai déjà 2 tournées européennes plannifiées, en avril avec AUN et en octobre aux alentours du festival Swingfest de Denovali auquel je participerai. Wishlist: Japon/Asie, Australie/NZ, Amérique du Sud.

Côté parution, je prépare une pièce pour un split avec Year of No Light, et je fais le tri des enregistrements live que j'ai accumulé depuis ces dernières années - ceux qui retiennent mon attention sont les performances dans des cathédrales. Avec Denovali, on parle déjà de ré-éditions vinyles, suite à celle d'"Unconquered" 2xLP qui sortira en même temps que "Resurgence" afin que le label puisse faire partie du reste de ma discographie.
 

Je continuerai également d'explorer ce que je pourrai faire avec thisquietarmy, mais je ne compte pas me répéter. C'est important pour un artiste de se lasser et d'aller explorer d'autres directions. Peut-être un projet de collaboration plus ambitieux à l'avenir, qui me permettra de pousser les limites de la créativité solo. Je discute présentement avec le batteur d'Alaskan pour une collab en live pour le concert 11/11/11, et j'ai également mes autres projets à gérer.

Qu'est-ce qui tourne sur ta platine actuellement ?
 

The Soft Moon, Ringo Deathstarr, A Winged Victory for the Sullen, Monarch, Slowdive, Wolves in the Throne Room, Zola Jesus... Je fais également le survol de mes nouveaux collègues sur Denovali tels Omega Massif, Heirs, Birds of Passage...

Le mot de la fin : il est à toi, dis ce que tu veux.
 

J'en ai déjà trop dit! J'aimerais remercier Pelecanus.net pour votre support et je vous souhaite une bonne continuation!

thisquietarmy : "C'est important pour un artiste de se lasser et d'aller explorer d'autres directions"
Baktelraalis
Créateur de @Pelecanus_net + Drupal-maniac + Fils de l'internet + Amateur de culture ALT | PGP: 0x38FB7439

Ajouter un commentaire