Mythes

Par Julien
le 11/09/2015 - 23:24
Gilles de Rais : Once upon a time deep inside a crypt...

Oyez ! Oyez ! Braves gens, l’horrible et larmoyante histoire d’un homme à qui la naissance, le sort et la bravoure offrirent tout, et qui dessécha son âme et la renommée de sa lignée en de telles turpitudes, que nul ne put encore prononcer son nom sans être pris d’effroi. Oyez l’histoire de l’inoubliable (et pourtant très oublié) Gilles de Rais.

Par Julien
le 02/09/2015 - 20:49
Jack the Ripper : Entre tragédie victorienne et mythe de la Faucheuse

Il y a bien longtemps que l'affaire Jack L'Eventreur a cessé d'être une affaire criminelle. Non que nous en oublions les fondements de l'affaire, notez bien : cinq victimes avérées (peut-être six), toutes prostituées, assassinées et mutilées post-mortem par un tueur insaisissable qui fait régner la  terreur dans le quartier de Whitechapel au cours de l'automne 1888. Victimes indignes du fait de leur basse extraction sociale ? Bien au contraire, héroïnes ô combien représentatives et exemplaires.

Par Julien
le 04/03/2014 - 08:32
Solaris : Où il n’y a pas d’hommes, il ne peut y avoir de motifs accessibles à l’homme

Gravity (2013), réalisé par Alfonso Cuarón, réalisateur du génial Les Fils de l’Homme, aura eu le grand mérite de donner un nouveau souffle aux films de science-fiction. Nous ne nous intéressons plus vraiment à l’espace, c’est un fait. L’époque de la conquête de l’espace est loin derrière nous. En cette période contemporaine de technologie souveraine, au lieu de nous tourner vers les étoiles, nous nous regardons le nombril. Et les derniers films sortis durant les années 2000s sont désespérants à maints égards. Mars, objet de tous les désirs de conquête, voit son image écornée dans deux films pathétiques (dont l’un pourtant signé Brian de Palma, merde !). De son côté, Danny Boyle se prend les pieds dans le tapis avec le grandiloquent Sunshine qui témoigne davantage de son ambition à se poser comme un grand réalisateur, plutôt que de se mettre au service d’un genre cinématographe très exigeant. En littérature, Dan Simmons, auteur des géniaux et épiques Cantos d’Hypérion, nous sert mollement Illium et Olymposqui traitent de bien trop de choses pour être intéressants.

Par Julien
le 01/16/2014 - 17:33
Stagger Lee : "All about a Stetson hat"

1895, Saint Louis, Missouri, nuit de Noël, 22h00. Un homme marche d'un pas conquérant dans le quartier de Deep Morgan. Autour de lui, les prostituées hèlent leurs clients, des poivrots se battent à poings nus ou au couteau, rougissant la neige de leur sang. Peut-être l'un d'un d'entre eux sera retrouvé mort le lendemain, mais la nouvelle ne sera pas reprise par le Saint-Louis Missouri Globe Democrat. A Deep Morgan, la mort d'un ivrogne ayant succombé au palu de comptoir n'émeut personne. Mais on sait choyer le commun des mortels disposés à dépenser leur argent. Tant que ceux-ci restent à leur place.

Par Julien
le 11/04/2013 - 05:33
Howard Philips Lovecraft : Rêves et mythes : au-delà, à l’intérieur

Tout a déjà été dit sur Lovecraft (1890-1937). Ou presque. Artiste maudit ? Faux. Il entre dans cette zone grise d’artistes qui peinent à vivre de leur art. Mais il est lu à l’époque, et reconnu par ses pairs. Inadapté social ? Circonstances atténuantes. Il ne parvient jamais à se fixer durablement dans un travail, mais le contexte économique des USA (la grande crise de 1929) ne lui est pas favorable. Poseur ? Oui. Il envisage les relations humaines, parle et écrit comme un homme du XIXème siècle. Raciste ? Oui. Misanthrope de salon, WASP jusqu’au bout des doigts, il a bien du mal à ne pas mépriser tous ceux qui sont différents de lui.

Par Julien
le 10/14/2013 - 06:37
Erzsébet Báthory

Le mythe du vampire, popularisé en occident au XIXème siècle par Bram Stoker, continue à alimenter avec des succès très divers dans la culture populaire. Film, roman, musique, comics, manga, jeu vidéo : le vampire est omniprésent. Le bougre a de quoi plaire ; son programme tient en deux mots : lyrisme et sauvagerie. A ceci s’ajoute une série de promesses irrésistibles : jeunesse éternelle, séduction permanente, relation charnelle entretenue avec quiconque succombe à ses charmes (l’irrésistible morsure…), résistance à toutes formes d’autorités.

S'abonner à Mythes