NehruvianDOOM - NehruvianDOOM EP (2014)

NehruvianDOOM - NehruvianDOOM EP (2014)

Depuis Odd Future, le futur du rap semble être entre les mains de MC encore loin d’être autorisé à boire de l’alcool. On argumentera bien que les origines de la culture Hip hop ont toujours placé les jeunes aux commandes, il n’en reste pas moins que seize ans est un âge bien précoce pour ouvrir pour MF DOOM et le Wu-Tang Clan ! A l’instar de Joey Bada$$, Bishop Nehru, né Markel Scott, fait partie de ces jeunes encore en couche culotte durant la Golden Era mais adeptes des préceptes des Native Tongues (De La Soul, A Tribe Called Quest, Jungle Brothers…) autant intellectuellement que musicalement.

Bishop Nehru, né Markel Scott, fait partie de ces jeunes encore en couche culotte durant la golden era mais adeptes des préceptes des Native Tongues.

Férus de samples de soul et de jazz, désintéressés par les histoires de guerres de gang et de mafieux (Il rappe dans Caskets "To think I could have been trappin'", référence au rap des ex-dealers de cracks de A$ap Ferg ou Waka Flocka Flame, très populaire actuellement, "I’m happy I wasn’t trapped in the loop de loop and shootin") les références de leur répertoire comptent autant les classiques de Pete Rock & CL Smooth que ceux de Madlib et MF DOOM.

Toutefois, le rappeur masqué reste avare dans ses choix de collaborateurs et l’annonce d’un nouveau projet reste toujours un évènement. De plus, même si sa collaboration avec le producteur britannique Jneiro Jarrel sur JJ DOOM était une réussite, on a encore en mémoire le pétard mouillé qu’était l’album avec Masta Ace, MA DOOM, un album touchant mais dénué d’instrumentaux déjà entendus sur les albums studio de DOOM.

Nehruviandoom rappelle le meilleur de Mm… food par son usage créatif de nombreux samples vocaux adaptés à l’interrogation spirituelle du jeune Bishop Nehru.

Nehruviandoom aurait donc pu figurer dans la seconde catégorie mais c’est avec plaisir que l’on découvre un EP digne de figurer dans la première. Nehruviandoom rappelle le meilleur de Mm… food par son retour aux samples de soul et de jazz bredouillant (Mean the most). La symbiose entre les deux créatifs issus de deux générations bien distinctes semble s’être faite naturellement malgré les décennies qui les séparent. Déjà habitué à rapper sur des productions de DOOM sur ses mixtapes, Nehru démontre un beau talent d’écriture, même si moins chargé en jeux de mots que celui de son parrain, et un flow groovy capable de raviver l’esprit des débuts de Digable Planets. Le super vilain ne s’arrête cependant pas à la production et accompagne son protégé sur Caskets, Disastrous et Om mais lui laisse le champ libre sur le reste des huit titres.

Les deux MC ne se sont toutefois pas entendus autour de leur amour des samples à l’ancienne mais aussi d’une certaine vision de la spiritualité qu’ils explorent au fil des titres ( "Materials reign imperial, this lifetime’s lesson and it’s quite interesting ‘cause everybody’s spines getting lessened with they mind and they relying on weapons" dans Om). Avec l’annonce informelle au cours d’une interview que le jeune Bishop Nehru ne souhaite pas collaborer avec quelqu’un d’autre que DOOM à l’avenir, révélation accueillie avec joie par le quarantenaire, on peut attendre beaucoup plus de ce duo. De quoi se réjouir à l’idée d’un album complet avec ces deux esprits éveillés aux commandes.

 

NehruvianDOOM - NehruvianDOOM EP (2014)
NehruvianDOOM
NehruvianDOOM EP
Intro
Om
Mean The Most
So Alone
Coming For You
Darkness (HBU)
Caskets
Great Things
Disastrous
25/02/82, 1m80, à peine 60 kilos et élevé pour parcourir le macadam parisien de refuge en refuge jusqu'à son déménagement à Londres. Chroniqueur rock de 2004 à 2010 sur Eklektik-rock puis sur la fille du rock depuis 2010, bibliothécaire 2.0 depuis 2008, passionné de musique (metal, jazz, rap, electro …) et de comics. Ecrit aussi en anglais sur Delay and Distorsion (Chronique musicale).

Ajouter un commentaire