Burning Love - Rotten Thing to Say (2012)

Burning Love - Rotten Thing to Say (2012)

Il y a de ces groupes qui dépassent les simples étiquettes "hardcore" ou "punk". Il y a de ces groupes qui méritent tout simplement d'être déclaré comme une partie de ce qu'est le Rock'n'Roll à une époque donnée et ce, même si le groupe n'a pas une carrière ni une discographie aussi fournie que ma ville l'est d'épaves alcooliques. Parmi ces groupes : Burning Love.

Tout le monde connait plus ou moins Burning Love au moins de par le fait que le chanteur, Chris Colohan, faisait partie jusqu'en 2008 du légendaire groupe de crust punk canadien Cursed. Le reste du groupe provenant lui d'une ancienne formation torontoise sludge nommée Our Father. Le tout mixé donne en 2007 une formation qui n'est considérée encore que comme un side project, Burning Love.

Après une démo et un premier album intitulé "Songs for Burning Lovers" en 2010 le groupe remet les couverts cette année avec "Rotten Thing to Say".

Bon, et ce nouvel album alors? Une succession de pépites incandescentes qui viendront vous pousser au moshpit, et ce, même avec des statues en plein parc municipal. La formation prend un malin plaisir à nous pondre de grosses compos avec un groove terrible (Superstitious Friend, Hateful Comforts), des guitares plus léchées que jamais (Broken Glass) et avec une section rythmique foutrement efficace (Pig City II). On a parfois tout bêtement en tête un Mötorhead sous stéroïdes, un fils illégitime et sévèrement burné de Coliseum et Doomriders, sans pour autant renier ce qu'il y a de punk dans la filiation du groupe (Tremors).

La surprise vient aussi de la production, exit le son DIY fait maison, ici c'est Kurt Ballou (Black Cobra, Torche, et évidemment Converge) qui est aux manettes pour l'enregistrement aidé d'Alan Douches (Mastodon, The Dillinger Escape Plan, Converge) pour le mastering.

Ça devrait vous suffire pour avoir envie d'y jeter une oreille. Perso je n'ai encore qu'un seul regret, de ne pas avoir eu l'occasion de lire les paroles des chansons car connaissant le groupe ça devrait balancer pas mal, et surtout je ne veux pas les revoir sans pouvoir beugler à gorge déployée dans le micro de Colohan.

Vous l'aurez compris, si vous avez envie d'un bon vieux coup de rock'n'roll poisseux suintant l'alcool c'est Rotten Thing to Say qui vous l'apportera cette année.

Burning Love - Rotten Thing to Say (2012)
Burning Love
Rotten Thing to Say
Intro
No Love
Karla
Superstitious Friend
The Body
Made Out of Apes
1231
Hateful Comfort
Tremors
Damage Case
Pig City I
Pig City II
Broken Glass
Outro
Baktelraalis
Créateur de @Pelecanus_net + Drupal-maniac + Fils de l'internet + Amateur de culture ALT | PGP: 0x38FB7439

Ajouter un commentaire